Petit bilan minimaliste

 

Voilà quasiment 3 mois que j’ai commencé à courir en chaussures minimalistes. Le bon timing pour un petit bilan :

115 km (95 merrell / 20 vibram) – 13 sorties

Les Five Fingers sont donc venues s’ajouter aux Merrell pour économiser les crampons quand je ne fais que du goudron.

Je les ai aussi emmenées dans ma forêt préférée pour un comparatif un peu plus complet. J’y suis un peu moins en confiance qu’avec les merrell ; la semelle est un peu plus fine et moins cramponnée et surtout les orteils sont moins protégés. Du coup j’ai un peu peur d’abimer le mesh des vibram, et mes orteils aussi. Les Merrell semblent clairement plus robustes, mais elles sont faites pour ça.

On entend aussi beaucoup de bien du concept « five fingers » qui rend à chaque orteil son indépendance. Je n’ai pas fait beaucoup de kilomètres avec, mais j’ai tendance à préférer la large « toe box » des Trail Glove.

Mais c’est peut-être dû à une différence de taille. Je pense que j’aurais supporté une demi pointure de plus pour les vff. Je n’ai pas eu de problème d’ampoule, mais elles restent très près des pieds ; bien collées tout autours des orteils.

Du coté des chiffres, j’ai essayé d’augmenter le kilométrage minimaliste progressivement, à raison d’une sortie par semaine pour reposer les mollets, parfois 2 pour soigner le mal par le mal…

Voilà ce que ça donne :

bilan-minimaliste2.png

Ma plus longue sortie fait 13km pour une moyenne globale hebdo autours de 35km « toutes chaussures confondues ».

bilan-minimaliste1.png

A part 6’ à mon allure 10km au cours d’une sortie pré course, je n’ai pour l’instant pas fait de fractionné en minimalistes, histoire de préserver me métatarses…

Mais les sensations de légèreté sont vraiment présentes, avec en forêt un besoin de précision très intéressant même si j’ai encore du mal à vraiment me lacher en descente tout en restant souple et léger dans mes appuis (et en plus mes sentiers sont vraiment faciles…)

Pour ça il me faudrait surement une paire un peu plus amortie et qui pourrait m’emmener de Saint Etienne à Lyon début décembre… Peut être que la future Salomon FellCross serait une bonne candidate, bien qu’un peu cramponnée pour les sentiers roulant  de la Loire ;)

Mais si c’est trop light, je mettrai aussi mon pied dans les Lafuma SpeedTrail, (question de look!) qui ont l’air assez légères, adhérentes et sans un talon trop haut.

A suivre ;)

8 réflexions au sujet de « Petit bilan minimaliste »

  1. Les kilomètres augmentent bien, tu n’as aucune douleur spécifique ? niveau tendon d’achille, plante du pied , orteil ?

    pour la saintélyon, j’avoue que le choix va être difficile, en l’état actuel, je ne sais même pas si je vais partir sur un modèle trail ou route, encore moins sur une « légère » ou une grosse amortie :p

  2. Tient c’est vrai que je n’ai pas parlé des « douleurs »
    Je dois encore être dans une phase de minimalisme « enthousiaste » et pas assez « raisonnée » :)

    Mais il faut dire que je m’en sort bien…
    Il m’est arrivé une ou deux fois, en descente sur le goudron, de sentir une « pointe » sous la voûte plantaire, à l’avant ; Cela disparaissait sur le plat et n’a jamais duré après la sortie. Peut-être que ma voûte s’étirait un peu trop.

    Je me suis aussi fait surprendre une fois par une pierre bien pointue cachée dans un sentier forestier. ça réveille… mais pas de séquelle non plus.
    Je n’ai jamais ressenti de fatigue particulière dans les pieds. Seuls les mollets fatiguent encore trop vite ; et ça fait mal ;)

    Pour la SaintéLyon c’est pas simple. Hors conditions exceptionnelles de l’année dernière, les chemins ne sont pas très techniques et il y a un peu de route au départ et bien 10 bornes pour finir.
    A mon avis ce n’est peut-être pas la peine de prendre des grosses chaussures de trail, mais un peu d’amorti après 50km ne doit pas être désagréable non plus…
    Je vais peut-être jouer la prudence. J’en saurai plus quand j’aurais refait des sorties longues car depuis le début de l’année, je n’ai faits qu’un semi et une sortie de 30 bornes.
    ça fait bien avancer le schmilblick non ?

  3. @Lexel : c’est difficile à dire.
    Si le passage à des appuis plus sur le milieu / l’avant pied se fait naturellement avec des chaussures minimalistes, je pense retomber encore facilement dans mes vielles habitudes, (moins dynamique?) sur l’arrière, dès que je les enlève.

    C’est aussi pour ça que j’ai des doutes sur le choix de chaussures pour du « long », quand au fil des kilomètres, le corps ne répond plus beaucoup et quand le mode « minimaliste » et sa foulée dynamique et tonique laisse place au mode « je mets un pied devant l’autre et l’avance » !
    il faudra surement un peu de gel, air ou autre pour éviter les ennuis.

    Mais… hier j’ai couru avec mes voméro pour une séance de fractionné court et j’ai « senti » mes mollets alors que cela ne m’arrivait pas en chaussure amorties avant.

    C’est peut-être un début de changement, mais il faut se laisser le temps. Cela ne fait finalement que 3 mois que je cours (et pas dans 100% ds sorties) avec ce genre de chaussures.

  4. Salut,

    Pour ma part cela fait à peine un mois que j’utilise mes VFF Bikila LS (je ne fais que piste / bitume / stabilisé). Au bout de quelques sorties (ou portions de sorties) j’ai fait une sortie de plus d’une heure avec des variations d’allure.

    C’est très agréable, et je n’ai même pas eu mal aux mollets (je pense que c’est dû au fait que ma foulée a nécessité peu d’adaptations, j’ai déjà une cadence de 180 en jogging lent, près de 200 à allure marathon et que mon volume d’entraînement est assez conséquent, donc 1 heure en proportion est peu).

    Par contre, j’ai senti que ça « chauffait » un peu en accélérant au niveau des os
    des pieds, donc prudence même si aucune douleur pendant ou après.

    Par contre, pour ce qui est de les prendre sur un ultra (et même sur marathon sauf si couru tranquille), même pas en rêve car comme tu le dis avec la fatigue la foulée change et l’attaque talon risque fort de ré-apparaître…), à moins d’être certain de finir la course très frais musculairement ce qui est dur à prévoir surtout avec peu ou pas d’expérience!

    Il faudrait juste pouvoir changer de chaussures en cours de route, dur à moins de trimballer une paire sur soi… Mais possible sur 100 km avec accompagnateur vélo ou sur une course horaire, à voir…

  5. pourtant ton test ne m’a pas semblé complètement négatif. Surtout si le terrain n’est pas trop technique.
    J’ai passé un pied dedans il y a quelques semaines dans un magasin et elles semblaient mériter d’y réfléchir un peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>