0drop-hattori

Trois 0 drop en test : Saucony Hattori

Depuis quelques mois, j’ai la chance de pouvoir accumuler un peu les paires de chaussures minimalistes et cela fait un moment que j’ai envie de partager mon petit retour d’expérience. Je vous fais ça en 3 fois avec mes 3 paires du moment, toutes en 0 drop avec très pau d’amorti. Aujourd’hui les Saucony Hattori, puis viendront les New Balance MR00 et enfin les Mizuno Wave Evo Levitas.

Avant ça un petit rappel… j’ai commencé à courir en chaussures minimaliste il y a maintenant 2 ans (avec des Merrell Trail Glove puis des VFF Bikila), mais ce n’est que cet été que j’ai fait ma première compétition en 0 drop avec les MR00 sur les 15km de la course du chateau de Versailles.

Depuis , hormis la saintéLyon courue en Peregrine, je n’ai plus remis de « grosse chaussures ». Vous pouvez aussi relire mes différents billets sur ce sujet ici : http://mangeurdecailloux.com/category/minimaliste/

Mais avant d’en arriver là, il a fallu être patient, soigner les mollets, les muscles de la voute plantaire. Comme dans toute transition minimaliste, il m’a fallu être progressif dans l’augmentation du nombre de kilomètres, de la dureté des séances, mais j’ai traversé cette période sans encombre, en ayant, je pense… bien gagné en « légèreté » de foulé, et j’espère en efficacité.

Ce qui est sur, c’est qu’aujourd’hui ma foulée est devenue (très) courte, plus rapide en fréquence et « mid foot », à plat. En passant, ce genre d’appui est la meilleure prévention des entorses ; la cheville en pouvant pratiquement pas se tordre sur l’extérieur quand l’attaque ne se fait pas par le talon. (mais attention à un éventuel retour à une foulée sur le talon avec la fatigue et l’accumulation des kilomètres)

Bien sur j’ai progressé en vitesse et je ne me suis pas blessé, mais je ne veux surtout pas attribuer ce genre de bénéfices au running minimaliste. Quelque soit la chaussure, il faut s’entraîner !

Mais il reste quand même les superbes sensations d’un footing sur un sentier forestier avec des ballerines aux pieds…

 

Pour revenir à nos moutons chaussures, aujourd’hui les Saucony Hattori, je vous mets d’abord un petit rappel des caractéristiques techniques issues du fabricant  :

- semelle de 15mm d’épaisseur, complètement plate, sans soutient d’arche, en EVA avec des rainures pour favoriser la flexibilité déjà très importante

- deux inserts (talon et gros orteil) pour prévenir l’usure trop rapide

- pas de lacet, mais un mesh élastique soutenu par des bandes plus fermes et très légèrement ajustable par un scratch, et qui tient très chaud

- 125 grammes « officiels » 150g pour mon 46,5

- moins de 100€ au lancement ; 40 en soldes si vous en trouvez encore…

 

Une fois aux pieds (avec des chaussettes sous peine d’ampoules…) on est très enveloppé par le mesh assez bas sur les orteils. La toebox (largeur aux orteils) est bien dimensionnée (mais les coups de pieds forts préféreront la version « LC » à lacets, qui a aussi un look plus conventionnel). Le chaussant est précis, malgré un faible maintient, mais suffisant pour envoyer de bonnes séries sur les virages d’une piste ;) Cette Hattori est une vraie ballerine ultra légère. On l’oublie dès les premiers pas tout en étant un peu protégé.

Sur le terrain, la semelle fine et souple permet vraiment de bien ressentir le terrain. Bien sur c’est une pure routière et même les petit gravillons pointus viendront vous picoter les pieds… Elle n’aime pas les sentiers et n’est de toutes façons pas faite pour ça.

En bonne running minimaliste, l’absence de soutient du pIEd est idéal  pour bien placer ses appuis, se muscler la voute et travailler son économie de foulée et sa pose de pied à plat. L’EVA offre malgré sa finesse un petit rebond assez sympathique. Il a par contre tendance à se tasser. Les miennes ont 300km et je vois bien que l’épaisseur de la semelle a diminué (mais sans être exagérément usée). Elles ne feront pas 1000km et je ne sais pas  qui du mesh ou de la semelle lachera en premier ;)

Au final, c’est confortable, très léger et bien dynamique. Je l’apprécie beaucoup en footing de récup, comme sur des séries de 800m à 16 km/h. Les apprentis minimalistes pourront débuter sans problème avec (mais en respectant bien les précautions d’usage…). Les coureurs plus expérimentés ne seront pas limités pour chasser le chrono sur 10km ou semi, voire sur  marathon ;)

