Catégories
Récits et photos de course

Maxicross 2020

Et de trois ! Que trois Maxicross en un peu plus de 10 ans de trail ? ça doit être la peur…
En plus je n’ai jamais fait la grande distance du championnat du monde de trail de début de saison de la région parisienne !
Tracé de main de maitre par le très sympathique Aurélien Collet, le parcours est cassant, souvent usant à cause de la météo hivernale, mais il permet de bien se tester dans le dénivelé !
En complément des courses phares, il y a le 10 du samedi pour s’échauffer et une course de nuit et en autonomie, plus intimiste sur laquelle les concurrents auront l’occasion de croiser des yeux briller dans la noir : le Nightcross. Pour les plus motivés un challenge cumulant les chronos des deux courses du samedi permet de bien remplir sa journée.

Catégories
Récits et photos de course

Trail de Senlis 2019

Le premier week-end de décembre n’est pas que celui de la SaintéLyon ou de l’hivernale des Templiers. Pour me motiver et reprendre du rythme sur cette fin d’année, je m’étais concocté une valse à 3 temps :

  • les 5km des foulées de Nanterre
  • le Semi marathon de Boulogne (oups… le CR n’est pas encore publié… mais il viendra avec le test des chaussures utilisées pour l’occasion : les New Balance FuelCell Rebel)
  • le trail de Senlis

Cette course nature de 29 kilomètres devait à l’origine se courir avec quelques copains, mais ce ne sera finalement qu’avec Marc. Les autres se sont blessés ou dégonflés :/

Devant Marc, au moins pour le départ…

C’est donc à moins d’une heure de la maison qu’un joli terrain de jeu nous attends. La course (il y a aussi un 14km) est très bien organisée et balisée. Les bénévoles réchauffent la froide et humide ambiance par leur accueil sourires.

Il fait à peine 3° et de fines averses s’invitent de temps en temps, mais les conditions sont excellentes pour courir. La forêt d’Ermenonville absorbe bien l’humidité et on est loin du bourbier du Maxicross. C’est beaucoup plus roulant, et moins collant !

Catégories
topo

Initiation aux 25 bosses avec les enfants

Alors que l’été pointait chaleureusement le bout de son nez, j’ai eu envie de faire découvrir à mes filles LE spot de trail pour parisien en manque de nature : le circuit de trail des 25 bosses dans la forêt de Fontainebleau.

J’ai déjà parlé de cet endroit dans cet article et même si je suis bien loin d’en être un expert, je l’apprécie vraiment. C’est simplement très beau, un peu trop accidenté pour vraiment courir vite, mais dont on profite facilement en trail, rando-course, ou en simple balade.
Pour rappel, le tour complet fait environ 16km, avec une rallonge possible de 7km en incluant le sentier des belvédères) et la dernière fois que j’y suis allé avec les copains, on a mis 3h en mode « trail »

Les 25 bosses avec les enfants ? Pas besoin d’emporter de musique :)

Les 25 bosses avec mes ados

Pour emmener des enfants, à moins de vouloir les perdre en forêt, on ne parlera pas ici de trail, ni même du parcours originel avec les 25 bosses…
Sur ce terrain, Lou et Emma (12 et 14 ans) marchent à moins de 3km/h et la pause pique-nique était prévue au milieu. Je me suis donc inspiré de Nicolas, mais pas de Jaife :) un local de l’étape , afin de réaliser un tracé adapté à mes apprenties randonneuses afin de passer un bon moment avec elles. J’espère que ce mini topo vous inspirera pour aller découvrir les fougères et pins de cette belle forêt de Fontainebleau.

en route vers la vallée close sur le parcours des 25 bosses

Ce parcours « initiatique » fait quand même presque 10 kilomètres (et 350m de dénivelé), mais est plus roulant, tout en gardant le côté ludique des bosses, le besoin de se faufiler entre les rochers et les points de vue sur la forêt de Fontainebleau.

Catégories
Accessoires Tests

Veste en test : Kalenji trail running

J’ai reçu cette veste de trail imperméable Kalenji fin septembre. Sauf qu’il n’a pas vraiment plu. A part pendant 8 bonnes heures sur la SaintéLyon la nuit du premier week-end de décembre. Du coup elle est restée au fond du sac pendant le Trail des aiguilles rouges et une bonne partie de mon test se résume à cette course. Mais après tout, un test en « conditions de course », je trouve ça plutôt révélateur. J’ai même cassé ma tire-lire pour une photo chez Maindru pour vous montrer ça. Pendant les seules minutes de course où il n’a pas plu :)

Quelques photos de cette veste de trail dans différentes situations sportives…

Catégories
Récits et photos de course

[CR] Trail des Aiguilles Rouges

TAR 2018 Chamonix – Les Houches

Bon le voici finalement, le récit du Trail des Aiguilles Rouges 2018 ! Cette balade alpine automnale était prévue d’assez longue date avec les sportifs du dimanche (cf. ekiden pour la définition…) et même quasiment dans la foulée de la GapEncimes. Les couleurs de cette saison sont trop belles pour ne pas faire de course à ce moment de la saison !


Pour ce trail à Chamonix, Mag et Guillaume sont les seuls à ne pas avoir trouvé d’excuse valable pour ne pas venir jouer dans les sentiers.
De mon côté, j’avais en plus déjà eu un aperçu de la région en passant lors du Trail du tour des Fiz, et l’envie de découvrir la capitale du trail un jour de course m’attirait un peu également (spoiler : avec un départ à 4h et une arrivée aux Houches, j’ai pas vu grand chose…)

Entrainement Trail ?

La prépa a été « souple » avec des vacances studieuses et un travail de VMA une fois le marathon digéré, puis de la forêt, mais pas de montagne à part la reco de l’Echappée Belle fin juin.

Autant dire que les quadris n’étaient pas du tout prêts à encaisser des paquets de 1000m de dénivelé négatif…


Ils étaient plus parés pour les montées (c’est plus facile, surtout dans ma région) et j’ai quand même casé 2 jolis blocs « seuil + vo2max + force » pour optimiser les sorties longues qui ne l’ont pas vraiment été ;)
N’hésitez pas à venir sur Strava pour causer de ce sujet, ou à laisser un commentaire ici.

4h du matin, Chamonix s’éveille ?

Le repas de la veille a été classique (pour nous!) avec un resto japonais pour faire le plein de glucides et de protéines (qui mange du japonnais, envoie du poney!)
Mag s’est changé au moins 12 fois avant de trouver la tenue qui court vite…
Pour cette courte nuit sur place, nous avions réservé une chambre à l’hôtel « Le Chamonix » que je recommande pour son accueil très sympathique et arrangeant malgré notre horaire de départ).
C’était tellement sympa qu’on est même parti sans payer le solde de la réservation ! (et heureusement rattrapé par email le lundi ;)

Ambiance chamoniarde

L’autre point positif de l’hôtel,  c’est son emplacement littéralement « sur » la ligne de départ comme en témoigne cette magnifique photo prise… dans les WC de la chambre !

A peine endormi, c’est déjà parti avec un réveil qui sonne à 2h50… J’avale ma crème sport déj, un thé et barre protéinée pour anticiper la case musculaire. Tout ça se digère assez vite, et ne pose aucun problème sur les heures qui suivent.
Je prends place dans le peloton avec mes comparses, prêt à attaquer les aiguilles rouges.