Catégories
Récits et photos de course Tests

Kilomètre Vertical au Montenvers

C’était le 14 juin dernier. Sur l’invitation de Suunto et dans le cadre d’un partenariat entre le fabricant finlandais et la Runnosphère, j’ai pu profiter d’une superbe journée à Chamonix.

J’ai retrouvé sur place avec l’équipe Suunto / Amer Sport France (Franck, Hervé et Fabien) David (Runmygeek.com), Doune (CoureurduChablais.com) et fait la connaissance de Fred (Highwaytotrail) et Jérome d’i-run.fr

Après un voyage sous des trombes d’eau en compagnie d’Emma, le réveil et les préparatifs de la journée se font rapidement avec Doune et David : choix des vêtements, paramétrage des montres, petit déj, et c’est parti !

C’est Fabien, le community manager Suunto France, qui est « accessoirement » guide de haute montagne à Chamonix, qui nous accompagne pour cette journée.

Au menu : un kilomètre vertical, un test terrain de la fonction navigation / suivi de trace, et une session de formation sur l’utilisation de movescount (l’équivalent de Garmin Connect) et beaucoup de retours d’expérience, avec la présence de Terho Lathinen , Product Concepts & Innovation Manager (donc responsable des développements « long terme ») chez Suunto.

 

Le kilomètre vertical, organisé sous la forme d’un off où chacun se chronomètre, consistait donc à parcourir 1km, mais dans le sens de la montée : au départ de la gare du petit train du Montenvers, les altimètres barométriques ou gps calés (à 1058m), le premier qui affiche 1000m de dénivelé positif a gagné ! Le parcours est très sympa, en jouant à cache-cache avec le train à crémaillère, et avec un passage qui doit servir de « purge » et qui du coup reste très enneigé. C’est pas compliqué à traverser, mais il ne faut pas tomber ;)

La première partie est en sous bois, avant de déboucher face aux Drus et au dessus de la mer de Glace où on en prend plein les yeux. Ma petite vidéo vous en donnera j’espère un bon aperçu !

 

Catégories
Récits et photos de course

10km de l’équipe

Manger du bitume pour mieux manger des cailloux ?

J’y crois beaucoup. A part peut-être pour les longs ultra le travail de vitesse, de soutien de haut % de vma est un élément essentiel de la préparation pour les trails. Et puis cette chasse au chrono, je l’aime quand même beaucoup ;)

Mais place à un retour rapide sur une course non prévue dans le planning initial, mais sur une invitation difficilement refusable. Me voilà place du Châtelet avec les copains de la Runnosphère pour ces 10km de l’équipe. Mon précédent chrono avait été réalisé après un bon plan spécifique, mais j’avais ensuite délaissé la route pour les sentiers afin de préparer le trail ardéchois. Il s’en était suivi 2 semaines de plage,  et d’une plus sérieuse qui se conclue ce soir !

10kmlequipe-ambit

Pourtant, j’avais à coeur de confirmer mon chrono sous les 40′ obtenu à Rueil début mars, et j’espérais même que ma « prépa trail » porterait quelques fruits en dehors de son objectif initial… Je suis donc parti avec l’envie d’approcher un peu les 38’59, mais sans prépa spécifique 10k je suis quand même bien content !

Mon Départ a peut-être un été poil trop géré, très perturbé par mon accéléromètre pas bien réglé en fonction de mes chaussures actuelles (l’ambit bippait 200m avant les marques et 10.3km au total). Mais la courbe cardio montre une progressivité, régulière dans l’effort, avec une vitesse en hausse à chaque kilo quel que soit le sens des faux plats ;) J’ai essayé d’accélérer un kilomètre plus tôt que la dernière fois, après le panneau 6.

Celui du 7ième pas si mal passé, et bien boosté par Philippe, photographe malgré lui, (des photos de la course sont sur son blog – clic !),  à qui je dois ce joli souvenir !

