Marseille Cassis, première partie…

Retour sur un sympathique week-end dans le sud, et prévu de longue date avec 3 amis…

Cela a en effet commencé le 1er mars, avec un mémo dans l’agenda et un lien vers un site web. Me voilà donc à 7h50 devant mon écran sur le site de l’organisation. Le temps de patienter jusqu’à l’heure d’ouverture des inscriptions, je passe un petit coup de fil à mes compères pour les « briefer » : y’a 15000 places, c’est beaucoup c’est sur, mais il parait que ça part en moins de 2 jours. Il ne ne faut donc pas se louper…

Je vous passe les soucis de tenue de charge du site, mais nous seront finalement 3 inscrits sur 4 prévus : Poy et Yoyo.

Huit mois plus tard, après avoir encore une fois sponsorisé la sncf et 4 heures de train, et un crochet pour retirer les dossards, nous voilà au bord de la piscine, avec vue sur la mer. Sauf que cela ne durera pas longtemps. Dès vendredi soir le ciel s’assombri et pour une fois Météo France ne se trompe pas : ciel gris et pluie. Voilà le programme pour les 4 jours à venir :( « Heureusement », il ne fait pas froid. 14 à 15°C

Quelques apéros, et un gros plat de pates plus tard, branle bas de combat dans la cuisine ! Il est à peine 6 heures du matin. Ou 5h. Enfin on sait pas trop… Poy erre un peu, iPhone à la main qui a changé d’heure tout seul et n’a pas sonné, se demandant ce que yoyo fait dans la cuisine à 4h du matin !

De mon coté, j’avais pris mes précautions en désactivant la mise à jour automatique de l’heure et en passant manuellement mon Galaxy S à l’heure d’hiver. Me voilà donc bien réveillé, mais avec un mobile qui affiche 4h45. Seul Yoyo s’en sort avec son Nokia d’entrée de gamme, qui ne fait rien et encore moins de changement d’heure, ce que nous confirmera le micro-onde ou un vieux radio-réveil !

6h15, en route! La gare est à moins de 10 minutes à pieds, mais on va prendre la voiture histoire de pas se faire tremper de bon matin…Pas grand monde dans le train, mais je n’ai jamais vu autant de baskets ;)

SAMSUNG
SAMSUNG

On papote tranquillement sur la journée qui nous attend ; Poy ne la ramène pas trop avec sa fracture de fatigue-entorse-tendinite qui a disparure par magie, Yoyo qui a déjà fait le marathon de Lyon est comme d’habitude (cooool…) et moi j’essaye de me rappeler ce que j’ai prévu pour le déroulement de la journée, un peu stressé quand même…

On enchaine en faisant « sardine » dans le métro nous amène au Stade Vélodrome. Ici aussi que des coureurs, dans une super ambiance.

Une fois au stade, on enfile costume à la mode : le NF 100 litres :

SAMSUNG

On dépose nos sac aux « camions-vestiaires » et rejoignons l’enceinte du stade pour trouver un abri au sec…

Il est environ 8h30 ; cela nous laisse donc 1h à subir les leçons d’échauffement du Yoyo… On trottine (trop) doucement quelques minutes avant d’aller nous placer au milieu de l’immense foule. C’est impressionnant. L’arche de départ doit être à plus de 200 mètres !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :