Catégories
Récits et photos de course sticky

Finisher CCC 2019

De Courmayeur à Chamonix en passant par Champex, la CCC est un ultratrail faisant le demi tour du Mont Blanc, une petite soeur de l’UTMB qui fait le tour complet.

Retour sur l’ultra

Ce n’était pas mon premier ultra-trail. J’ai vécu en 2015 un inoubliable moment du côté de Grenoble, sur le même type d’effort que ce dernier week-end d’aout. Mes autres courses sont à mon (modeste) niveau trop courtes pour entrer dans cette « catégorie » d’expérience. Celle qui donne des frissons, qui laisse des traces indélébiles. Déjà que ces 21 heures sont passées à vitesse grand V…
Mais ces traces il faut les digérer, en avoir envie. Alors après 4 années, la chance a fait que j’ai pu satisfaire cette envie d’ultra, cette envie d’aller revivre de profondes émotions, d’aller me frotter à des sensations parfois inconfortables, parfois grisantes. Alors je suis allé courir la CCC.

UTMB – CCC – Panorama depuis la tête de la Tronche

Quelques jours après cette course, c’est encore un mélange de frustration et de satisfaction qui m’habite. Les sensations sont très différentes de l’UT4M. Pour ce morceau d’UTMB, je savais où j’allais en terme de difficultés, de moments difficiles (c’est peut-être pour ça que j’ai attendu 4 ans) mais j’étais assez bien préparé, un peu plus expérimenté. Et aussi peut-être un peu trop confiant ?
Pour ce genre de course, même si le chrono est omniprésent, je ne recherche pas LE temps. Je suis d’ailleurs bien incapable de gagner ou de faire une perf. Mais j’aimerai toucher le sweet spot, vivre l’Expérience, le runner’s high, un frisson ; appelez-le comme vous le voulez !

C’est comme une vibration qui dure, vous transporte le long du sentier. En tout cas les mots sont difficiles à trouver.
A chaud cette vibration a été trop courte, trop morcelée. Et même si dans cette semaine post UTMB où la musique de Vangelis tourne en boucle sur mes réseaux sociaux, je pense parfois qu’il me manque une nuit d’effort pour vraiment en profiter…
Heureusement la raison et les courbatures existent. Et demain je ferais surement le choix de courir sur un format similaire (moins de 24 heures de course), pour aller voir si cette vibration existe encore.

UTMB – CCC – Dans la descente vers Arnouvaz

Mais trêve de philosophie poétique de bas étage. J’ai couru la CCC 2019 et c’était bien ! Une grosse partie de ce roman photo d’ultratrail a été écrite le samedi après la course, au milieu des finishers de l’UTMB, avec la tête et les jambes encore chaudes de la balade, bercé par Conquest of paradise… alors soyez indulgents ;)