Archives du mot-clé course

Marathon de Paris 2015 : ça passait c’était beau !

Ce Marathon de Paris pardon, ce Schneider Electric Paris Marathon était ma troisième incursion sur la mythique distance du grand fond ; après 3h14 à Lyon pour un premier essai qui s’était passé comme dans un rêve, 3h18 bien plus compliquées à Nantes .

Mais après le gros plein de plaisir sur l’écotrail (il faut que je vous raconte. C’était trop bien !), je prends celui-là comme un bonus, même si, je voulais retenter 3h10. Parce que je suis joueur. Mais aussi pour la visite de Paris, l’ambiance, le sport, le soleil et le goût de l’effort !

Ce 12 avril 2015, la météo est parfaite. Même s’il fait un peu frais sur les Champs-Elysées encore à l’ombre. Mais je sais qu’il fera vite chaud… Et j’ai du coup avec moi une petite bouteille avec de l’eau et des « bicabornates » isostar au cas où.

Les copains de la Runnosphère & Friends, les collègues d’entrainement, du boulot sont au départ. On a tous des objectifs proches, tous les pétoches, mais on joue bien la comédie ;)

mdp2015-depart

Nous sommes dans le sas « 3h », franchement bien placés. Les vagues mises en places sont très efficaces pour nous assurer un départ fluide et foncer droit sur… Maya et son appareil photo !

mdp2015-maya

Je ne vous ferai pas la visite détaillée, kilomètre après kilomètre. (venez plutôt courir l’année prochaine) mais c’était vraiment joli. Et ce n’est pas si souvent que l’on peut se balader dans les rues de Paris à pieds, sans voiture…

Continue reading

bare-access-trail-5_Fotor_Collage

Merrell Bare Access Trail : fin de test au MaxiCross

C’est la troisième paire de Merrell avec laquelle je cours. Toujours avec plaisir.

Après avoir usé 2 paires de Trail Glove (une ballerine très minimaliste), bien entamé des Mix Master que je sors toujours avec bonheur, me voilà chaussé (au frais de la marque cette fois) de Bare Access Trail avec lesquelles j’ai parcouru environ 150 bornes, sur route, en forêt et en course lors du MaxiCross de Bouffémont il y a 2 semaines (dans sa version 15km).

Elles font partie de la collection « barefoot » du fabricant, avec comme caractéristiques principales du zéro drop, une grande flexibilité et seulement 278g pour mon 46,5.

Le chaussant est très proche du pied. Elle est très précise. Et ferme. Avec seulement 15mm de semelle les sensations et la proprioception sont bien remontées.

bare-access-trail-1

Les crampons ne sont pas très prononcés, mais la gomme Vibram est efficace sur le mouillé. Et de l’accroche il en fallait. Après un bien bref échauffement, je me retrouve en compagnie de Philippe et de Cyril littéralement sur la ligne de départ…

maxicross-2

Du coup ça part un peu vite, sur une petite boucle de bitume parfaite pour étirer un peu le peloton avant d’attaquer la forêt. Ce sera le seul moment « sec » du parcours. Les chaussures répondent très bien. Forcément avec presque aucun amorti, pas de dissipation d’énergie !

Je m’étais dit que j’allais gérer cette course comme un semi. Du moins d’un point de vue de l’intensité de l’effort. Mais comme je n’ai pas du tout fait de prépa « spécifique trail court » et le Relais du midi est encore dans mes jambes, mon affaire va rapidement se compliquer ;)

Continue reading

Le relais du midi

le-relais-du-midi-11Après la saintélyon, le retour à la compétition est un peu brutal. 72km début décembre, 800 et 400m en février.
C’est l’association Saint Denis Emotion qui organisait ce jeudi midi un 10km sur piste en relais mixte. En quelques clics, 4 collègues de l’AS Running de mon employeur se joignent à moi pour cette course : Céline, Arnaud, Ronan et Thierry.

L’organisation est super sympathique, conviviale. En 2 minutes on nous remet des dossards, les épingles et un bâton rouge. Il y aura 7 équipes au départ.

Aujourd’hui je suis coureur de 800 ! #lerelaisdumidi

Une photo publiée par Mangeur de Cailloux (@mangeurdecailloux) le

10 000m à se partager, donc 2 000m chacun, mais pas d’une traite. Ce serait trop facile… Les passages de relais se feront deux fois au bout de 800m avant de finir par un tour de piste.

Autant vous dire que pour un coureur de plus ou moins longue distance, je manque sérieusement de repères sur le tour de piste !

Mais le plan est simple et j’ai été prévenu : sur 800 le deuxième tour peut être très long ; sur le 400, ça passe presque à fond ;)

Continue reading

UT4M-dossard

Dans le rétro : UT4M 2014

Après le Trail de Faverges en début d’été, un poil de récup (5 jours sans course…), Je me suis mis à chercher une autre balade en montagne. Mag est de la partie ; et si j’ai bien tenté de nous embarquer dans un gros truc, la perspective (et l’envie de profiter!) des vacances en famille, et avec les copains fait flancher la motivation pour un gros plan d’entrainement au profit d’un plan « rosé / saucisses » un peu plus souple…

La version « chartreuse » de l’UT4M s’impose assez rapidement, avec pas mal de bons points :

  • son format (42km / 2700m de dénivelé) que l’on commence à maitriser. C’est pas trop long, on récupère assez vite.
  • la date : un samedi, c’est finalement pratique. On part le vendredi soir après le boulot et le dimanche on est de retour à la maison. Et fin aout, après nos vacances,  mais juste avant la rentrée scolaire.
  • l’accès : la course est au centre de Grenoble, à deux pas de la gare et l’organisation prend en charge le transfert en bus vers le départ

Et la cerise sur le gâteau, c’est l’hébergement chez L’ami ricoré !

