Yéti Race : la course autrement ?

Le week-end dernier, j’ai été invité (lire : tous frais payés, transporté, nourri, logé – vous pouvez être jaloux, voire fermer cette page si vous n’aimez pas la vie sponsorisée) par Espon à faire du ski au Club Med à participer à la Yéti Race ; une course à obstacles façon Mud Day, So-Mad ou Frappadingue qui se déroulait à La Plagne en ouverture de la semaine des Etoiles du sport.

C’est parti pour la #YetiRace en ouverture des @etoilesdusport #EpsonEDS #RunSense #ReleverLeDéfiYéti #100epsonrunners

Une photo publiée par Mangeur de Cailloux (@mangeurdecailloux) le

La marque est un partenaire majeur de l’événement, et équipe des sportifs de hauts niveau de tous horizons avec sa montre GPS avec capteur cardio intégré : la RunSense SF-810  C’est un gps de course, mais elle en profite pour recueillir des « infos terrain » sur son produit un peu sorti de son champ d’utilisation principal. Pour la partie running, une centaine de personnes teste par ailleurs la montre et inonde le net de posts et vidéos en tout genre ;)

La particularité de cette RunSense réside dans l’intégration des technos maisons « historiques » du groupe Epson-Seïko. Ainsi, à la différence de Garmin ou TomTom, la marque japonaise produit elle-même son capteur cardio optique (le gps aussi) et espère en profiter pour proposer une montre plus précise, plus compacte et plus autonome. Je n’en parlerai pas vraiment car je ne l’ai pas testée, hormis la matinée de la course. A priori ça fonctionne bien coté GPS, cardio-fréquencemètre. La montre est compacte et légère ; les fonctions de base sont là :  fractionné, lap auto et manuel, zone de fc.

L’absence de ceinture cardio est pour moi vraiment un gros plus pour la gente féminine (et tous ceux qui ne supportent pas les ceinture thoraciques) qui souhaite s’entraîner en utilisant sa fréquence cardiaque comme compte tour :)

Mais je veux surtout profiter de ce billet pour parler de la course, où plutôt de l’événement « Yéti Race » même s’il ne correspond pas à l’idée que je me fais du running, du trail…

Ce n’était pour moi pas un objectif sportif, une recherche de performance. Juste une découverte du concept, de l’environnement. J’ai donc fait la course (10km et 500m de D+) dans les chemins enneigés autours de la station de La Plagne 2000 sans forcer, et en profitant du parcours, de l’environnement et du soleil pendant 2h40… (il y avait aussi un 20km et prochainement une autre Yéti Race aux Ménuires en mars 2016)

La #yetirace c’est quand même de jolies petits singles tous blancs… #EpsonEDS #RunSense #ReleverLeDéfiYéti #100epsonrunners Une photo publiée par Mangeur de Cailloux (@mangeurdecailloux) le

Il y avait 5 obstacles à passer. Avec souvent de l’attente (on oublie le chrono… surtout en partant en fond de peloton, mais tout le monde papote, récupère, refait la course à mi-parcours), mais jamais d’obligation, et des trucs sympas comme le tir à la carabine (où je fais un joli 5/5, avec 6 balles) où encore le « bûcheron » : une épreuve de sciage d’une énorme bûche, à deux. Ça fait les bras !

Bref, ça rigolait de partout, comme dans un parc d’attraction dont vous êtes le héro ? Comme pour le Mud day (kids), j’ai vu des gens s’amuser, se dépasser, glisser sur les fesses dans la neige.

Le business n’est pas en reste. Pour avoir discuté un peu avec des commerçants (contents de ce supplément de fréquentation pour l’ouverture de saison, surtout avec le faible enneigement), croisé des skieurs venus passer le week-end complet grâce à un « pack dossard + forfait + hébergement « , je pense que tout le monde y trouve son compte !

Et si vous cherchez la perf à tout prix, il y a encore des dizaines de courses sur routes tout au long de l’année, du ski-alpinisme si vous aimez l’effort intense en montagne, des cross à 4€ garantis 100% FcMax. Pour un rythme plus cool, rien de mieux qu’un Off entre potes !

Il faut simplement savoir ce qu’on achète, pourquoi on vient. Je pense qu’on en sort rarement déçu ;)

Et pour info le 10k se gagne en 1h14. Compte tenu du terrain, de l’altitude et des obstacles à passer (même sans temps d’attente) : il ne faut pas traîner non plus…

Le selfie avec le Yéti à l’arrivée de la #yetirace des @etoilesdusport ! #EpsonEDS #RunSense #ReleverLeDéfiYéti #100epsonrunners Une photo publiée par Mangeur de Cailloux (@mangeurdecailloux) le

5 réponses sur “Yéti Race : la course autrement ?”

Laisser un commentaire