Archives du mot-clé peregrine

saucony peregrine 3

Saucony Peregrine 3 en test

runners-worldC’est à l’occasion d’un partenariat avec Fred Brossard et la revue Runner’s World (pour laquelle il réalise et coordonne les tests de matériels) que je retrouve avec plaisir la dernière version de la Saucony Peregrine. Dans le numéro actuel du mensuel, vous trouverez un panel de chaussures dédiées à la course nature et au trail, avec un extrait de ce test.

C’est le plaisir des yeux d’abord, (enfin autre chose que du noir!) car elle est plutôt jolie dans sa livrée bleue et jaune fluo ; et plaisir des pieds bien sur car j’ai « usé » avec bonheur les 2 premières versions sur mes plus grosses prépa et courses.
Si la semelle reste la même (et excellente) depuis 3 versions, l’empeigne a évolué dans le bon sens selon moi :
la languette est maintenant un peu plus épaisse pour améliorer le confort au serrage, et les lacets plats ne glissent plus. (ils sont pas contre presque trop longs alors que les précédents étaient presque trop courts…)
Le mesh a été complètement revu aussi. Il est plus fin et plus élastique, mais renforcé par des bandes de maintien qui offrent un bonne tenue de l’avant pied, tout en préservant la légèreté de la chaussure.
Il est très aéré afin de laisser sortir (et entrer!) l’eau, sèche rapidement et évite au pied de macérer. J’ai pu expérimenter ça pendant 7h sous la pluie et la neige ardéchoise sans problème de pieds.
il semble aussi plus résistant que ses prédécesseurs, dont l’espérance de vie en trail est un peu juste (surtout comparativement à la longévité de la semelle)
L’avant pied reste donc bien en place, et je qualifierais la largeur de « suffisante » pour laisser s’exprimer les orteils, en offrant un bon équilibre entre précision et confort. L’arrière dispose quand à lui de plus de liberté ; il faudra comme RunmyGeek, faire attention à ses chevilles dans les zones très techniques en appui « talon » (qui sont bien amortis)
C’est finalement le seul petit défaut de cette chaussure. Sans vouloir être pris dans un rail comme avec les Fellcross par exemple, un peu plus de guidage du talon ne serait pas de trop.

Saucony Peregrine 2 – le retour !

2012, on change tout sauf les shoes !

En effet, malgré une fin de vie prématurée (600km!) je repars avec une paire de Saucony Peregrine pour le trail. La version 1 que j’ai beaucoup appréciée, m’a permis de boucler ma première SaintéLyon, et de pouvoir courir longtemps en chaussures assez légères, accrocheuses ; presque minimalistes.

En plus, il n’y a pas beaucoup de choix dans la « catégorie » (drop faible mais pas nul pour pouvoir tenir longtemps, des crampons et un peu de protection sous les pieds).

Autant pour la route le choix commence à être vaste, mais pour le trail, c’est plus compliqué. On peut trouver sur le marché : Brooks Pure Grit, Inov8 RocLite 285, Salomon S-Lab Sense mais je n’ai franchement pas voulu prendre de risque…(et je n’ai pas 200€ à donner à Salomon!)

Et comme on ne change pas un truc qui marche bien, j’ai re-signé…

Saucony Peregrine

Saucony Peregrine

Lire la suite

1000km en chaussures minimalistes – le matériel

Bon, 1300 bornes en fait, 1000km c’était quand j’ai commencé ce billet. Et surtout cela faisait un compte plus rond et plus joli pour le titre…

Après la phase de découverte et le premier vrai bilan, me voici avec un peu plus d’expérience dans le running minimaliste.

J’utilise maintenant 4 paires différentes en fonction du terrain (bitume ou sentiers) et du type de séance et ma « transition » est bien avancée.

Pour refaire un peu l’histoire, j’ai repris un petit jeu de questions de l’autre coureur minimaliste de Saint Cucufa, le « professeur minimaliste » de runners.fr

Vous pourriez même essayer de répondre à ces questions ;)

- Avez-vous déjà entendu parler du barefoot et du minimalisme ?

ben oui… surement fin 2010. Je trouvais les Vibram Five Fingers (VFF) incroyables niveau look et j’étais curieux des sensations qu’elles pourraient apporter.

Alors du coup j’ai acheté… des Merrel Trail Glove…

Il y avait très peu de retours ou d’avis sur les Vibram début 2010. Les VFF étaient trop chères (100 – 120€) pour prendre de risque de ne pas pouvoir les porter (cela déclenche beaucoup de questions), ou de pouvoir vraiment courir. Avec les Merrell au moins si ça n’allait pas je pouvais les « recycler » en baskets du dimanche ;)

 - Etes-vous tenté par cette façon de courir ?

