[test] Saucony Triumph iso 2 : Everun

Ceux qui me suivent sur Strava et mes autres réseaux sociaux n’auront pas vraiment de surprise avec ce nouveau test : j’ai vraiment aimé courir avec ces Saucony Triumph iso 2 dans tous les types de séance que j’ai pratiqué avec elles.

Surtout qu’avant cette nouvelle version, j’ai été plutôt élogieux avec la v1. Et c’était mérité !

C’était ma pantoufle d’ultra, ma charentaise de sortie longue, mon chausson de footing de récup, celle qui m’a emmené avec beaucoup de plaisir au 1er étage de la tour Eiffel lors de l’écotrail 2015 ;)

 

Dans la (trop peu connue) gamme du fabricant américain, la Sausony Triumph est en haut, niveau confort, technologie et amorti (et prix!). Et elle n’est finalement pas très loin d’une Hoka, avec 30mm sous le talon et 22 devant.

Le drop reste donc à 8mm. Saucony a depuis longtemps pris le chemin du drop faible à modéré et c’est franchement une bonne chose !

 

De sa prédécesseur, elle conserve son chausson iso sans couture qui vient recouvrir le pied un peu comme une chaussette, en s’y adaptant parfaitement. C’est plutôt large au niveau de l’avant pied et le talon est bien guidé pour garder une bonne stabilité même quand les bornes s’enchainent. Il ne reste donc plus qu’à refermer les lacets et à courir aussi vite que vous le pouvez !

Après 200km, la semelle extérieure semble aussi durable que le V1 qui est encore bien présentable après 800km. A l’intérieur, elle s’enrichit du nouveau matériaux everun qui est la réponse au boost d’Addidas ou à la Fresh Foam de New Balance. Il permet de donner vraiment plus de répondant, plus de dynamisme (et ça ne fait pas de mal!) à la Triumph. La marque insiste aussi sur le fait que les propriétés de l’everun permettent de conserver tout au long de la sortie les même qualités malgré l’accumulation des chocs, les échauffements.

On retrouve ce matériau sur d’autres chaussures de la gamme Saucony, dont la Kinvara 7 que je teste en ce moment :) :)

L’épaisseur et la répartition varient en fonction du profil de la chaussure. Sur la Triumph iso il est sur toute la longueur du pied, alors que sur la Saucony Kinvara 7 il est positionné uniquement sous le talon.

Et cet everun est c’est ce qui fait que cette nouvelle Saucony Triumph iso n’a plus grand chose à voir avec l’ancienne. Elle en a gardé tout le confort (et le poids aussi…) tout en ajoutant une belle dose de peps qui lui permet d’étendre son champs des possibles, de sortir aisément du cadre des footing de récup où des sorties longues et tranquilles.

Je la conseille donc fortement. Plutôt au coureurs moyens à lourds (c’est relatif, mais je pèse 78kg donc plutôt dans le haut des moyens pour les coureurs qui sont souvent légers…), comme chaussure de tous les jours pour la route bien sûr, et les sentiers secs et faciles. Elle saura vous faire tourner la tête sur la piste en cas de besoin.

Si vous cherchez à chasser le chrono sur les courtes distances, il faudra peut-être vous tourner vers une paire plus légère, mais en compétition elle sera très bien à partir du semi et au delà. J’étais d’ailleurs prêt à prendre le départ du Marathon de Paris avec :(

saucony-triumph-iso2-talon-bis

 

Les technologies embarquées, son confort et sa finition en font une chaussure plutôt haut de gamme et cela se voit sur son prix. La Saucony Triumph est affichée à un prix de base 170€ sur le net… Mais les soldes approchent !

Vous pourrez la trouvez chez i-run.fr ainsi que chez Zalando

 

 

 

 

3 pensées sur “[test] Saucony Triumph iso 2 : Everun

  • Ping : [ TEST ] Hoka Tracer - Mangeur de Cailloux

  • 14 novembre 2016 à 12 h 18 min
    Permalink

    Trop fragile sur le dessus. Mes saucony triumph everun sont hs apres seulement 300 kms. Le gros orteil du pied droit a déchiré la couverture.
    Pourtant je suis tres meticuleux avec mes chaussures.
    Passez votre chemin la qualité n est pas en rapport du prix

    Répondre
    • 15 novembre 2016 à 19 h 07 min
      Permalink

      bonjour Rémy,
      merci de partager ton expérience ici. J’ai aussi eu ce souci sur une autre Saucony (la Mirage) qui s’était trouée par l’intérieur au même endroit. je l’avais « recollée – rebouchée » et si l’esthétique en pâtis, elles avaient quand même tenu 100km.
      Ma Triumph V1 (800km au compteur) n’est pas loin du trou mais elle a fait l’écotrail et les descentes y sont en général pour beaucoup. Rien à signaler sur ma v2 (270km parcourus avec)

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :