Running Minimaliste

La course à pied, ça fait mal.

Aux genoux, aux chevilles, au dos. C’est pas bon pour votre corps car c’est un sport qui occasionne de nombreux impacts sur l’ensemble de votre corps.

Je viens donc de m’équiper, en complément de mes running classiques, (Nike air Vomero et Mizuno Ascend), d’une paire de chaussures dites minimalistes ; leur semelle est sans aucun amorti, plate comme une planche !

Dans cette catégorie de chaussures, les plus connues (et premières arrivées sur la marché (?) ont été crées par un fabricant de semelles bien connu des montagnards : Vibram. Elles sont surtout connues pour leur look particulier de « gants de doigts » : les Five Fingers : Vibram Five Fingers

Je suis d’ailleurs passé à 2 doigts (de pieds…) de m’en acheter une paire à la fin de l’été dernier. Mais c’était la fin de l’été (donc bientôt la pluie) et surtout j’étais en pleine prépa « SaintéLyon » et j’avais un doute sur la compatibilité des Five fingers avec mes sentiers forestiers et bandolais ;) (même si le modèle KSO, orienté « trail » semble fait pour)

Cette année, avec le retour des beaux jours, l’offre de chaussures minimalistes commence à s’étendre avec l’arrivée des « grandes marques ». Mon choix s’est porté sur les Merrell Trail Glove ; le design me plaisait, elles ont plutôt bonne presse ;)

Je les ai trouvées au vieux campeur, qui faute de vendeur formé au produit… dispose de toutes les tailles, mais uniquement dans cette jolie couleur :

merrell1.jpg  merrell2.jpg

A l’essai et en marchant avec, c’est très confortable (avec ou sans chaussette), très souple et très léger (la moitié de mes Nike) mais avec une semelle pas si fine que ça si on veut sentier le moindre gravillon par exemple (mais en courant c’est pas pareil…) Les premières sensations sont très sympathiques. J’ai même profité de la belle journée de samedi pour « courir » avec après les filles en guise de rodage.

Pour la suite, et de vraies impression de course, il faudra patienter un peu…

En attendant, la théorie veut qu’avec cet équipement, la foulée se modifie et redevienne naturelle. On ne pose plus le talon en premier mais quasiment l’ensemble du pied, à plat, afin d’utiliser comme amortisseur l’ensemble de la jambe plutôt qu’un coussinet de gel, d’air ou tout autre matériau qui ferait de son mieux pour filtrer les chocs.

N’hésitez pas à lire cet article et ceux qui y sont directement liés si vous voulez en savoir plus !

De mon coté, je ne pense pas gagner 1 minute au kilo (enfin pas que grace à ça…), mais surtout à travailler mes sensations, la proprioception, ma foulée et ma curiosité ;)

Une pensée sur “Running Minimaliste

  • 4 avril 2011 à 13 h 39 min
    Permalink

    Hâte d’avoir ton retour concernant ces chaussures. Ta vision en tant que non-minimaliste sera intéressante.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :