Catégories
Chaussures Tests

Testé et approuvé : Skechers GoMeb Speed 2

Pour la majorité d’entre nous, Skechers ce n’est peut-être pas forcément une marque de chaussures pour courir. Surtout qu’elle « équipait » une chanteuse pop américaine à son heure de gloire. Mais ça…

 

Aujourd’hui, c’est un des le plus gros vendeur de chaussures au monde, qui a lancé sa division « performance », notamment en recrutant (et relançant) Meb Keflezighi  pour l’aider à développer ses modèles de course.

Pari gagné pour tout le monde, avec une gamme assez complète et des modèles pour tout public, et une victoire de Meb, GoSpeed aux pieds, sur le marathon de Boston cette année, en 2h08’37’’.

 

Dans cet article, vous trouverez mon avis sur la GoMeb Speed 2 ou GoRun Speed 2, déclinaison de la GoRun « tout » court dont la 3ième version vient de sortir, et est également en test chez les copains de la Runnosphère, à l’occasion d’un partenariat entre la marque et notre association.

 

En passant, peut-être que certains verront d’un mauvais œil ce « déferlement » de tests pour les même modèles, mais je trouve que c’est plutôt un bon moyen de trouver chaussure à son pied. Sorti du drop, du poids ou de la taille des crampons, ce genre de test est toujours trop subjectif pour pouvoir se fier à un unique avis. Les goûts, les habitudes et même le terrain d’entrainement du testeur sont très importants pour comprendre et pondérer les commentaires écrits sur chaque modèle. Il faut trouver « son testeur », le connaitre pour savoir si ce qu’il écrit pourra s’appliquer à sa propre pratique, si les sensations décrites seront retrouvables…  (et pour rentrer d’un week-end dans le sud à manger des cailloux et boire du rosé, je peux vous dire que je serais surement moins minimaliste et plus protégé si je courrais à 100% dans ce coin…)

Voilà ; c’était peut-être le paragraphe le plus important du billet ;)

Catégories
Récits et photos de course

Marathon de Nantes

Un compte rendu de course sur route, je crois que c’est toujours un peu barbant. Il n’y a pas de paysage à couper le souffle, pas mal de monde et en plus il ne fait même pas beau. Du coup je ne vais pas vous raconter kilomètre après kilomètre mon marathon de Nantes ;)

Et pour les pressés, je visais 3h10, (malgré la météo peu favorable ; je me revois dire à Bernard et Clément la veille : « avec le vent annoncé, on oublie l’objectif chrono… »), et j’ai fini en 3h18.

Après un début de course dans le bon timing et en compagnie de Séb, je suis sur le fil à partir du 28ème, jusqu’à ce qu’une rafale me sèche peu après le 31ème kilo. La suite est en dents de scie, en fonction des bosses du parcours, du sens du vent où du soutient de mes supportrices préférées !

Mais franchement, si c’est pour se prendre le vent et la flotte dans le nez, des bosses et de la boue, autant faire du trail !

Catégories
entrainement

J’irais courir à Nantes

avec couriranantes.fr ;)

Quasiment deux mois ce sont écoulés depuis le début de ma préparation pour le marathon de Nantes. Deux mois que je suis suivi comme un pro par Xrun, pour un test de 3 mois offert dans le cadre d’un partenariat avec la Runnosphère.

La formule Xrun se veut différente des autres services de coaching, en associant au traditionnel plan d’entrainement personnalisé :

  • une séance hebdomadaire (sur Paris au stade Paul Valéry, à Issy au stade Lenglen et à Rueil sur la piste du stade Ladoumègue)
  • la présence d’un kiné pour la prévention des blessures, donner des explications sur les petits tiraillements habituels des coureurs réguliers
  • beaucoup de séances calées au cardio (hors piste et allure spécifique)

la prépa selon Xrun

xrunAprès un test VMA (17km/h) et un test physique (abdos, gainage, chaise, qualité de pied), j’ai donc reçu mon plan, par période de 4 semaines.

Pour mon cas, le coach Denis Langlois a imaginé 3 temps : un axé sur le seuil, un autre sur la vitesse et un dernier « marathon ». Chaque période est bien sur « non exclusive » avec toujours de la piste, des sorties longues, des footings…

 

Et franchement le début a été rude, avec des sorties au seuil très longues (4×4000 à 85% vma), des sorties longues à allure rapide, des grosses séances de piste (3x5x500, 10×200/300). Bref, j’ai fait de la qualité, de la quantité (600km courus depuis le 20 janvier).

Un des points positifs, c’est que cela a pas mal changé mon organisation, le contenu de mes séances. C’était quelque chose que je cherchais pour progresser. Changer mes habitudes…

La séance encadrée hebdomadaire est aussi pour moi très importante. Outre l’excellente ambiance (environ 10 personnes sur la piste de Rueil chaque Jeudi), c’est un moment d’échange avec le coach sur le déroulement du plan, le contenu des séances.

