Hoka Rapa-nui, je t’aime moi non plus

Hoka, c’est la marque qui a fait le buzz il y a quelques mois. En pleine vague minimaliste ;)
Après une arrivée assez confidentielle sur le marché du trail et un « cantonnement » aux ultras (Diagonale des fous, utmb) la gamme c’est considérablement élargie aux cotés des historiques Mafate.

La marque du Time To Fly a été aussi beaucoup plus visible dans les médias avec à la mise en place du team ou la grosse vague de pub dans les magazines de fin 2014.

A côté de cette rapa-nui, on retrouve maintenant une large gamme pour tous les terrains (y compris la route) et toutes les distances,  avec toujours l’amorti « oversize« , pas trop de drop…

Mais pour moi, Hoka c’est un peu le côté obscur de la force !
Avec 2 marathons et une Saintélyon en zéro drop, des centaines de kilomètres en chaussures minimalistes, je n’allais quand même pas tomber dans un tel travers !

Sauf que je suis plutôt curieux, que j’aime trop les chaussures de course, et que j’avais quand même mal aux pieds à l’arrivée de la SaintéLyon 2013 (courue en Lone Peak 1.5). Je n’ai donc pas trop eu à me forcer pour le test des rapa-nui 2…

Pour cet article, j’ai choisi des photos des chaussure de trail « dans leur jus », avec la vraie boue de saintélyon, à peine « rafraîchie » grâce à  une idée de Daddy the Beat ;)

Sur le papier, pour environ 130€, vous obtenez :

  • 306g d’EVA et de tissus (360g pour mon 12us – pas mal vue le volume de la chaussure)
  • Un drop réduit : 5mm
  • Un mesh épais et solide. Un peu trop rigide même, mais gage de solidité. Pour une chaussure de trail c’est important non ?
  • Un meta rocker : la forme de la semelle est sensée favoriser le déroulé de la foulée
  • Des petits crampons, mais finalement bien dimensionnés pour l’usage prévu. Ce n’est de toutes façons pas une chaussure pour envoyer des gros appuis dans la boue liquide. En souplesse tout passe très bien. C’est à mon avis la chaussure parfaite pour la SaintéLyon 2014. Et puis n’oubliez pas que la glisse, c’est toujours dans la tête ;)

J’ai parcouru environ 350 km avec ces Hoka ; principalement en forêt de Saint Cucufa et ses alentours. Des sentiers assez faciles donc, et un peu de bitume pour les rejoindre.

Pour bien faire mon boulot de testeur (et m’entrainer aussi quand même !), elles m’ont accompagné sur des footings pépères, des sorties longues (jusqu’à 35k plus la course) et des séances plus dynamiques de côtes en myocrossmax.

Les premiers footings ont été compliqués. Il faut clairement un temps d’adaptation. Surtout avec ma foulée rasante (et ma maladresse…) Je me suis gentiment tordue la cheville sur la 2ème sortie, étalé dans Saint Cucufa la 3ème (bon ok ça m’arrive régulièrement quelle que soit la paire) Mais j’étais sceptique…

Et puis je m’y suis fait… Cette rapa-nui est assez proche du pied. (trop pour moi, j’y reviendrai…) bien placée par le serrage quick-lace vraiment pratique et efficace. Surtout quand on a besoin d’ajuster son réglage en course.

rapa-nui04

Le mesh rigide maintien très bien le pied, qui est de plus légèrement enfoncé dans la semelle intermédiaire. C’est bien pour avoir un placement de pied précis ;)

Mais cela m’a quand même posé quelques soucis : ces rapa nui 2 sont livrées avec 2 semelles. J’ai commencé par la fine et fait toutes ma prépa avec. Tout s’est très bien passé jusqu’à ce que cette dernière ne décide vers le 55ème kilomètres entre Saint Etienne et Lyon, de glisser dans la chaussure pour aller faire des plis sous mes orteils.

