Archives du mot-clé nivolet-revard

bye bye 2012, bonjour 2013 !

Et voilà,

c’est reparti pour un tour. Je vous souhaite donc une très bonne année. Comme vous êtes sur un blog de sport, j’espère que 2013 sera rempli de jolis sentiers, de pistes enflammées et de records perso battus !

Mais pour enterrer complètement 2012, rien de tel qu’un petit bilan, avec des chiffres et des mots.

Selon Garmin Connect, voilà ce que ça donne : 2250km courus, 1360 vélotaffé, 36 nagés, 320 pédalés, 216 vttés et 3 pagayés…

bilan 2012

J’ai encore pris beaucoup de plaisir à m’entrainer et à découper mon année en périodes, chacun devant servir à préparer une compétition ou améliorer ma vitesse de base.

Grosse modo, au cours de ces 12 derniers mois, je me suis organisé de cette façon :

- 2 à 3 semaines de  VMA avec des rappels de seuil

- presque 8 (dont une de coupure au ski) pour préparer le semi de Rueil

- suivies sans coupure de 7 ou 8 plus spécifiques trail pour le Nivolet Revard

- Après une semaine de coupure complète, j’ai « capitalisé » avec 4 d’entretien pour l’aventure chablaisienne, et la course dans le parc de chateau de Versailles 3 semaines plus tard.

- Ensuite, 8 semaines de plan VMA maison, en conservant des sorties presque longues

- Début Septembre, j’ai allongé progressivement les séances, insisté sur le seuil, refait des côtes (à pied et en courant) pour « préparer la préparation » de la SaintéLyon. Paris-Versailles a conclu ce mois.

- Comme le mois précédent, octobre et novembre ont bien sur été consacrés à la SaintéLyon ;)

 

Lire la suite

Nivolet Revard - Le Revard

Trail Nivolet Revard 2012 – Compte Rendu

La croix du Nivolet par VinVin20
La croix du Nivolet par VinVin20

7h07 de plaisir, c’était ma réaction « à chaud » le soir du trail Nivolet Revard.

A froid, mais avec encore des douleurs dans les cuisses pendant 5 jours,  je n’ai pas changé d’avis !
Mais revenons un peu en arrière… vers 5h30, samedi 5 mai. Le réveil sonne à une heure assez habituelle pour moi, mais j’aurais bien dormi quelques heures de plus. Le temps d’avaler un gâteau énergétique Aptonia (au chocolat bien sûr !), je suis dans la voiture direction Voglans.
Il fait gris, et je me demande même un peu ce que je fais là.
Je dois faire la course (enfin au moins le départ, vu leur niveau et expérience) avec Doune et Lamiricoré, mais ce dernier est « out » :(
Tout seul, je ne me serais sans doute pas inscrit pour cette balade. Même si le partage via internet et les blogs est important, rien ne remplace les « vraies » discussions.
Après une petite heure d’autoroute, les montagnes pointent le bout de leurs cimes très enneigées. Après tout, début mai il y a encore des stations de ski qui sont ouvertes…

A la sortie du tunnel de l’Epine, la Croix du Nivolet est déjà là à m’attendre dans les nuages gris. Je n’ai pour cette course finalement pas trop de pression. Mais beaucoup d’envie. J’y vais pour prendre du plaisir pendant une bonne balade, profiter de la vue et prendre une première expérience sur le trail, le dénivelé positif, les descentes. J’ai déjà fait une course longue, mais plutôt descendante voire plate. Ici la durée sera un peu plus faible, mais l’effort différent…

Petite anecdote, j’arrive sur la parking à coté de Thomas Saint-Girons du team Asics ; Le temps d’échanger quelques mots, il semble vraiment très sympa et accessible. Même si on n’est pas vraiment dans la même catégorie (il joue la gagne), on repartira finalement en même temps le soir. Comme quoi il n’est pas si rapide :) – il finira 7ième en 4h47 à 17 minutes du vainqueur : Fabien Antonilos.

