#gsrt2017 #TeamTomTom

La course Royale

Il y a quelques semaines, je participais au Go Sport Running Tour du Château de Versailles et si la cadre et l’ambiance étaient comme toujours au top, sportivement parlant, la balade fût encore une fois bien dure.

Comme toujours finalement, à partir du moment où l’on joue un peu avec le chrono. Dans mon cas, je visais les 15 à l’heure… sur l’heure, sachant qu’il a souvent un peu moins, mais que ce n’est pas plat et que je me retrouve donc sur une intensité à mi-chemin entre le 10 bornes et le semi pour une grosse séance de seuil…

Cette nouvelle édition du #GRST est un gros événement avec environ 13000 coureurs et coureuses rassemblés pour courir dans  le parc du château de Versailles. Pour ma part, je répondais avec plaisir à l’invitation de la Team TomTom et en profitais pour débuter le test du modèle Adventurer qui apporte quelques bonus intéressants (altimètre, suivi d’itinéraire) à la TomTom Runner 3 déjà connu et que je recommande aux coureurs débutants pour sa simplicité.

Courir dans le parc du château Versailles
Courir dans le parc du château Versailles

 

Dans le ryhtme

Après un départ « presque » prudent, 4’00 sur le plat, aux sensations quand ça penche… Je fixe ma limite vers 3’55 pour ne pas exploser, mais sans perdre de temps.

Le premier 5000 passe assez vite. C’est la partie la plus « herbeuse » de la course où il faut trouver son bon lapin et se mettre à à à la queuleuleu, à à à la queuleuleue dans un monotrace. J’essaye de gérer un peu, de m’économiser tant bien que mal dès que ça monte un peu car la course est encore longue…

Mais je subit un peu les bosses avec la sensation d’être « collé » à 4’00 sur les plats qui suivent. C’est dure. Surtout quand je pense à l’allure de mon RP sur 10 (3’53/km que je serais bien incapable de conserver aujourd’hui)
Le parcours nous ramène ensuite sur les bords du grand canal, avec une jolie bosse au bout du bras, mais qui offre une belle vue que le château !

Bref, c’est de plus en plus dur. La fin est horrible avec du vent de face le long du canal (mais à l’ombre!), un aller-retour interminable vers le 11ème kilo…

J’ai même envie de marcher un peu. Et puis non ! Il y a quelques coureurs avec moi que je tente de d’entraîner face au vent pour former un grupetto. Sans succès. Mon avance fond un peu (40′ et des poussières au 10ème kilomètre) mais j’arrive tant bien que mal à maintenir l’effort. L’allure suit comme elle peut en fonction du terrain. J’ai bon espoir que le parcours ne fasse pas plus de 15km pour rester sous l’heure :)

GSRT 2017
GSRT 2017

Avant dernier virage. ça sent la fin. Mais il y a 100m de faux plat montant juste avant de basculer sur la ligne d’arrivée !

Heureusement je suis « large » coté chrono et donne ce qu’il reste dans la chaussette – au prix d’une belle grimace – pour conserver un chrono en 58′ et des poussières :)

Après la course royale, je retrouve la très accueillante et joyeuse Team TomTom autours d’une bonne glace, pour refaire la course avec Emma et les autres membres.

TomTom Adventurer à Versailles
La TomTom Adventurer à Versailles

Je suis content de progresser encore, avec presque 1′ de gagnée par rapport à l’année dernière (même si le parcours est différent, l’esprit est le même). L’espoir de garder cette allure sur un 21 tout plat reste. Mais chaque chose en son temps. Pour le moment, place à la montagne !

 





 

pub

Laisser un commentaire