Ma Foulée Suresnoise

 

suresnes-affiche.gif

Petit billet sur cette nouvelle course qui s’est plutôt bien passée : le Foulée Suresnoise !

C’était un dimanche à records, où de nombreux coureurs de la runnosphère ont accroché un dossard à leur maillot bleu et battu leur record personnel, sur les 10km de l’Equipe (clic et clic) ou les foulées du 10ième !
Je ne parlerai pas beaucoup du cadre ; c’est à Suresnes, très urbain donc… Mais je pense de toutes façons avoir passé plus de temps à regarder mon chrono que le paysage.

Pour le paysage et les autres coureurs, n’hésitez pas à aller voir les photos de Seb :)

L’objectif était de respecter le plan prévu (4’15 au kilo) dès le départ et lâcher ce qu’il resterait de chevaux après le 7ième pour éviter le même souci que la dernière fois

L’organisation était bonne, avec pas mal de bénévoles, tous très sympas, et les ravitos simples (fruits secs, eau) mais bien suffisant pour un 10km. Dommage que pour les « championnats des hauts de Seine de 10km » nous n’ayons pas eu droit à un tapis au départ pour avoir un temps « réel ».

Le temps justement, 43’03 officiellement. J’ai été un peu déçu en apercevant le chrono qui affichait 42’55 à moins de 100m de l’arrivée… mais je me console avec mon temps « garmin » de 42’39. On va dire que c’est de la faute des montées et des rafales de vent de face si je ne fais pas moins de 42’30 ;)

Après un départ un peu confus et quelques bouchons l’affaire est lancée. Toujours un œil sur le chrono, j’essaye de trouver le bon rythme plusieurs fois répété à l’entrainement, quitte à lever le pieds quand il affiche 4’10, et relancer pour ne pas descendre sous 4’20. Cela demande pas mal de concentration. Tout donner sans se laisser griller griser

Le premier tour défile vite, avec une bonne remontée qui passe très bien, les dents bien serrées :) et les 5 premiers kilomètres sont avalés 33’’ plus lentement que ceux des 10km de planet jogging (j’ai couru avec le frein à main!)

suresnes-5km.png

Deuxième tour ; encore un peu de patience. Je pense un peu au coup de mou du 8ième subit dans le bois de Boulonge, mais reste confiant. J’ai pour l’instant bien géré mon effort et ne force pour garder mon 4’15 que dans les faux plats montant. Le cardio monte un peu, mais de façon pas régulière. Peut-être que l’effet du vent et la fatigue rendent mon allure moins régulière ?suresnes-fc.png

Il et montera à peine à 180 alors que j’ai déjà atteind 184 sur du fractionné long et tenu 182–183 dans le spint final de l’hippodrome. Encore un mystère du corps humain…

Septième kilomètre. Je lance le sprint pour essayer de gagner 10 secondes au kilo. Contre moi-même, contre le vent de face pour remonter le quai de Seine jusqu’au pont de Suresnes ; Dans la montée finale un concurrent m’encourage et essaye de m’entrainer avec lui. C’est vraiment sympa, mais je ne peux que lui donner rendez-vous après la ligne. Mes cuisses ne répondent plus. Je fais tout pour maintenir l’allure… et prévois du fractionné en côtes pour le prochain plan… :)

suresnes-5derniers-km.png

Dernier virage, j’arrive sur la place avec bizarrement personne à griller au sprint sur les 100 derniers mètres qui me séparent de la ligne d’arrivée ! Pas grave ; ça va pas m’empêcher de donner tout ce qu’il reste !

Le bilan de cette foulée suresnoise est donc très positif avec un nouveau « record personnel » et un compte rond : j’ai couru à 14km/h :)

 

 

Cette course va surement conclure ma série « rapide » avec le semi de Rueil et les 10km de planet Jogging. Je pense avoir bien progressé en vitesse début 2011, après l’enchainement des sorties longues de la prépa SaintExpress et aussi dans ma gestion des allures.

Entre un 10 kilomètres couru pour le plaisir d’aller vite, de finir, et la même course avec comme objectif d’aller le plus vite possible, il y a beaucoup d’écart !

A l’entrainement, pour assimiler son allure de course sur des fractions plus ou moins longues.

Le jour de la course, où il faut être concentré sur l’allure « apprise » et la respecter (n’est-ce pas Philippe!). Un écart de 5 secondes à chaque kilomètre peut en couter 30 ou 60 à la fin…  mais le plaisir est là aussi !

Maintenant c’est la pause ! Je vais essayer de ne pas courir cette semaine… et d’aller nager 2 fois, et de faire une sortie longue en vtt ce week end
Ensuite, je prévois une semaine légère et minimaliste avant commencer à construire le plan pour la fin d’année : Paris-Versailles (16km), Marseille-Cassis (20km) et SaintéLyon (68km) !

5 réflexions au sujet de « Ma Foulée Suresnoise »

  1. belle analyse, je me souviens encore de la barre des 14km/h, c’est pas rien !
    ok la prochaine fois je tente de me contraindre à respecter un tableau de bord établi en amont de la course. j’ai fait les comptes, celle de dimanche était mon 7ème 10k. Le premier date d’il y a un an presque jour pour jour à Pantin et je l’ai fini en 43’20 » il me semble ;)
    c’est dommage qu’une course au niveau relevé comme celle là n’ait pas mis en place de tapis au départ…

  2. Merci !
    5 minutes de gagnées en 1 an c’est pas rien non plus. Surtout pour celles en dessous de 40…
    J’espère pouvoir approcher cette « barre » l’année prochaine.
    Et vu que tu te mets un peu plus sérieusement au fractionné, tu devrais facilement gagner en régularité avec des entraînements plus précis à l’allure visée ;)

    Pour le tapis, ce n’est gênant que pour la masse « populaire ».
    La course et son gros prize money attire quelques flèches du Keyna ou des pays voisins.
    Le 14ième est en 30’01’… Tu cours souvent à 20km/h ?
    Mais comme ils sont tous bien placés avec un pied sur la ligne de départ, pas besoin de tapis :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>