Test TomTom Adventurer : le gps facile pour le trail ?

Ces derniers mois, j’ai pu grâce à plusieurs prêts gracieux, mettre à mon poignet plusieurs GPS de course, en plus de ma fidèle (et increvable!) Ambit 2. Voici aujourd’hui un retour sur le test de la TomTom Adventurer, la déclinaison trail du modèle Runner 3.

TomTom-Adventurer-lap
On y va ?

Elle reprend le design original des montres GPS TomTom : un petit boitier « encastré » dans un bracelet souple, confortable et interchangeable.

Pour la navigation, elle est dotée d’un unique bouton qui fonctionne comme un joystick. L’écran est tactile et permet quelques actions simples comme marquer un lap ou activer le rétro-éclairage.

Dans la boite de la TomTom Adventurer

La montre est livrée avec un cable qui fait office de support qu’il faut brancher à un port usb  (celui de votre mobile par exemple) ou sur votre ordinateur. Cela permettra en plus de la recharger, de synchroniser vos séances avec le site web « TomTom My sports » Ce sera le bon moment pour lier votre compte TomTom à d’autres services comme Strava ;)

Ces opérations sont également possibles « sans fil » (sauf la recharge !) par le biais d’applications mobiles pour Android et iPhone. J’ai ainsi régulièrement synchronisé ma TomTom Runner avec mon Galaxy S8.

Avec cette Adventurer, Vous retrouvez les caractéristiques principales des Runner 3 / Runner 3 Cardio / Runner 3 Cardio + Music :

  • Suivi GPS : la montre enregistre votre parcours et vous permet aussi de suivre un tracé préalablement chargé dans le GPS (ça marche très bien)
  • Programmes personnalisés  : il y a plus 50 programmes d’entrainement (pas testé. Je planifie moi-même mes séances)
  • Plusieurs modes de sport : vous pouvez courir, mais aussi nager (la TomTom compte les longueurs de piscine) et rouler en couplant un capteur de cadence et de vitesse bluetooth (pratique pour le home-trainer)
  • Age physiologiques et Vo2max : j’ai 41 ans et des records sur route comme référence :)
  • Cardio-fréquencemètre intégré : la mesure se fait au poignet. Une ceinture BT peut être couplée j’y reviendrai
  • Lecteur de musique : la TomTom Adventurer dispose de 3Go de mémoire pour vos MP3. Il faudra jumeler un casque bluetooth pour courir en musique.

Le modèle Adventurer apporte en plus une boussole et un altimètre barométrique pour des calculs de dénivelés précis.

L’autonomie annoncée varie suivant le type d’activité et les capteurs jumelés, de 25 jours (mode montre), 24 heures (mode Randonnée), 11 heures (GPS), 9 heures (GPS + HR) à 5 heures (GPS + HR + musique).

Sur la GapEncimes, elle s’est éteinte au bout de de 6h57’57 » (cardio optique activé)…

TomTom Adventurer autonomie
TomTom Adventurer autonomie

En route pour l’adventurer !

Une fois au poignet, la montre est très légère (55g), le bracelet souple et doté de nombreux trous afin de convenir à tout le monde, et surtout de permettre d’ajuster le serrage (surtout si vous compter utiliser le capteur cardio au poignet)

L’ergonomie est toujours aussi simple, l’écran très lisible (normal, avec 3 données en simultanées les chiffres peuvent être assez gros) et permet d’afficher tous les paramètres habituels de course.

Par contre, pour une montre destinée aux traileurs, il (me) manque cruellement la notion de vitesse ascensionnelle pour la montagne : forcément en trail avec tes kilos en 12 ou 15 minutes, difficile de savoir comment on avance et comment gérer son effort…

TomTom Adventurer inclinaison
Affichage de l’inclinaison de la pente

Il n’est également actuellement pas possible d’afficher l’allure d’un tour ET sa durée ou distance (pas pratique pour fractionner…) A venir dans une prochaine mises à jour ? TomTom en propose régulièrement sur le site web.