Je ne me aperçu du méfait qu’à l’arrivée ; suspectant plutôt une entrée de boue et étant trop feignant / cuit / pressé (rayez la mention inutile!) pour enlever ma chaussure et vérifier… Cela ne m’a pas empêché de courir, mais c’était étrange.

Sur les conseils des représentants de la marque, je suis après la course passé à l’autre semelle, plus épaisse qui est sensée corriger ce truc qui est connu et ne se produit a priori que dans les conditions très humides. Sauf qu’avec la semelle épaisse, le volume intérieur se réduit et le haut de mes orteils vient frotter le mesh (ou inversement) me causant très rapidement une ampoule au dessus du 4ème orteil :(

rapa-nui10

Malgré l’épaisseur de la semelle (Hoka annonce 50% de plus que la moyenne – on est haut sur pattes!) le dynamisme est top. Si vous cherchez un morceau de chamallow tout mou, passez votre chemin. C’est même presque ferme. J’aime bien !

Les appuis sur l’avant pied renvoient bien l’énergie. On peut vraiment envoyer. Et en fin de course, on n’a pas vraiment de scrupules à poser le talon ;)

L’accroche est bonne ; malgré la faible hauteur des crampons. C’est parfait pour les terrains secs et mixtes. Et si ce n’est pas suffisant pour vous (pour moi oui) la future Rapa-nui 3 « Speed Goat » aura une semelle vibram).

Forcément les petits crampons s’usent, mais ça me semble raisonnable, surtout si vous évitez le goudron. Après tout, même si elle est très polyvalente,

 

Je suis parti plutôt confiant (au moins pour mes pieds) et j’ai vraiment apprécié le supplément de confort. Du coup j’avais prévu de courir l’écotrail avec, mais un footing avec les semelles épaisses m’ont dissuadé : ampoules au bout de 10km! J’ai fini pas les mettre dans mon sac et c’était pas plus mal ;) Dommage quand même. Parce que j’ai pris mon pied avec ces échasses. Et je recommencerai bien l’expérience pour la MaxiRace car il faudra bien un peu de confort pour venir à bout sereinement de la distance !

Après tout, je n’ai pas eu de problème pendant 8 heures de course. Si elles pouvaient avoir un peu plus de volume autours du pieds (j’ai lu que la version 3 est un peu plus large…), ce serait parfait !

Au final, ce sont pour moi de très bonnes chaussures de trail pour les longues distances ; solides pour le terrain technique, rapides pour les courses roulantes. Le drop faible et le meta rocker permettent vraiment de bien dérouler. Et si vous leur rentrez dedans, elles vous le rendront bien !

Alors bien sur, je continuerai à porter des chaussures légères et peu amorties (et mes Five Fingers aussi!) pour les séances de piste, les footings courts en forêt. Mais pour le long, difficile de ne pas envisager ces rapa-nui. Elles sont bien loin de l’image de gros sabots que j’en avais…

 

Liens Utiles :

17 pensées sur “Hoka Rapa-nui, je t’aime moi non plus

  • 1 avril 2015 à 10 h 00 min
    Permalink

    Hoka power !!!
    J’utilise uniquement la semelle fine car je plaque dessus ma semelle ortho et c’est au poil.
    La Rapa est la seule que je n’ai encore testé.

    Répondre
    • 7 avril 2015 à 0 h 16 min
      Permalink

      semelle fine + semelle ortho et tes orteils respirent encore ?
      je n’ose même pas imaginer ça pour moi :(

      Répondre
      • 7 avril 2015 à 16 h 22 min
        Permalink

        Il fait du 47 la bonhomme … je l’ai pris dans la gueule une fois sa pompe … lors d’un OFF… il se plaignait de la météo comme d’hab …