Pas par le pied nu de chez nu. cela ne me semble pas compatible avec les sentiers. (ou du moins trop contraignant et consommateur de temps pour avoir la plante suffisamment renforcé pour affronter les débris de la forêt)

- Avez-vous déjà essayé ?

Progressivement depuis avril 2010. Et par ordre chronologique d’acquisition : Merrell > vff bikila > Mirage > Peregrine

Mais je n’ai rangé définitivement mes grosses Nike Vomero que fin septembre 2011.

- Avez-vous déjà pratiqué puis renoncé ? Si oui, pourquoi ?

Non malgré ma dernière mésaventure avec un bout de trottoir des bords de seine…

Par contre j’y suis allé très progressivement, avec parfois des pauses de plus de 2 semaines sans prendre les pures « mini » (vff, merrell) pour préserver mes mollets ou en cas de douleur sur le coup de pied et pour ne pas perturber mon plan pour mon objectif principal (saintélyon)

Cela m’est arrivé 2 fois, mais je pense plus à un problème de serrage des lacets et un genre de tendinite à cet endroit après la saintélyon.

 - Si vous êtes pratiquant, quelles ont été vos difficultés au début ?

Mollets « bloqués » au bout de 5km les premières fois avec des douleurs / courbatures / contractures en marchant pendant 3 jours les 4 premiers mois. Au moins…

Le cap des 10km / 1h sans finir cramé des mollets a été très long à passer, ce qui est assez frustrant quand on a l’habitude de courir plus…

Je les porte en ce moment pour les sorties à allure spécifique « semi », et la fin est souvent compliquée pour les mollets. Surtout si en plus j’oublie des les porter régulièrement.

Pour en avoir aussi un peu discuté avec Christian, je pense que j’avais trop peur de poser le talon (talonner, c’est le mal !) et que du coup j’étais trop sur une foulée vers la pointe / orteil qui ne me semble pas économique vs. le pied posé à plat. Peut-être aussi que je ne m’échauffe pas assez spécifiquement pour les muscles qui travaillent plus avec ces chaussures (le Soléaire)

Après tout ce bla-bla, des images :

minimalistes-profil.jpg  minimalistes-face.jpg

Je sais elles sont sales, mais au moins je cours avec. Peu importe le temps !

Et maintenant dans le détail…

  • Vibram Five Fingers Bikila :

240 km – 21 sorties – 70€ (livré chez le frère d’un pote aux US; Merci Ben et merci le dollar à 0,7€)

Peut-être ma paire préférée. Ultra légères (170g), ultra souples. Les sensations sont géniales lors des séances rapides de fractionné ou moins rapides mais plus longue sur un bon rythme (85% de vma)

Elles semblent solides et devraient durer surement 1000km.

On sent vraiment qu’il faut s’appliquer pour poser son pied (dont les muscles chauffent vite!), mais le grip est très bon sur la majorité des terrains, même humides. La semelle est très souple (même s’il existe plus fin dans la gamme vibram) et protège bien les pieds tout en favorisant une foulée toute en souplesse. Bref, on se prendrait presque pour un chat !

D’un point de vue pratique, elles sont pas si dures à enfiler, passent à la machine facilement et semblent assez solides et durables. Malgré leur vocation « route », elles se comportent très bien en sous-bois où l’amorti de l’humus est vraiment un truc à expérimenter ;)

J’ai fait avec un peu tout type de sortie, jusqu’à 18km, mais pas encore en mode « compétition ». Je les porte sans chaussette, sans jamais avoir eu d’ampoule. J’aimerais faire le Semi de Rueil avec, mais je doute encore de pouvoir tenir la distance « à fond » et comme ce n’est pas ma priorité, je ne veux pas prendre de risque avec mes mollets pour la suite.

  • Merrell Trail Glove

286 km – 28 sorties – 105€ au Vieux campeur. Mais j’en ai vu hier chez Décathlon !

Elles sont pour moi très proches des Five Fingers, le look classique en plus moins. Bien sur la semelle est un tout petit peu plus épaisse pour protéger la plante mais elles restent bien souples. Attention donc à ne pas vous aventurer tout de suite dans les cailloux. Même s’il y a « trail » dans leur nom, elles seront plus à l’aise dans les sentiers forestiers que dans la caillasse du sud de la France par exemple.

Je les porte parfois avec des chaussettes car leur chausson est vraiment près du pied et peu parfois un peu « coller » au pied. il faut faire attention au serrage qui est « très » efficace et la chaussette apporte un peu de confort. Le talon et le milieu sont très près du pied alors que l’avant laisse beaucoup de place aux orteil. On s’y sent très bien !

Comme avec les VFF, il n’y a pas d’amorti, mais plus de protection sur l’avant des orteils. La semelle est un peu plus structurée, sans que l’on puisse vraiment parler de crampons. Cela ne l’empêche pas de pas mal accrocher tant que la boue n’est pas trop liquide mais j’aurais aimé en avoir un peu plus (sans tomber dans l’excès façon inov-8 baregrip)

Les experts minimalistes lui reprochent un talon trop fin et un support de la voute plantaire trop marqué qui gènerait la foulée naturelle et minimaliste (amorti notamment par les muscles du pied, de la voute plantaire.) Je ne suis pas du tout convaincu de ça.

Le seul petit reproche que je peux faire est pour le mesh très (trop?) aéré pour l’automne – hiver et qui laisse souvent passer les épines et petits piquants de bogues de Saint Cucufa ;)

Pas mal de choses peuvent rentrer par le coté intérieur du pied. Les lacets sont aussi pas top car ils glissent. Double noeud obligatoire !

Très légères (230g en taille 46), je les porte donc avec plaisir. Leur polyvalence leur permet toutes sortes de sorties « running » mais aussi pour pas mal d’autre sports et loisirs. j’ai mêmetesté : balade, rando, ping-pong, foot, vélo :)

  • Saucony Mirage

370 km – 24 sorties – 85€ chez i-run.fr

C’est la paire qui m’a vraiment fait mettre de côté mes grosses Vomero. Ici on n’est plus dans le barefoot même si ça reste minimaliste (4mm de drop entre autre caractéristique). La Mirage est la cousine de la célèbre Kinvara avec un genre soutient de l’arche et une semelle différente.

Pour avoir essayé les 2 dans la rue d’un magasin avant d’acheter, j’ai surtout trouvé et préféré la semelle plus ferme (moins chewing-gum) et avec plus de partie en caoutchouc noir et dur, gage d’une durée de vie que j’espérais plus longue.

A la différence des VFF et Merrell, j’ai tout de suite pu faire tous mes types de sorties, en entrainement et en course (Paris-Versailles et Marseille-Cassis) sans que les mollets ne râlent. Les 4mm de drop se font vraiment sentir à ce niveau et cela permet une transition très progressive.

Je pense qu’avec leur amorti et petit talon ma foulée est différente et que les mollets travaillent moins. Surtout avec ma foulée que je trouve très rasante, le talon doit se poser un peu plus.

On profite vraiment de leur légèreté et je les trouve assez dynamiques, sans pénaliser le confort. Le chausson gagnerait quand même a être un peu plus haut car l’espace réservé aux orteils (pas en largeur) est peu important. Je pense que Saucony a voulu gagner du poids mais cela c’est fait au détriment de la solidité.

Ceci explique d’ailleurs surement mon « trou » car j’en serais presque ravi si le mesh ne venait pas déjà à se trouer au-dessus du gros orteil. Les descentes vers le port de Cassis y sont surement pour quelque chose…

Le trou n’est pas encore très marqué et il ne m’empêche pas de courir mais je ne suis vraiment pas sûr d’enchaîner avec une Hatorri de la même marque.

Ce qui est étrange est que le trou n’apparaît que d’un seul côté. Le mesh s’use par le dessous, maltraité par le gros orteil qui se relève naturellement lorsqu’on pose le pied pendant sa foulée.

Dommage car c’est une bonne chaussure, au look sympa !

  • Saucony Peregrine

425 km – 21 sorties – 85€ chez wiggle.com

C’est la version trail de la Kinvara ; et ce sont mes chaussures de la SaintéLyon :)

On peut donc faire du long en minimaliste.

Souples et légères (340g vérifiés pour mon 47 – ça taille petit – et faut se méfier des poids annoncés sur les sites officiels), elles sont plus « molles » que les Mirage et offrent une vraie bonne accroche. Je les aiment bien avec leur semelle orange fluo.

Elles possèdent un petit anneau à l’avant de la languette pour accrocher des guètres (pas testé, mais l’idée est bonne si tout ne passe pas par le mesh…)

La mousse intermédiaire et la semelle protègent bien les pieds pour les longues sorties et elles sont forcément beaucoup plus souples que leurs prédécesseurs. On sent donc mieux ce qui se passe en dessous, gage d’une meilleure proprioception.

Dommage qu’elles se trouent aussi !

minimalistes-trou.jpg

Elles ne semblent pas avoir apprécié les descentes à l’entrainement et pendant la SaintéLyon. Pourtant je les aime bien ces chaussures.

Leur accroche est excellente dans la boue (moins dans la neige par contre) et je les ai emmenées sur des sorties d’EMA sur du goudron sans problème ou gène.

Une chaussure qui gagnerait à être connue, surtout que la Peregrine 2 arrive ;)

km-chaussures-minimalistes.png

A suivre… dans un prochain billet,  j’essayerais de vous parler de ce qu’il s’est passé dans les chaussures pendant ces 1300km ;)