21 réflexions au sujet de « Trois 0 drop en test : Saucony Hattori »

  1. Ma chaussure préférée en route.
    Les miennes après 400km sont encore en bon état mais comme toi je ne pense pas atteindre les 1000km.
    Et la où j’habite maintenant je n’ai plus trop l’occasion de les sortirs

  2. Voilà des pantoufles plutôt sympas … Elles existent en version « lacets » … C’est vraiment des « pures » et « dures » minimalistes … bravo pour les 300 km effectués je n’ai aps encore atteint ton kilométrage …

  3. Super ton article .
    Mes hattory ont plus de 600 km elles tiennent toujours malgré 95 kilos sur la balance .c’est vrai comme toi j’ai constaté un affaissement de la semelle

    1. Merci Miguel.
      Le bon coté de cet affaissement, c’est qu’il est progressif et accompagne bien la progression et le renforcement des pieds.
      Rendez vous dans 600km, mais ça risque de me prendre un peu de temps. J’essaye de ne jamais mettre 2 fois de suite la même paire ;)

  4. Jusqu’ici, mes minimalistes préférées. 85 km depuis 1 mois que je les ai, c’est dire. Ça tape bien moins que les VFF, Innov8 ou Minimus trail, je trouve. Elles sont impeccables pour les fractionnés courts et longs sur la piste et les chemins mouillés. Une chaussure qui ne reste pas sur place quand tu démarres, ça fait plaisir. :)
    J’ai la version AW (All Weather) et le pied et effectivement plus longtemps au sec qu’avec n’importe quelle autre de mes chaussures. On a l’impression que je parle couches et fesses de bébé, non? Conseil pointure : comme lu ailleurs, mieux vaut prendre une pointure au-dessus. J’ai pris 43 au lieu de mon habituel 42,5 running et c’est nickel.
    Hâte de te lire sur les Mizuno.

    1. hé mais je ne savais pas que tu les avais aussi !

      Bonne idée ce conseil de pointure. Je pense que c’est Saucony qui taille pas très grand en fait. Je préfère prendre la taille US comme référence et chez moi tout est en 12. C’est du 46 chez chez Merrell, NB, Mizuno et 46.5 chez Saucony ( Mirage, Peregrine et Hattori)

      Les Mizuno sont très sympa aussi, mais vraiment différentes. J’ai du mal à trancher mon avis et j’écrirai d’abord sur les NewBalance ;)

  5. Oui, les soldes de janvier… mais elles sont bon marché en général. D’habitude je fais du 10,5 US femme , ici c’est du 11.
    Traîne pas trop pour ta critique des Mizuno . ;) J’ai vraiment besoin d’une nouvelle paire de routières polyvalentes (c-à-d avec plus d’amorti que les Hattori) et je me demande si elles pourraient postuler.

  6. Je découvre ton blog… Très sympa ces retours sur les minimalistes en général et les Saucony en particulier. J’ai démarré il y a une dizaine de mois avec des Inov8 et je viens d’attaquer avec les VFF Spyridon. Comme c’est tout récent j’apprécie beaucoup ces ressentis :)
    A bientôt !

  7. Il y a un truc qui me chiffonne avec les minimalistes, c’est que j’ai opté pour ça aussi à cause du prix de plus en plus élevé des chaussures « normales ». Or, les minimalistes atteignent des prix comparable alors qu’il y a censément moins de technologie ! Je vais devenir adepte de Blaise Dubois ! ^^

    1. Moins de matière c’est sur. Moins de techno je ne sais pas. Les constructeurs ont du un peu se creuser pour faire léger tout en gardant un peu de résistance (même si c’est pas toujours réussi!)
      Mai sur le fond je suis d’accord avec toi. Je ne mets jamais plus de 100€ dans une paire. Le plus dur est de ne pas succomber à la tentation d’une paire fraîchement sortie et de savoir attendre les soldes ;)

  8. Le minimalisme est théoriquement fait pour enlever de la matière entre le pied et le sol. C’est vrai que j’ai choisi les Spyridon pour avoir une accroche, que ne me donnaient pas les Inov8 X180 avec lesquelles je glisse dès qu’il pleut un peu. Cela dit, les 140 € me paraissent excessifs (même si je profite des soldes) et je vais finir par opter pour des Kigo ou de simples sacs en toile comme certain Éthiopiens à Adis Abeba ! J’ai déjà commencé à faire mes footings de récup pieds nus et je ne compte pas m’arrêter là :-p

  9. … Tout cela dit, tu as raison aussi Julien, Ils savent y faire en design et c’est toujours tentant ! Je balance toujours entre avoir le strict minimum (en tout : short, T-shirt et tout et tout) et un peu de frime ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>