TomTom Adventurer capteur cadence
TomTom Adventurer couplée à un capteur de cadence en vélo

Quand vous ne courez pas, vous roulez. Et c’est la bonne occasion pour relier votre montre (en bluetooth) avec une capteur de cadence / vitesse. Ces données sont utiles pour le Home trainer par exemple.

La TomTom Adventurer vous accompagne aussi au quotidien et suit votre d’activité pour compter vos pas, estimer les calories brulées et vous récompenser forme de points de forme. Marrant ;)

En plus des classiques mode  running – vélo – natation, plusieurs modes sportifs sont disponibles dans la montre, comme la rando (où l’Adventurer change de mode d’acquisition GPS pour doubler l’autonomie) et le ski avec la détection automatique des remontées mécaniques

Précision GPS ?

Si vous attendez des jolies captures d’écran avec les traces gps comparées de 3 ou 4 montres… passez votre chemin. Je pense que cela ne sert à rien ! Tout comme constater râler qu’à l’arrivée de votre dernier semi votre montrer affiche 21,4 ou 20,9km. La précision des montres GPS de running est bonnes, avec une marge d’erreur à prendre en compte.

Je n’ai pas rencontré de problème particulier sur les sorties (20,01km aux 20km de Paris) où lors de suivi d’itinéraires en courant aux 25 bosses ou a VTT

Par contre, comme sur la toute première TomTom Runner que j’avais eu en main, la vitesse instantanée est très (trop!) lissée. Je vous conseille très fortement de ne pas compter dessus pour des séances de fractionné et d‘utiliser plutôt l’allure sur le tour (vous pouvez déclencher des tours automatiques, tous les kilomètres, manuellement ou à un intervalle / distance de temps de votre choix)

ça pulse ?

Le cardio « sans ceinture » met en oeuvre un capteur optique qui mesure les battements en illuminant votre poignet (magique non ?). Le flux sanguin (qui varie avec les pulsations) modifie la quantité de lumière qui peut traverser la peau, et c’est ce paramètre qui est mesuré.

Bye-bye la ceinture cardio qui serre, brule le dos (j’ai testé ; maintenant je mets de la Nok…). Enfin sauf pour le vélo si vous voulez accrocher la montre sur la guidon (clic par ici pour le support officiel) afin de suivre une trace gps ou de consulter votre écran sans lâcher le cintre)

Pour ce type de mesure (basé sur les changements de luminosité) il faut quand-même éviter les fuites (de lumière…) et donc serrer un peu la montre… Cette techno fonctionne assez bien sur les footings à allure régulière, mais malgré pas mal d’essais, bien aidé par le bracelet qui permet un réglage fin, j’ai souvent eu des mesures incohérentes sans savoir pourquoi.

Sur certaines séances j’ai aussi noté un gros manque de réactivité avec des courbes ultra lissées – beaucoup plus qu’avec une ceinture classique – sans la possibilité de mettre les pics de FC en évidence.

Bref cette techno est pour moi parfaite pour prendre des mesures ponctuelles, mais sans trop bouger. Sans vraiment courir… Vous avez là un moyen de vous étalonner, de connaitre quelques repères de FC en fonction d’allures, mais avec le « risque » d’avoir des valeurs incohérentes à certains moments de la séance.

Si vous voulez vraiment vous entraîner en suivant votre fréquence cardiaque, coupez le cardio optique de la TomTom Adventurer et appairez une bonne vielle ceinture (bluetooth). Ce sera de plus obligatoire si vous accrochez la montre au guidon en vélo où par dessus votre manche en hiver.

Alors, on achète cette TomTom Adventurer ?

Si vous cherchez une montre multisport, légère et facile à utiliser, alors elle est faite pour vous. Surtout connaitre précisément votre altitude et le dénivelé parcouru est important.