        Répondre
  • 1 avril 2015 à 11 h 16 min
    Permalink

    Pourquoi je n’ai eu qu’une seule semelle dans la boite moi ? Bon je n’ai pas eu tes problèmes sur la Saintélyon mais c’est parce que tu cours trop vite :-). Sur 11h30 de course, aucune ampoule (faut dire que je consomme autant de Nok que toi de Nutella), aucun bobo aux chevilles … rien. Les pieds sont le seul endroit où je n’ai pas eu mal d’ailleurs. Et j’ai vraiment apprécié le gros coussin sur les parties de bitume pour « reposer » un peu quand ma foulée est devenue n’importe quoi. Par contre, j’ai un doute pour les prendre sur un terrain plus caillouteux/montagnard/mouillé par rapport aux crampons plus que rassurant de mes Xodus. Parce que chez moi (je suis aussi plus lourd que toi), les crampons se sont usés un petit peu plus que sur tes photos (et elles n’ont que 260 km). C’est pas pour rien que sur la 2S ils sont passés au Vibram. Ceci dit, j’ai la même conclusion que toi, je n’aurais pas pu mieux choisir pour la STL 2014.

    Répondre
    • 7 avril 2015 à 0 h 18 min
      Permalink

      Pour moi les gros crampons c’est bien dans la boue. Et encore, à conditions qu’ils soient espacés. Donc pour le terrain technique pas de souci avec les petits chevrons des rapa ;)
      Et le vibram des 2S, tu crois vraiment que ça change le grip ou la résistance… ?

      Répondre
  • 1 avril 2015 à 11 h 18 min
    Permalink

    Bonjour,

    Vous avez testé les chaussures sur quelles distances ? Je n’ai pas vu s’il y avait des préconisations à ce sujet là…?

    En tout cas le design est sympa !

    Romain,

    Répondre
    • 7 avril 2015 à 0 h 14 min
      Permalink

      ben il faut lire l’article plutôt que de vouloir à tout prix caser un lien vers son site…

      Répondre
  • 7 avril 2015 à 16 h 19 min
    Permalink

    Dire que tu te foutais de ma gueule il y a deux ans quand je proposais des tests HOKA !!
    Bon j’aime bien la marque mais uniquement si tu alternes avec une paire bien basse et dynamique comme tu le fais ;)

    Pour ma maxi race de l’année dernière j’étais en ASICS TRABUCCO GTX : résultat moins de 14h pas mal pour un rookie comme moi coach ?!

    Répondre
    • 7 avril 2015 à 16 h 44 min
      Permalink

      merde t’as raison !
      14h j’achète direct. Surtout que t’as pris ton pied dans tes ascics trabucco gt gore tex turbo duomax abs 2 :)

      Répondre
  • 7 avril 2015 à 20 h 34 min
    Permalink

    Intéressant! :)
    Je resterai je pense sceptique tant que je n’aurai pas eu une paire aux pieds… Mais ton retour par de mon postulat sans test donc elles doivent tout de même être convaincantes pour quelqu’un qui utilise des Five Fingers! :D

    Répondre
  • 7 avril 2015 à 22 h 31 min
    Permalink

    Comme l’ami Québecois, pas convaincu tant que je les ai pas aux pieds… J’ai eu l’occaz de tester les Huaka sur un semi début mars et j’ai été très agréablement surpris (chaussures neuves sur une course à objectif, un peu débile mais pas de regret au final !). Du coup, j’ai craqué et je me suis offert des Rapa Nui 2S en promo. 2 sorties avec, une courte sur terrain sec et une de 3h sur terrain mixte (de l’humide en train de sécher). J’ai eu mal aux mollets durant les 2 heures suivantes qu’on duré l’apéro (ça vient des chaussures ou de l’apéro? bonne question!) et rien de plus. Du coup, je les renfiles dimanche sur un trail de 42km et 1400m D+…

    Répondre
  • Ping : Saucony Triumph Iso : qui aime bien, châtie bien - Mangeur de Cailloux

  • Ping : Test Hoka Mafate Speed

  • Ping : Test Chaussure Trail : Hoka SpeedGoat - Mangeur de Cailloux

  • Ping : [ TEST ] Hoka Tracer - Mangeur de Cailloux

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :