J’ai testé : New Balance Zante v4

Après de très bonnes sensations avec la Hierro (v2… la v3 vient de sortir et semble être la même en mieux), je repars en ce début d’année avec 2 paires de running New Balance en test.

Cette fois, la marque m’a fourni 2 modèles « routiers », avec 2 technos d’amorti différentes : la New Balance Zante v4 est en Fresh Foam (comme la Hierro) et la 890 v6 en RevLite (qui a été ma chaussure pour le marathon de Paris)

New Balance Zante V4 : les caractéristiques

Elle est rangée dans la catégorie « performance », pour les entraînements rapides et la compétition.

La nouveauté de cette saison (je n’ai pas couru avec les versions précédentes) réside au niveau de la tige en Hyposkin, façon seconde eau, pour une chaussure toujours plus proche du pied pour des performances accrues (puisqu’on vous le dit !)

Test New Balance Zante v4
Test New Balance Zante v4
Test New Balance Zante v4
Avis New Balance Zante v4

C’est donc léger (230g en 42), très souple. La Zante est assez proche du pied, mais sans le serrer. Au niveau du coup de pied, la tige est un peu plus rigide et rend le laçage simple et efficace.

En dessous, l’amorti est assuré par la mousse « Fresh Foam » protégée par une semelle semi-slick qui n’autorisera pas vraiment les escapades dans les sentiers humides (surtout que le mesh est assez exposé et pas prévu pour manger des cailloux. Mais c’est une pure routière. Chacun son boulot !)

New Balance Zante v4
New Balance Zante v4

La semelle est assez fine. Cette Zante est une chaussure qui se veut légère et dynamique. Comme beaucoup de New Balance, le drop est assez bas : 6mm avec comme hauteur de la semelle : 23 mm (talon) et 17 mm (avant-pied).

J’aime assez ce genre de caractéristiques qui va bien avec ma foulée assez rasante. Le faible drop ne me gène pas. J’ai pris l’habitude et c’est aussi un bon moyen de travailler un peu sa foulée.

Continuer la lecture de « J’ai testé : New Balance Zante v4 »

Marathon de Paris 2018 à chaud

Mon 4ème marathon

Didier a couru ce matin la 42ème édition du marathon de Paris. Et même sans cape, c’était super. Pour cette nouvelle tentative sur la distance, et après le « DNS » de 2016, je me suis régalé avec une prépa express (j’y reviendrai promis!) et une belle course, chaude au sens propre comme au figuré.

Pendant cette belle journée printanière, depuis mon sas de départ, j’ai vu des coureurs de tous les genres, sans arriver à deviner qui passera la ligne en premier…

J’ai vu le soleil me griller les épaules pour ma première sortie de l’année en débardeur. Mais j’ai aussi vu plein de bouteilles d’eau, des seaux pour tremper ma casquette (pas verte!) et me rafraîchir. Je ne crois pas avoir souffert de la chaleur.

J’ai aussi vu des jeunes fumer de l’herbe assis au milieu de la rue de Rivoli, des filles courir. Mais pas beaucoup. Et puis j’ai vu des copains (coucou Ali, Maya, Florent) dont un qui a fait un sacré bout de chemin avec moi pour m’épauler. Merci Philippe tu vas être mon roster si ça continue !

J’ai aussi vu des meneurs d’allure (3h15) à l’allure pas très assurée avec qui j’ai joué au chat et à la souris.

Mais surtout, par rapport à ma précédente participation (2015), je ne sais pas si c’est dû à mon départ avec les « 3h15 » plutôt que les « 3h00 », le peloton m’a semblé beaucoup plus dense, les spectateurs beaucoup plus présents ; et motivants !

A part un ou deux kilomètres au plus loin dans le bois de Vincennes, Ce marathon de Paris est très animé ! Alors merci à tous, sur le parcours, sur les réseaux sociaux. Tous ces messages font du bien !

Et que celui qui a crié mon prénom (le vrai, pas Didier) dans un genre de rond point vers le 39 – 40 se dénonce !

Continuer la lecture de « Marathon de Paris 2018 à chaud »