Marathon de Paris 2012 : supporter et photographe

Après l’écotrail, le marathon de Paris était peut-être LE gros rendez-vous du début de saison pour la Runnosphère, avec 8 représentants. Mais c’était aussi celui du reste du monde (40 000 personnes au départ!)

La traversée de la capitale d’Ouest en Est (puis dans l’autre sens…) s’annonçait à la fois belle et compliquée par la météo avec de bonnes rafales de vent qui fera tout pour souffler le moral des prétendant aux 42,195 kilomètres.

Greg, Kejaj, Noostromo, Run Reporter Run, Je cours Paris, Giao, Maya et Mathès se sont donc présentés ce 15 avril avec des objectifs et une expérience « différente » sur la distance reine. Mais tous avaient l’envie et la motivation après un long et (plus ou moins) studieux plan d’entrainement ;)

Pour moi l’affaire semblait beaucoup plus simple. Je n’avais une sortie longue à faire…

Le plus dur n’était en fait que de faire rentrer le reflex dans le mini sac à dos, et d’estimer les heures de passage de mes amis au point visé : le 34ième kilomètre.

En fonction des objectifs affichés (officiellement ou pas…) il me suffisait de multiplier les allures de chacun par 34, et d’ajouter 8h45 ;)

Après un petit tour dans Saint Cucufa pour ne pas oublier le travail de dénivelé, me voilà en position Porte d’Auteuil à 11H pile.

MDP01.jpg

Un groupe est en place pour essayer de réchauffer un peu l’ambiance… rendue presque glaciale avec le vent.

Le défilé des coureurs bat son plein, même si Stanley Biwot est déjà sorti de la douche, après avoir battu le record de l’épreuve (2h05″12).

Si vous ne voyez pas ce que cela représente, essayez donc de faire le tour d’un terrain de foot en 1 minute, 121 fois…

Le vent ne devait pas souffler dans le même sens pour tout le monde ;)

Mais même à ce moment, il y a encore de sérieux candidats au tee-shirt de finisher !

L’attente commence. Le flux des coureurs est assez impressionnant. J’essaye de repérer un endroit où me poser pour sortir l’appareil. Il est par moment impossible de traverser tellement il y a du monde. Ça défile tellement vite que je me demande comment je vais faire pour repérer les têtes connues. Surtout que je ne connais pas leur temps réel, ni l’heure de départ effective car si les élites partaient bien à 8h45, le reste du peloton peut prendre beaucoup plus de temps !

Les meneurs d’allure « 3 heures » arrivent ; il y a Pascal Sylvestre de runners.fr qui fait un sacré boulot. Je vous invite vraiment à aller lire son récit.

MDP02.jpg

Je prends quelques photos avant d’aller « ramasser »  Stéphane, l’inconnu au dossard 4671 assis par terre à essayer de sauver ses mollets perclus de crampes. Vite fait, je lui attrape un pied, puis l’autre pour l’étirer. Il est repart en grimaçant, mais finira en 3h05 !

MDP03.jpg

Quelques minutes plus tard, c’est mon ostéo ; enfin celui de Running Café, alias Fabrice Bedin qui m’interpelle! Je me glisse au milieu des coureurs à toute vitesse (le rythme « 3h » c’est un peu plus vite que mon allure semi…). Il est en retard sur son objectif de passer sous les 3 heures, mais il a l’air de se balader… J’essaye de l’encourager un peu car le meneur d’allure n’est vraiment pas loin mais il prends prends ça avec philosophie; Après tout il a juste fini 33ième des 80km de l’écotrail 2 semaines plus tôt…

MDP04.jpg

A peine le temps de revenir en arrière, Jean-Pierre le Run, Reporter, Run… m’aperçoit et je repars en sprint avec lui. C’est dur. Le point de rupture ne semble pas loin et il reste 8km. Il est hyper concentré et à peur que son objectif s’éloigne doucement. Après un bref échange, Je le laisse filer de sa superbe foulée aérienne. Il améliorera meilleur chrono avec un super temps de 3h06.

MDP05.jpg  MDP06.jpg

Peu de temps après, c’est Cyril que je repère avec son beau maillot RATP… Les 52km à VTT lundi dernier n’ont pas l’air d’avoir laissé beaucoup de traces.

