Récit d’ultra trail : ut4m 90k 2015

Pas de facile de trouver le vrai début de cette aventure. Et la fin n’est pas forcément juste après la ligne d’arrivée. Il y a tellement de choses à dire sur cet ut4m que je ne suis pas sûr d’arriver à faire un récit chronologique, à ne pas louper des morceaux. Mais j’aime beaucoup ce genre d’exercice, pour partager l’expérience, ouvrir la discussion, garder une trace aussi pour moi. Ce qui fonctionne, ce qu’il faut revoir. Les bons et les mauvais moments qui ont la fâcheuse tendance à s’évaporer en même temps que les courbatures…

Prologue UT4M

Le préambule a été posé fin mai à l’occasion de la Maxirace. J’ai vécu une belle course. Facile. Sans doute trop. Malgré les amis, les paysages, les courbatures. il manquait une pièce au puzzle… Et puis c’est Greg et Vincent qui m’ont donné le coup de grâce à la la Pasta Party de la Runnosphère. On se revoyait depuis Annecy et le premier avait enchaîné avec le 80km du Mont Blanc, le deuxième avec un ultra en Islande. Leurs impressions, les récits, les photos m’ont fait replonger rapidement.

L’ut4m (Ultra Tour des 4 Massifs) s’est vite imposé. Si la course phare (les 4 massifs entourant Grenoble à parcourir – Vercors, Taillefer, Belledonne et Chartreuse – 160km et 10 000m de dénivellé) reste un autre sport, l’événement propose des parcours plus accessibles, sur presque tous les massifs, en « découpant » le 16O : un KV (Kilomètre Vertical et pas Koala Volant), les 40k dans le Vercors et la Chartreuse et donc un 90 qui m’a permit de m’échauffer dans Belledone avant de redécouvrir la Chartreuse adorée l’année dernière.

Quelques mots sur l’organisation :  c’est parfait, bien rodé pour cette 3ème édition. Très pro, tout en restant une « petite course » (environ 300 coureurs par course) sublimée par 500 bénévoles qui font littéralement du « service à la personne » à chaque instant. Bravo et Merci !

Un ravito type sur l’ut4m, c’est ça :

  • on m’accueille très chaleureusement, avec des sourires.
  • à peine assis, un bénévole récupère mes bidons pour mes les remplir. Eau plate ou pétillante ?
  • on te demande ce que je veux manger : sucré, salé, dur, mou, soupe, PASTEQUE !!!

Vous avez déjà vu un tel traitement de faveur ? Cela en est presque gênant !

Conclusion UT4M Master

(oui je sais c’est assez brutal, mais c’est uniquement pour vous épargner mon long discours)

J’ai mis 18h29 pour venir au bout de cet ut4m 90 (93,5km / 5900m. Un peu plus que prévu suite à une modification de parcours de dernière minute). Et comme je sais que pour faire du clic et de l’audience il faut parler de matos et donner des chiffres voilà déjà quelques spécimens :)

  • 1h22 : le temps passé assis à me faire chouchouter par les bénévoles
  • 3h35 : le plus gros « relais » pour monter à la croix de Chamrousse (petite boucle dans Uriage non comprise) 21k / +2100m
  • 10,8 : la vitesse pour descendre du Grand Colon. Je me suis fait plaisir – 9k / -1200m (et il restait encore 7,7k / -960 après la pause à Freydières)
  • 2h30 : la durée de ma laborieuse montée au col de la Faita (4,8k / +1165m)
  • 6h12 : mon chrono sur la partie « chartreuse » l’année dernière. 9h20 ce coup-ci !

Comme je sais que votre temps est précieux, cliquez ici. Google m’a permis de créer assez rapidement une « histoire » de ma course grâce aux photos. C’est plutôt joli même je ne ne peux pas l’intégrer directement au blog. Cliquez donc sur le lien et revenez ici après si vous voulez plus de détails, plus de photos ;)

 

Continuer la lecture de « Récit d’ultra trail : ut4m 90k 2015 »