8H – J’ai retrouvé Doune en arrivant. Nous sommes en fond de grille en train de papoter avec 2 de ses collègues de club qui m’ont l’air bien affutés. Il n’est pas vraiment sorti de sa saison de ski alpi et m’annonce qu’il fera la course avec moi ce qui m’arrange bien finalement. Partager ces moments de course en direct est finalement ce qu’il y a de plus important !
Dans un semblant de planification, j’avais « découpé » le parcours en 4 parties :
  • L’ascension jusqu’au Sire (1558m) en 3 fois avec 2 petites descentes entre chaque étape : le Malpassant (978m/+700m), les prés sous la croix (1300m/+480m) et la Croix du Nivolet (1547m/+644m)
  • Le faux plat montant jusqu’au Revard (1538m)
  • La descente (800m de D- en 5km)
  • La fin, vallonnée…
Le départ donné ! Le trail commence par une petite montée… sur du bitume. Les 3 chablaisiens sont déjà à bonne allure pour ne pas se retrouver bloqués à l’entrée des sentiers. Ce sera un bon choix car on attaque rapidement la première difficulté.
Sur la route, j’annonce directement que j’aime pas partir si vite ; surtout pour 50km. En plus le cardio à froid fait des siennes, et me sort un bon 187 bpm (ma FCmax n’est pas si haute…) avant de se calmer. Il baisse un peu mais pas tant que ça. On verra. Je l’oublie pour le moment…

Trail Nivolet Revard 2012 : 7h07 de plaisir

Me voilà de retour des Bauges, où de bout en bout les sensations ont été excellentes !
Ce soir c’est juste un mini CR car il faut le temps que je digère, trie les photos et vidéos.
La météo pourtant si mal engagée était au top, et cette balade avec les copains vaut vraiment de détour.
Avec Doune, on a donc dégusté…

  • 3 belles bosses montées à 16minutes au kilomètre (je laisse Doune vous convertir ça dans sa mesure montagnarde: le « mètre de D+ par heure »
  • la rencontre avec VinVin20, notre photographe officiel, à la Croix du Nivolet
  • 1 superbe vue sur le Lac du Bourget depuis l’énorme croix
  • 1 faux plat montant interminable jusqu’au Mont Revard
  • Encore une superbe vue sur le lac
  • 5km de singletrack pour revenir 800 mètres plus bas
      En attendant la suite, voici un petit extrait…

Merci à tous pour vos encouragements !

 

Le Récit complet est disponible ici : http://mangeurdecailloux.com/nivolet-revard-2012-compte-rendu/

Nivolet – Revard : S-6 !

Moins de 6 semaines avant la promenade au-dessus du lac du Bourget

La ballade s’annonce belle, entre les terres de Lamiricoré et de Doune. On m’a même parlé d’un ravito au Nutella au pied de la croix du Nivolet! C’est le gros objectif de cette année (la course, pas le nutella) avant la SaintéLyon avec le but est de découvrir le « vrai » trail, et de surtout prendre du plaisir tout le long du chemin.

Mais 6 semaines, ça passe hyper vite (surtout que la première est bien entamée)

Cela donne donc :

1 semaine de récup après le semi

3 semaines de charge

2 semaines de plus en plus cool, sans travail de qualité et avec uniquement des footings vallonnés dans mon bois

J’ai comme d’habitude plein de questions sur mon plan d’entrainement.

En gros, depuis janvier,  j’ai bien mangé du seuil et de la vma courte, avec en plus des sorties « presque » longues (2h à 2h30) et un peu de côtes en vélo pour les cuisses.

Je m’entraine 6 fois par semaine,  avec un peu de vélotaf (3 fois par semaine, 8km en 25’ l’aller) mais je ne suis pas sûr que ça serve à quelque chose (trop court ?)  à part me changer d’air.

Du lundi au dimanche ça donne : côtes en vélo / footing vallonné (D+ 300m …) /seuil / piscine / vma / repos / SL

Et maintenant que faire ?

  • Pareil ?
  • Remplacer les séances de vma par des côtes longues (chez moi ça veut dire 6 à 8 fois 6’ à 85%  = environ 800m de long / 80m D+ environ) ?
  • Remplacer le footing vallonné par des côtes longues ? (et du coup intervertir piscine et seuil) ; mais cela me parait compliqué à tenir physiquement
  • Remplacer le seuil par des côtes longues ? (même % cardio, mais fractions plus courtes). Surtout que j’ai déjà pas mal bossé le seuil
  • Mixer : une semaine côte longues / une semaine seuil ?
A votre bon cardio coeur !