L’Ultra Tour des 4 Massifs est en effet un évènement basé sur une course faisant le tour de Grenoble par ses massifs, avec chacun leurs spécificités : Vercors, Taillefer, Belledonne et Chartreuse. (j’aime bien ce concept de course qui font le tour de quelque chose par les sommets…).

Vous pouvez donc faire le tour complet (165km), un demi (90km), deux quarts en 2 jours (un 40 le vendredi, l’autre le samedi), un quart avec 40km (Vercors ou Chartreuse), un kilomètre vertical et des relais !

Voilà pour le topo. Pour le récit de course, ce sera avec les quelques photos prises pendant la course !

Continue reading

ekiden-2014-concept

Ekiden de Paris 2014, la Runnosphère prends le relais !

Vite fait, avant le semi de ce week-end, mon retour sur ma dernière course : L’Ekiden de Paris. Une course bien singulière puisqu’il s’agissant de courir un marathon, mais en relais. Pour cette première, j’ai rejoint l’équipe de relais à 6 que Philippe avait constituée pour la Runnosphère, en compagnie de Salvio, Guillaume, Florent et Greg.

Si vous ne deviez retenir que une, deux non, trois choses :

  • Le chrono de l’équipe : 2h36’16 pour la victoire au challenge média (faute de participants…) mais quand même 35ème au scratch.
  • La date de l’année prochaine, pour venir faire cette course avec vos copains qui courent !
  • Moi aussi je sais voler !ekiden-2014-photorunning

 

Continue reading

Trail-Faverges-13

Trail de Faverges 2014 : retour dans les sentiers

4h30.

Trail-Faverges-10Pas le temps de me laisser bercer pas la sonnerie du réveil. Ben, Cyril et Mag sont déjà réveillés depuis… ah non en fait ils n’ont pas vraiment dormi. Ces petits jeunes sont vraiment trop sensibles au stress de la course.
Le temps d’avaler un grand bol de poudre, et de prendre la route pour descendre à Faverges, nous voilà sur place. Le retrait des dossards est instantané. On gagne un short en laine Icebreaker, un café et déjà les sourires et les encouragements des bénévoles.
J’embarque Mag pour un petit échauffement qualitatif histoire de ne pas se mettre le cardio au taquet et les jambes dures dès les premiers kilomètres…

Le temps de ranger la veste (un truc sympa de chez waa. test à venir…) dans le sac, un petit briefing et c’est parti ! Les « casquettes » devant, à l’attaque avec comme objectif de boucler l’affaire en 7h,  et les « tee-shirts verts » derrière en bizutage, avec La Réunion dans le viseur…

Trail-Faverges-01
Casquette vs. Tee-shirt verts !

On démarre presque tranquillement. Le petit bouchon qui se forme en traversant le château de Faverges me va bien vu que je pense ne pas dépasser 160bpm (qui devraient donner environ 800m/h) sur le début de course pour préserver un hypothétique finish quelques dizaines de kilomètres plus loin…

Mais on rentre dans le vif du sujet avec une double bosse en passant le long de l’abbaye de Tamié. Après tout, on n’est pas venu là pour acheter du fromage !

Continue reading

Marathon de Nantes

Un compte rendu de course sur route, je crois que c’est toujours un peu barbant. Il n’y a pas de paysage à couper le souffle, pas mal de monde et en plus il ne fait même pas beau. Du coup je ne vais pas vous raconter kilomètre après kilomètre mon marathon de Nantes ;)

Et pour les pressés, je visais 3h10, (malgré la météo peu favorable ; je me revois dire à Bernard et Clément la veille : « avec le vent annoncé, on oublie l’objectif chrono… »), et j’ai fini en 3h18.

Après un début de course dans le bon timing et en compagnie de Séb, je suis sur le fil à partir du 28ème, jusqu’à ce qu’une rafale me sèche peu après le 31ème kilo. La suite est en dents de scie, en fonction des bosses du parcours, du sens du vent où du soutient de mes supportrices préférées !

Mais franchement, si c’est pour se prendre le vent et la flotte dans le nez, des bosses et de la boue, autant faire du trail !

Continue reading

semiparis-eau

J’aime pas le Semi !

Mais alors vraiment pas ! Même si toutes les conditions étaient réunies pour mon premier Semi de Paris. Après 2 ans, c’était aussi mon retour sur ce format de course. Je crois que je peux dire que  j’ai préféré la précédente expérience, malgré le petit mur pris de plein fouet au 16ième…

Aujourd’hui, la météo était au top (bon ok, on se les gelait un peu avant le départ…), les copains de la Runnosphère étaient là, mais aussi des amis Facebook, un ancien de la #snf, un collègue de travail, la TMC

Après un bref échauffement en compagnie de FranckGregPhilippe, et Salvio, je prends place dans mon sas rouge, paré à suivre les consignes du coach Xrun : départ à 4’02 le temps de laisser passer le stress du départ, puis « limite » cardio à 175 (mon max est à 180bpm) jusqu’au 10ème, et ensuite tenir pour approcher un très ambitieux 1h25.

C’est d’autant plus ambitieux que, en accord avec le coach, je n’ai pas préparé spécifiquement ce semi de Paris ni allégé la semaine précédent la course (44k dans les jambes avant le départ, dont une séance de seuil avec 10 bornes à 14 et un bon 3x5x300…)

Autant vous dire tout de suite, je n’y croyais pas du tout à ces 1h25. Mais je ne me voyais pas non plus au-delà des 1h30…

Continue reading