Raid Aventure Chablaisienne 2012 : J-15 !

Après la récup du trail du Nivolet, il est temps de repartir vers de nouvelles aventures.

Ce sera le 10 juin, au bord du Léman pour un raid multisport qui nous a été particulièrement bien vendu par Doune : L’aventure Chablaisienne.

Pour cette première expérience, je ferai équipe avec Mag. Après quelques Freeraid (attention, photos collector chez Ben), une SaintExpress et une SaintéLyon, il était temps de mélanger les 2 disciplines !

« Les papas raideurs » seront au départ du P’tit Teigneux de l’Aventure Chablaisienne. L’organisation annonce :

VTT, CO au 10 0000, trail avec options, canoë sur le Léman et Biathlon. Au total vous allez jouer sur 45kms avec environ 1200 D+.

Mais on en sait pas plus… Le parcours est « secret » !

Cela devrait quand même suffire à se faire la main cette année, avant d’aller peut-être se tirer la bourre avec sur le Grand Coriace l’année prochaine. Mais le programme est un peu plus chargé… (2 jours, 120 kms, + de 4500 m de D+) et outre l’effort physique et « logistique », on ne se voyait pas se lancer là-dedans sans expérience…

Coté préparation, rien de spécial… Je mise tout sur mes entrainements du début de l’année… et j’ai même retrouvé une boussole au fond de ma caisse à outils de vtt et mon X-130 n’attend que ça.

Ce sera bien suffisant pour découvrir la région, le raid et surtout se faire plaisir !

TEST : Isostar Powertabs et barre High Energy Bretzel Raisin

J’en ai parlé brièvement dans mon dernier compte-rendu du Nivolet, mais voilà un peu plus de détails sur mon « alimentation » et particulièrement sur l’hydratation pendant ce trail.
J’ai consommé 2 produits de la marque française Isostar : les Powertabs et les barre High Energy
Il m’ont été fourni dans le cadre d’un partenariat avec la Runnosphère après une soirée d’échange et de questions-réponses sur les produits de la marque et nos habitudes de coureur, au quotidien et en course. 
Laquathus avait fait une bonne retranscription de cette soirée. Des échantillons ont ensuite été envoyés par Isostar pour test.


Dans ce billet, voilà mon retour sur les powertabs (orange et citron) et les barres High Energy Bretzel / Raisin salée consommées en « condition de course ».

 

Isostar Powertabs
Isostar Powertabs

Les Powertabs :  le concept m’avait beaucoup plus car il offrait la possibilité de recharger ses bidons / camelback en boisson isotonique, sans avoir à transporter de la poudre (en refaisant ses propres sachets par exemple…)

 
Ma course s’annonçant longue, j’avais décidé de partir avec ça pour un test quasi direct en conditions réelles.
J’avais juste fait un footing d’1h30 avec (départ à jeun et un bidon avec 2 tablettes dedans pour tester le gout)
 
Coté dosage j’ai suivi les recommandations avec 2 comprimés pour 1 bidon rempli à ras bord (env.600ml)
Le gros point positif, en dehors de l’absence de problème digestif ou de baisse de performance, c’est pour moi le gout peu sucré, et un peu pétillant ; c’est très agréable, pas écoeurant en orange, et aussi en citron que j’ai acheté pour compléter mes provisions.

L’emballage m’emballait aussi beaucoup… C’est un point sur lequel j’ai un peu titillé isostar, notamment face à l’innovation de Décathlon / Aptonia (clak, ISO) et c’est important, surtout en course.
Le tube ne prend pas beaucoup de place, même s’il m’en fallait 2 (7 heures de course, 3 ravitos, 2 bidons, 2 comprimés par bidons : 2x2x3 = 12 (10 comprimés par tubes et mon premier était entamé)
Sur le terrain (en courant…) il s’ouvre et se ferme facilement, tout en ne risquant pas de s’ouvrir tout seul. C’est pratique.
 
Là où les choses se gâtent, c’est qu’après quelques kilomètres, dans le tube entamé, les pastilles se baladent, s’effritent et reviennent à leur état initial : la poudre…
Au 24ième kilomètre, me voilà donc blanchi (la poudre étant très volatile) et coincé car les pastilles restantes sont bloquées au fond du tube.
Du coup j’ai un peu tapé dessus pour les faire sortir…sous forme de poudre mais encore presque dans leur forme initiale.
Ce ne sera pas de même au dernier ravitaillement où les pastilles se sont encore plus baladées dans le tube et encore plus réduites en poudre.
Et comme j’étais un peu pressé, j’ai versé un peu trop de ce mélange de morceaux de pastilles et de poudre dans un des mes 2 bidons qui s’est retrouvé surdosé , trop sucré et difficilement buvable.
La moitié a fini dans le caniveau au point d’eau suivant pour diluer le tout et finir sans risque.


Barre Isostar gout bretzel

 

(photo de Jahom)

Coté ravitaillement solide, je serai plus bref avec la première barre salée d’Isostar : la High Energy Bretzel / Raisin.
Les barres salées sont la grosse tendance dans l’alimentation en course pour palier au dégout de sucré pendant les longs efforts. L’idée de trouver quelque chose de plus pratique que les TUC ou le saucisson est très bonne.
Sauf que dans mon cas, hors running, je n’aime pas tellement les bretzel à l’apéro. Et cela ne changera pas en course.
Je l’ai consommée en tout début de parcours (environ 2h) et je ne me suis pas régalé. Elle est pour moi trop sèche et pas assez salée.
J’en avais deux sur moi mais je me suis arrêté là ; préférant manger mes petites pâtes d’amandes qui me réussissent très bien depuis pas mal de temps et compléter par les ravitaillements mis en place par l’organisation.

En guise de bilan :
  • je rachèterai des Powertabs parce que c’est bon, ça marche et ça ne « dérègle » rien (aucun souci où de mots de ventre) et aussi pour le gain de place dans mon placard ;) Il faudrait juste qu’elles soient plus solides, et avec une prédécoupé (comme sur les médoc!) pour pouvoir les casser en 2 facilement et les mettre dans des petites bouteilles d’eau minérale à petit goulot (c’est 2 fois plus léger qu’un bidon classique!)
  • Je chercherai une autre barre (plus) salée qui pourrait détrôner l’excellent mélange sucré-salé banane / saucisson ! Isostar pourrait peut-être regarder du coté des apéros du sud ouest où l’on sert parfois des pruneaux enroulés de lard grillé très appétissant !

Trail Nivolet Revard 2012 – Compte Rendu

Nivolet Revard - Le Revard
La croix du Nivolet par VinVin20
La croix du Nivolet par VinVin20

7h07 de plaisir, c’était ma réaction « à chaud » le soir du trail Nivolet Revard.

A froid, mais avec encore des douleurs dans les cuisses pendant 5 jours,  je n’ai pas changé d’avis !
Mais revenons un peu en arrière… vers 5h30, samedi 5 mai. Le réveil sonne à une heure assez habituelle pour moi, mais j’aurais bien dormi quelques heures de plus. Le temps d’avaler un gâteau énergétique Aptonia (au chocolat bien sûr !), je suis dans la voiture direction Voglans.
Il fait gris, et je me demande même un peu ce que je fais là.
Je dois faire la course (enfin au moins le départ, vu leur niveau et expérience) avec Doune et Lamiricoré, mais ce dernier est « out » :(
Tout seul, je ne me serais sans doute pas inscrit pour cette balade. Même si le partage via internet et les blogs est important, rien ne remplace les « vraies » discussions.
Après une petite heure d’autoroute, les montagnes pointent le bout de leurs cimes très enneigées. Après tout, début mai il y a encore des stations de ski qui sont ouvertes…

A la sortie du tunnel de l’Epine, la Croix du Nivolet est déjà là à m’attendre dans les nuages gris. Je n’ai pour cette course finalement pas trop de pression. Mais beaucoup d’envie. J’y vais pour prendre du plaisir pendant une bonne balade, profiter de la vue et prendre une première expérience sur le trail, le dénivelé positif, les descentes. J’ai déjà fait une course longue, mais plutôt descendante voire plate. Ici la durée sera un peu plus faible, mais l’effort différent…

Petite anecdote, j’arrive sur la parking à coté de Thomas Saint-Girons du team Asics ; Le temps d’échanger quelques mots, il semble vraiment très sympa et accessible. Même si on n’est pas vraiment dans la même catégorie (il joue la gagne), on repartira finalement en même temps le soir. Comme quoi il n’est pas si rapide :) – il finira 7ième en 4h47 à 17 minutes du vainqueur : Fabien Antonilos.

8H – J’ai retrouvé Doune en arrivant. Nous sommes en fond de grille en train de papoter avec 2 de ses collègues de club qui m’ont l’air bien affutés. Il n’est pas vraiment sorti de sa saison de ski alpi et m’annonce qu’il fera la course avec moi ce qui m’arrange bien finalement. Partager ces moments de course en direct est finalement ce qu’il y a de plus important !
Dans un semblant de planification, j’avais « découpé » le parcours en 4 parties :
  • L’ascension jusqu’au Sire (1558m) en 3 fois avec 2 petites descentes entre chaque étape : le Malpassant (978m/+700m), les prés sous la croix (1300m/+480m) et la Croix du Nivolet (1547m/+644m)
  • Le faux plat montant jusqu’au Revard (1538m)
  • La descente (800m de D- en 5km)
  • La fin, vallonnée…
Le départ donné ! Le trail commence par une petite montée… sur du bitume. Les 3 chablaisiens sont déjà à bonne allure pour ne pas se retrouver bloqués à l’entrée des sentiers. Ce sera un bon choix car on attaque rapidement la première difficulté.
Sur la route, j’annonce directement que j’aime pas partir si vite ; surtout pour 50km. En plus le cardio à froid fait des siennes, et me sort un bon 187 bpm (ma FCmax n’est pas si haute…) avant de se calmer. Il baisse un peu mais pas tant que ça. On verra. Je l’oublie pour le moment…

Trail Nivolet Revard 2012 : 7h07 de plaisir

Me voilà de retour des Bauges, où de bout en bout les sensations ont été excellentes !
Ce soir c’est juste un mini CR car il faut le temps que je digère, trie les photos et vidéos.
La météo pourtant si mal engagée était au top, et cette balade avec les copains vaut vraiment de détour.
Avec Doune, on a donc dégusté…

  • 3 belles bosses montées à 16minutes au kilomètre (je laisse Doune vous convertir ça dans sa mesure montagnarde: le « mètre de D+ par heure »
  • la rencontre avec VinVin20, notre photographe officiel, à la Croix du Nivolet
  • 1 superbe vue sur le Lac du Bourget depuis l’énorme croix
  • 1 faux plat montant interminable jusqu’au Mont Revard
  • Encore une superbe vue sur le lac
  • 5km de singletrack pour revenir 800 mètres plus bas
      En attendant la suite, voici un petit extrait…

Merci à tous pour vos encouragements !

 

Le Récit complet est disponible ici : http://mangeurdecailloux.com/nivolet-revard-2012-compte-rendu/

Nivolet Revard, c’est demain !

Flyer Nivolet Revard
Flyer Nivolet Revard

Le trail Nivolet Revard, une belle façon de commencer le mois de mai, avec Mickaël « Lamiricoré« et Damien « Doune » ;)

Ce sera ma première expérience dans le trail en moyenne montagne.

La course fête ses 10 ans. Pour l’occasion, 1300 coureurs sont inscrits, avec des vraies têtes d’affiche dont Maud Gobert (juste championne du monde trail en titre) et Ludovic Pommeret. Autant vous dire qu’ils seront déjà douchés depuis longtemps que je viendrai à bout des 51km et 2500m de dénivelé…

Le parcours qui surplombe le lac du bourget est assez simple à découper pour essayer de gérer son effort (et pour planifier ses temps de passage à la minute près ;)

  • Une première montée de 700m vers le Malpassant (terrain de l’autre course du jour ; 23km et 1500m de dénivelé)
  • Deux jolies bosses (500m puis 600m pour rejoindre la Croix du Nivolet nutella suivie d’un « faux plat montant » vers le mont Revard
  • La descente finale avec quasiment 800m en 5km

Continuer la lecture de « Nivolet Revard, c’est demain ! »

Saucony Peregrine 2 – le retour !

2012, on change tout sauf les shoes !

En effet, malgré une fin de vie prématurée (600km!) je repars avec une paire de Saucony Peregrine pour le trail. La version 1 que j’ai beaucoup appréciée, m’a permis de boucler ma première SaintéLyon, et de pouvoir courir longtemps en chaussures assez légères, accrocheuses ; presque minimalistes.

En plus, il n’y a pas beaucoup de choix dans la « catégorie » (drop faible mais pas nul pour pouvoir tenir longtemps, des crampons et un peu de protection sous les pieds).

Autant pour la route le choix commence à être vaste, mais pour le trail, c’est plus compliqué. On peut trouver sur le marché : Brooks Pure Grit, Inov8 RocLite 285, Salomon S-Lab Sense mais je n’ai franchement pas voulu prendre de risque…(et je n’ai pas 200€ à donner à Salomon!)

Et comme on ne change pas un truc qui marche bien, j’ai re-signé…

Saucony Peregrine
Saucony Peregrine

Continuer la lecture de « Saucony Peregrine 2 – le retour ! »