Je glace, tu glaces, il glace, nous glaçons…

Tibialis_posteriorLa dernière période qui arrive s’annonce compliquée. Le marathon est dans 4 semaines. La fatigue s’installe doucement et même si je pense avoir progressé en vitesse (avant je faisait 10×300 ; pas 15 fois…) et en endurance, je dois composer avec un  jambier postérieur récalcitrant dont le tendon résiste à ma poche de glace… La tendinite est quasiment là, mais ça devrait tenir, surtout en remplaçant quelques footings par du home trainer ou du VTT (qui n’était pas sorti du garage depuis plus d’un an et le Grand 8 Cellois…)

La semaine actuelle allégée devrait améliorer les choses, et l’objectif s’affine autours des 3h09.  Je ferai le bilan après le marathon. Le chrono sera le seul juge ;)

un coup d’avance ?

J’en ai déjà parlé dans un billet, mais avec le gros de la prépa marathon derrière moi, je commence doucement mais surement à avoir envie de retrouver Saint Cucufa plus régulièrement pour des séances de côtes, de descente, et ma copine Tabata pour préparer le Trail de Faverges ;)

Catégories
livre

Zatopek Magazine

Je crois que j’ai une relation particulière avec les magazines, de sport ou de loisir. Un peu comme un boulimique j’ai tendance à acheter tout ce qui sort sur le sujet du moment qui m’intéresse. Ski, moto, montagne, vtt… et ça peut durer sur plusieurs mois.

Mais je n’ai jamais été abonné. Je préfère passer un peu de temps chez le marchand de journaux pour me laisser amadouer par les couvertures, feuilleter les articles (parfois même lire le seul article qui m’intéresse et reposer la revue!)

Depuis quelques mois, grâce à un partenariat initié par la Runnosphère, je reçois Zatopek Magazine directement dans ma boite aux lettres

Je trouve que c’est une revue assez singulière dans le domaine de la course à pied. J’exagère surement un peu, mais je la trouve à l’opposé de l’habituel déballage mensuel de plan d’entrainement, d’alimentation…

zatopek-sparadrap

Bref, je l’apprécie beaucoup. Et ce n’est pas seulement parce que j’étais en photo dans un numéro l’année dernière !

C’est surtout pour les dossiers et articles de fond. Le contenu est en général assez scientifique (sans être équivalent à l’excellent « sport et vie« ) et ce sera un mine d’information si vous aimez essayer de comprendre un peu comment fonctionne le corps humain, et les applications à la course à pied.

Le numéro actuel vous en apprendra sur les étirements, le runner’s high, et pour me faire mentir, vous trouverez même un plan marathon avec une approche simple et pragmatique ;)

zatopek-magazine-couv

 

Vous pouvez feuilleter ce numéro en suivant ce lien.

Catégories
Chaussures Tests

Test Running – Puma Faas 100R

Des séances de piste, des footings pépères, d’autres un peu plus rythmés… Me voilà avec quelques bonnes sorties, et dizaines de kilomètres en compagnie de ces faas 100r.

Je pense avoir un avis assez précis sur la plus minimaliste de la nouvelle gamme Puma.

Pour commencer, je vous laisse aussi  juger du look sur les photos. Chacun ses gouts. Mais rouge, c’est la couleur qui va vite! C’est déjà un bon point. En plus il parait qu’il y a des morceaux d’Usain Bolt à l’intérieur, alors ça devrait filer !

puma faas 100
puma faas 100

A la prise en main pied, la légèreté prime. 192g pour mon 47 (162g en 42 fillette) Parfait pour moi. Il n’y a pas grand chose à gagner : le mesh et la semelle sont très souples, mais la chaussure n’est pas trop large ; pas lâche. Je n’ai pas senti mon pied bouger dans les virages de la piste.

Sur les premières foulées, on est dans des ballerines. L’EVA « faasfoam » répond très bien. J’ai bien aimé le rebond lors de mes footings !

Sous la semelle, l’EVA est à nu pour optimiser le poids. Du coup il y a 2 renforts en matière plus résistante à l’usure. Honnêtement, la différence ne se fera pas là. Pour la majorité, ce ne sont pas des chaussures qui feront 1000 bornes (où alors en beaucoup de temps) et elles ne devraient pas sortir tous les jours. Je leur donne 600 bornes ;)

Sur la piste, ça envoie bien. Le poids aide, bien sur, mais aussi la semelle avec son dynamisme aperçu lors des footings.

C’est là pour moi l’intérêt de ce genre de chaussure et de cette Faas 100r. Ici pas d’artifice, de renfort ni de soutien. Il faut que le pied soit sûr et fort. Courir « léger » permet de faire travailler ses pieds, de les renforcer.

Pour des sorties longues et intenses, il faudra savoir écouter son corps et faire preuve d’un peu de prudence pour apprivoiser le mélange « 0 drop » et peu d’amorti. Mais après un marathon et une saintéLyon en zéro drop cette année, je vous garanti que c’est possible ;)

Si vous avez déjà fait ce travail, je pense que ces petites Puma vous plairont. Pour des séances rapides (piste, fractionné) elles seront au top. Et une fois les mollets et pieds habitués, renforcés, pourquoi pas un 10 bornes ;)

Mais en mode plus tranquille, vous profiterez quand même de leur légèreté, du confort et de la souplesse pour dérouler un jolie foulée naturelle.