MDP08.jpg

Après lui avoir fait passer quelques photos, je reçois par mail un jolie récompense pour un supporter :

Merci pour ces belles photos et pour tes encouragements. Ca m’a permis de repartir un peu et d’oublier un moment les douleurs car j’etais un peu beaucoup dans le dur à ce moment :) et ca a durer jusqu’au bout :( … ca revient un peu vers la fin quand tu sens l’odeur de l’arrivée :)


Mais d’un coup la foule de coureur se fait plus dense. Je redescends un peu vers la borne 34 le temps d’écouter un peu le concert de Garmin et me replace au virage de la porte de Boulogne. Encore une fois mon regard se perd dans la foule et c’est Philippe qui me fait repartir dans le sens de la course !

Il accompagne Je Cours Paris alias Salvio pour les 10 derniers kilomètres de son premier marathon. Notre ami italien est dans un phase délicate de négociations avec son genou mais il s’accroche. Philippe me chuchote rapidement que l’objectif chronométrique ne sera pas atteint mais pour une première expérience l’essentiel est ailleurs.

MDP09.jpg

Un marathon, ça se mérite ; il faut se battre. C’est facile pour personne quel que soit le temps final!

On abrite du vent notre ami quelques secondes dans le faux plat de l’avenue de la porte d’Auteuil puis je file un peu devant pour prendre une photo. Salvio esquisse un petit signe mais j’ai l’impression que même ce geste lui demande un gros effort.

Qu’importe, tant que les jambes et la tête tiennent le coup. Il bouclera son marathon !

MDP10.jpg

Le temps d’une pause SMS avec un autre supporter-photographe pour échanger sur les copains que nous avons vu passer, Giao arrive vers moi dans son superbe maillot rouge de la Runnosphère. Sa bonne humeur habituelle est bien là ; mais la concentration aussi. J’essaye de ne pas trop le perturber, prend une photo vite fait du « R » et pars en sprint devant pour un autre cliché. Je me retourne 150m plus loin. Personne. Giao a disparu !

Le gaillard ne se laisse pas si facilement piéger par un objectif autre que le sien !

MDP11.jpg

Je scrute encore un peu la foule quelques minutes avant de remonter dans le bois de Boulogne vers le kilomètre 38 dans l’espoir de voir d’autres amis. Ce sera en vain. Je suis un peu déçu d’avoir loupé Greg, Kejaj et Noostromo, et de ne pas avoir pu rester pour voir passer Maya et Alexis.

Cela aura quand même été une matinée très particulière, riche en émotions à la fois brèves et intense. Un marathon, ça passe tellement vite !

Les comptes rendus des coureurs sont à lire par ici :

Giao

Greg 

Je cours Paris

Kejaj

Mathès

Maya

Noostromo

Run Reporter Run

Mais lisez aussi ceux des supporters :

Djaila

Jahom

SebRom

7 pensées sur “Marathon de Paris 2012 : supporter et photographe

  • 19 avril 2012 à 3 h 25 min
    Permalink

    Sympa ton récit de reporter-photographe en pleine séance de fractionnes pour prendre les cliches des copains et faire le soigneur occasionnel ;)
    Me concernant je t’ai vu faire un superbe sprint mais le temps que tu t’arrêtes, te retourne et prépare ton appareil, j’étais déjà sous ton nez alors que tu me cherchais au loin
    A plus sur une course mon djo !

    Répondre
  • 19 avril 2012 à 9 h 29 min
    Permalink

    Bravo pour ton reportage photo supporter !
    Je n’ai pas eu le courage de faire ma sortie longue vallonnée comme toi en allant vers le bois de Boulogne… en fait j’avais peur de me perdre dans la forêt de Fausses Reposes ;)

    Répondre
  • 19 avril 2012 à 14 h 19 min
    Permalink

    Cette marathon je n’e l’oublierais jamais :) merci pour ton soutien, j’ai beaucoup apprécie!!!

    Répondre
  • 19 avril 2012 à 19 h 15 min
    Permalink

    je sais pas ce que t’en penses mais moi je trouve qu’on a grave assuré :)

    Répondre
  • 19 avril 2012 à 21 h 56 min
    Permalink

    Superbe reportage !! Un vrai supporter en mode actif !! Génial !!
    Oui, Philippe vous avez vraiment bien assuré !!
    Cela fait vraiment plaisir !!

    Répondre
  • Ping : Runnosphere.org - La Runnosphère au marathon de Paris

  • Ping : à venir : Marathon de Lyon (Run in Lyon) - Mangeur de Cailloux

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :