J’ai testé : New Balance Zante v4

Après de très bonnes sensations avec la Hierro (v2… la v3 vient de sortir et semble être la même en mieux), je repars en ce début d’année avec 2 paires de running New Balance en test.

Cette fois, la marque m’a fourni 2 modèles « routiers », avec 2 technos d’amorti différentes : la New Balance Zante v4 est en Fresh Foam (comme la Hierro) et la 890 v6 en RevLite (qui a été ma chaussure pour le marathon de Paris)

New Balance Zante V4 : les caractéristiques

Elle est rangée dans la catégorie « performance », pour les entraînements rapides et la compétition.

La nouveauté de cette saison (je n’ai pas couru avec les versions précédentes) réside au niveau de la tige en Hyposkin, façon seconde eau, pour une chaussure toujours plus proche du pied pour des performances accrues (puisqu’on vous le dit !)

Test New Balance Zante v4
Test New Balance Zante v4
Test New Balance Zante v4
Test New Balance Zante v4

C’est donc léger (230g en 42), très souple. La Zante est assez proche du pied, mais sans le serrer. Au niveau du coup de pied, la tige est un peu plus rigide et rend le laçage simple et efficace.

En dessous, l’amorti est assuré par la mousse « Fresh Foam » protégée par une semelle semi-slick qui n’autorisera pas vraiment les escapades dans les sentiers humides (surtout que le mesh est assez exposé et pas prévu pour manger des cailloux. Mais c’est une pure routière. Chacun son boulot !)

New Balance Zante v4
New Balance Zante v4

La semelle est assez fine. Cette Zante est une chaussure qui se veut légère et dynamique. Comme beaucoup de New Balance, le drop est assez bas : 6mm avec comme hauteur de la semelle : 23 mm (talon) et 17 mm (avant-pied).

J’aime assez ce genre de caractéristiques qui va bien avec ma foulée assez rasante. Le faible drop ne me gène pas. J’ai pris l’habitude et c’est aussi un bon moyen de travailler un peu sa foulée.

Continuer la lecture de « J’ai testé : New Balance Zante v4 »

[test] Tee-shirt thermique Brubeck Mérinos

brubeck sweat shirt thermique merinos

Après un été les bras à l’air et le torse au frais dans la maille 3D du tee-shirt Run Pro, me revoici habillé pour l’hiver par Brubeck.

La marque de vêtements techniques pour le Running, le fitness, et les sports outdoor est de retour avec un haut (très) chaud en laine de mérinos : le Sweat-shirt thermique Homme EXTREME MERINOS.
J’ai testé ce haut depuis mi-janvier, en trail, en vélo et en ski dans des conditions météos très variées sur des intensités d’effort diverses et je peux maintenant donner un avis assez précis ;)

 

Continuer la lecture de « [test] Tee-shirt thermique Brubeck Mérinos »

#sockporn

Plus haute que la socquette de sport classique, plus tendance que le 100% coton d’une grosse tennis blanche, la chaussette de vélo débarque dans le running. Je l’ai découvert avec des marques comme Stance, The Athletic avec de jolis designs, ou La Chaussette de France pour faire plus local…

Il y en a sans doute beaucoup d’autres, mais j’ai franchement un peu de mal avec les paires à 15€ ; surtout si tout vient directement de Chine. Autant aller directement à la source quand elle est disponible ;) Et comme il y a pas mal de réactions quand je publie une photo, je partage ici mes bons plans shopping.

C’est sur AliExpress que ça se passe. Il faudra fouiller un peu, éviter les contrefaçons,  et être (très) patient sur les délais de livraison. Attention, il y a un intrus qui ne n’achète qu’en ayant couru de nuit dans le froid et la neige… En bonus, j’aime bien de petit hastag #sockporn, un peu tendancieux…

Si vous vous posez la question de l’impact de la chaussette sur votre performance… et bien je n’en ai pas trouvé :)

J’ai toujours couru avec les chaussettes kalenji fines pour mes entraînements courses de 5 à 93km… sans aucun problème d’ampoule, irritation. Il faut juste courir régulièrement, préparer (nok, Tano) ses pieds pour les longues sorties et les entretenir régulièrement (hydratation, ponçage, coupe des ongles) pour éviter les ennuis…

 

Test TomTom Adventurer : le gps facile pour le trail ?

Ces derniers mois, j’ai pu grâce à plusieurs prêts gracieux, mettre à mon poignet plusieurs GPS de course, en plus de ma fidèle (et increvable!) Ambit 2. Voici aujourd’hui un retour sur le test de la TomTom Adventurer, la déclinaison trail du modèle Runner 3.

TomTom-Adventurer-lap
On y va ?

Elle reprend le design original des montres GPS TomTom : un petit boitier « encastré » dans un bracelet souple, confortable et interchangeable.

Pour la navigation, elle est dotée d’un unique bouton qui fonctionne comme un joystick. L’écran est tactile et permet quelques actions simples comme marquer un lap ou activer le rétro-éclairage.

Dans la boite de la TomTom Adventurer

La montre est livrée avec un cable qui fait office de support qu’il faut brancher à un port usb  (celui de votre mobile par exemple) ou sur votre ordinateur. Cela permettra en plus de la recharger, de synchroniser vos séances avec le site web « TomTom My sports » Ce sera le bon moment pour lier votre compte TomTom à d’autres services comme Strava ;)

Ces opérations sont également possibles « sans fil » (sauf la recharge !) par le biais d’applications mobiles pour Android et iPhone. J’ai ainsi régulièrement synchronisé ma TomTom Runner avec mon Galaxy S8.

Avec cette Adventurer, Vous retrouvez les caractéristiques principales des Runner 3 / Runner 3 Cardio / Runner 3 Cardio + Music :

  • Suivi GPS : la montre enregistre votre parcours et vous permet aussi de suivre un tracé préalablement chargé dans le GPS (ça marche très bien)
  • Programmes personnalisés  : il y a plus 50 programmes d’entrainement (pas testé. Je planifie moi-même mes séances)
  • Plusieurs modes de sport : vous pouvez courir, mais aussi nager (la TomTom compte les longueurs de piscine) et rouler en couplant un capteur de cadence et de vitesse bluetooth (pratique pour le home-trainer)
  • Age physiologiques et Vo2max : j’ai 41 ans et des records sur route comme référence :)
  • Cardio-fréquencemètre intégré : la mesure se fait au poignet. Une ceinture BT peut être couplée j’y reviendrai
  • Lecteur de musique : la TomTom Adventurer dispose de 3Go de mémoire pour vos MP3. Il faudra jumeler un casque bluetooth pour courir en musique.

Le modèle Adventurer apporte en plus une boussole et un altimètre barométrique pour des calculs de dénivelés précis.

L’autonomie annoncée varie suivant le type d’activité et les capteurs jumelés, de 25 jours (mode montre), 24 heures (mode Randonnée), 11 heures (GPS), 9 heures (GPS + HR) à 5 heures (GPS + HR + musique).

Sur la GapEncimes, elle s’est éteinte au bout de de 6h57’57 » (cardio optique activé)…

TomTom Adventurer autonomie
TomTom Adventurer autonomie

En route pour l’adventurer !

Une fois au poignet, la montre est très légère (55g), le bracelet souple et doté de nombreux trous afin de convenir à tout le monde, et surtout de permettre d’ajuster le serrage (surtout si vous compter utiliser le capteur cardio au poignet)

Continuer la lecture de « Test TomTom Adventurer : le gps facile pour le trail ? »

Test : Hoka Clifton 4

test-hoka-clifton-4

Chouette un nouvelle Hoka en test ! Après la controversée (enfin pas pour moi – je l’aime bien) SpeedGoat, la (très) légère et rapide Tracer, j’ai eu la chance de faire quelques kilomètres avec une autre routière de la marque : la Clifton

C’est la 4ème version de la chaussure de route « emblématique » de la marque française américaine. J’ai fait un peu plus de 160km avec depuis fin août. Sans avoir connue les précédentes éditions.

Comme toujours sur mes tests, j’essaye de varier les séances, d’emmener les running sur des sorties parfois en dehors de leur registre, afin d’essayer de donner un avis complet, mais comme toujours subjectif…

J’ai porté donc cette Hoka Clifton 4 principalement sur des footings, jusqu’à 20km, mais aussi sur des séances plus rythmées vers mes allures spécifiques marathon, semi et 10km (entre 13,5 et 15km/h donc…)

test-hoka-clifton-4
test hoka clifton 4

Pour ceux qui veulent aller à l’essentiel, sachez que le bilan est très positif. Je suis juste embêté par un souci de pointure. Bien qu’elle soit dans le même « 12,5 US » que mes autres Hoka, je manque un peu de place au niveau des orteils pour pouvoir l’embarquer sereinement sur une très longue distance…

Continuer la lecture de « Test : Hoka Clifton 4 »

[Test running] Mizuno Wave Shadow

test mizuno wave shadow

Sept ans que je n’avais pas chaussé une running Mizuno ! A l’époque il s’agissait de la Wave Ascend, une chaussure de trail solide et cramponnée qui m’avait fidèlement accompagné lors de la première édition de la SaintExpress….

Mais laissons de côté les chaussures de trail – même si la Saintélyon se court gagne souvent en pompes de route – car après 3 version de Sayonara, le fabricant japonais dit au revoir (oups…) à son modèle typé « performance » et lance la Wave Shadow.

Depuis début aoùt, je n’ai pas fait que manger des glaces ! (ceux qui ont suivi ma story instagram savent…) j’ai couru environ 150km avec, plutôt pour des sorties rythmées (travail de seuil, séances de côtes ou de vitesse sur piste) afin de me faire une idée assez précise de cette chaussure.

Mizuno Wave Shadow
Mizuno Wave Shadow

Continuer la lecture de « [Test running] Mizuno Wave Shadow »