20km de Paris 2015 : vitesse sans précipitation

20kmParis2015_6 Dimanche dernier j’étais pour la première fois au départ des 20km de Paris, invité par la très sympathique Team TomTom, partenaire de l’événement, qui en profite pour présenter sa nouvelle montre GPS TomTom Runner 2 « cardio + Music »

De mon côté, pour cette course de reprise, je ne pensais vraisemblablement pas pouvoir tenir l’allure de mon RP sur semi (4’05) et essaierai de tenir un bon 4’15 pour tenter de me glisser sous les 1h25. J’ai en effet rangé une bonne partie de mon équipement trail pour manger un peu plus de bitume et poser les premières pierre de ma prépa pour le Marathon de Paris 2016 (voilà c’est dit. C’est loin mais c’est parti !)

Après une petite coupure pour récupérer de l’UT4M – 1 semaine off + 1 sans courir – j’essaye de reprendre de la vitesse. En commençant par des séquences de travail courtes, avec une allure cible « conservatrice ». J’essaierai de détailler mon « plan de reprise » rapidement dans un autre billet

En attendant, pour cette course, je retrouve avec beaucoup de plaisir une bonne partie de la RunnosphèreGreg, Philippe et Salvio sont avec moi, Bastien, Grégo 4’30, Mr Pink et Seb  juste derrière pendant que Clémence et Guillaume sont meneurs d’allure !

20kmParis2015_2

20kmParis2015_5

Sur le papier, je suis le moins rapide du quatuor mais me voilà désigné volontaire pour faire le lièvre et emmener tout le monde vers 4’15. Moi ça me va car je me pense en déficit de « seuil » et ne pense pas pouvoir tenir 20 bornes à ma meilleure allure (4’06/km). Pourquoi pas. Même si je sais pertinemment que mes compères sont des farceurs, et que même « sous-entrainés » ils ne tiendront pas :)

 

Le choix des armes de vitesse ! #20kmdeparis #patchwork #vazee #ultraboost #kiprace #gomebspeed #runningshoes #running

Une photo publiée par Mangeur de Cailloux (@mangeurdecailloux) le

10h00 – Le coup de pistolet me donne raison et ils s’envolent au bout de 50m… Je les aurais un jour, je les aurais…

Continuer la lecture de « 20km de Paris 2015 : vitesse sans précipitation »