TomTom Adventurer altitude et dénivelé
TomTom Adventurer altitude et dénivelé

Attention quand même au prix. Il y a un petit surcoût pour l’altimètre qu’il ne faudrait pas surpayer. Mais si vous débutez le running, arrêtez de trimballer votre smartphone dans un brassard et payez-vous une TomTom Runner ;)

C’est plus facile à consulter en courant, plus autonome, plus solide, plus précis, plus pratique ! Si vous franchissez le pas, n’hésitez pas à me laisser un commentaire où à partager votre expérience avec votre TomTom.

La TomTom Adventurer (et ses cousines TomTom Runner 3) sont disponibles chez mes partenaires habituels : irun.fr – alltricksdécathlonwiggle où vous pouvez réaliser vos achats afin de soutenir le blog.

Vous la trouverez à partir de 129€ pour le modèle Runner d’entrée de gamme et de 229€ pour cette Adventurer. Elle est disponible en orange ou noir.

 

5 réponses sur “Test TomTom Adventurer : le gps facile pour le trail ?”

  1. Merci pour ce test, qui montre les évolutions apportés par TomTom pour s’adapter à son public. Je possède une Runner2 depuis un an et j’en suis très content, parfaite pour mon utilisation de runner amateur.

  2. J’utilise la Spark2 depuis longtemps super satisfait mais il manque l’altimètre précis de cette « adventurer ». Le bracelet est le vice de ces montres, il se casse en moins d’un an ce qui reste inadmissible. J’aurai bien aimé un update de la spark2 pour avoir les modes treck ou ski.

  3. Le gros « plus » de cette version est quand même le fait de pouvoir rentrer des programmes personnalisés. Il est possible d’en rentrer 5. J’espère que dans le temps on pourra en rentrer plus sur l’ordinateur et les sélectionner pour les mettre dans la montre. Pour l’instant on est limité à 5 ce qui est dommage car j’aimerai garder certains programmes pour les refaire plus tard et voir l’évolution. On peut rentrer des programmes vraiment détaillés en fonction du cardio, du temps, de l’allure ou distance et même passer au travail suivant en plein entraînement (pour raccourcir l’échauffement par exemple) plusieurs affichage pour les plans personnalisés : classique ou alors sous forme de chronomètre rond pour montrer le temps qui s’écoule avant la fin (très bien de voir une image au lieu d’une écriture car quand on court vite il est difficile de lire un écran). Ce programme entièrement personnalisable depuis l’ordi est vraimeévolutio

    Pour le cardio. Il est possible de rentrer sa propre FCM et ses propres zones d’endurance, endurances fondamentales, seuil, vma etc…. à l’affichage sur l’ordi ce sont nos propres zones qui s’affichent en couleurs pour mieux distinguer les zones.

  4. Bonjour,
    j’ai testé cette montre pendant 3 mois. Je lui trouve quelques défauts majeurs. Voir si la concurrence fait mieux en la matière. Ce qui est certain, c’est que Tomtom mets un temps fou pour ne finalement pas répondre à la question : De nouvelles mises à jour corrigeront elles ces manques? Qui sont :
    1) l’altimètre n’est pas visible dans tous les modes
    2) l’altimètre n’est pas visible si on n’enregistre pas une activité
    3) le d+ cumulé n’est pas visible dans le journal d’activité
    4) les coordonnées GPS ne sont pas visibles

    Donc en l’état actuel de la mise à jour 1.7.62 et ne sachant pas si Tomtom compte améliorer son firmware pour l’adventurer, je pense que c’est une montre d’aventure pour aventurier du dimanche. Cependant, elle possède d’autres avantages comme ceux listés dans l’article comme la précision du gps, la facilité d’usage etc…mais il y a comme un arrière goût d’inachevé sur cette montre.
    @+

  5. Bonjour je tiens à ajouter cependant que si vous comptez connaitre votre dénivelé lors d’une sortie cap sur route, il faut impérativement utiliser le mode trail running. J’ai fais une sortie en mode course « normale » et je me suis retrouvé avec 62 m D+ alors qu’il y en avait au moins 200.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.