10klequipe-jahom

Catégories
Récits et photos de course

10km de Rueil : un record et de l’expérience

Un trajet en TGV pour aller sur une course du côté de Lyon, c’est peut être le moment idéal pour finir le récit de mon 10km de Rueil…? J’ai franchement hâte de me retrouver au départ, surtout pour revoir les « copains qui courent » : Fabrice qui fait une escale juste pour courir les Cabornis, et mes 2 compères finishers de Saintlyon : Mag et Michaël !

Mais revenons à cette dernière course. Organisée dans le cadre du semi marathon des Lions de Rueil Malmaison, elle permet à ceux qui veulent profiter d’un superbe (et quand même bien roulant) parcours au calme pour faire le point à 5 semaine du Marathon de Paris. Loin des 30 000 personnes qui ont pris le départ à Vincennes, 700 coureurs ont fait le 10km et 2000 le semi.
Cette année l’organisation est restée au top pour l’accueil, le balisage ou les ravitaillements, mais a permis en plus aux participants de profiter d’un parcours des plus beaux quartiers, en allant des bords de Seine au parc de la Malmaison ou de bois Préau, puis dans le centre ville. Je ne ferai pas plus de pub (enfin si, juste pour dire que tous les bénéfices de la course sont reversés à une association !) pour préserver la tranquillité des riverains… Mais je n’échangerai pas mon dossard contre un mur pour le semi de paris qui a lieu en même temps;)

Le dimanche matin, la Runnosphère est là. Et comme à Paris les records vont tomber. Je croise Jean-Alex mais loupe l’homme en rose : the pink runner.

après un échauffement en vélo puis quelques tours de stade un peu rapide, j’arrive (presque en retard) sur la ligne de départ avec un peu de pression pour cette première course de l’année.

Cela fait en effet quasiment 2 ans que je n’ai pas fait de 10 km. J’avais très envie de prendre marques sur cette distance et de faire tomber la barrière des 40′. Les quelques séances de 2000m à 3’55 pendant la préparation de cet hiver m’avaient bien fait sentir que j’avais ce temps dans les jambes, mais les sorties longues et lentes étaient passées par là, tout comme la grippe…
Mais je suis quand même content du plan que je me suis construit, bien « fignolé » lors des moments de doute par Jean-Christophe et Olivier que je tiens vraiment à remercier pour leurs conseils !

Il fait frais. Le soleil brille dans un grand ciel bleu. Au coup de pistolet, la stratégie est simple : avaler les 4km de plat des bords de Seine vers 4’/km sans se griller (et donc être régulier dans l’allure ; maxi 4’05 sans passer sous les 4’00) pour aborder la montée (environ 600m à 6-8%) au train, et reprendre le temps perdu dans la descente avant de relancer le bon rythme sur le plat pour l’emballement final.

Facile non ?

Catégories
Bla-bla divers et variés

Cooper après la coupure

Je me savais bien à court de forme après la grosse coupure de fin d’année : 2 semaines off après la Sainté, une avec 2 minis sorties en VFF, une de ski et une de grippe !

Mais la motivation est bien là, et j’ai pu enfin courir cette semaine, avec un footing terminé par des lignes droites (courues bien sur trop vite et qui on laissé des mini courbatures..), un autre footing et une séance de fractionné à la piscine (25m vite / 25m lent) pour décrasser le système cardio respiratoire.

Cela n’aura finalement pas suffit. En effet, ce week-end, la Runnosphère se retrouve avec au programme, un footing, un test VMA, une séance de trailball (le nouveau sport de Christian de courir pieds nus), un resto et une sortie trail. Je ne pouvais pas tout faire, mais j’avais vraiment à coeur de trottiner et discuter avec les copains, et aussi de me tester pour étalonner les prochaine séances.

Sur la ligne de départ, j’annonce viser 16km/h. Malgré un départ prudent, je pensais quand même boucler 4 tours de piste… Et bien c’est raté. Le compteur reste bloqué à 15,5 (contre 16,75 en septembre dernier) et la coupure a bien fait son effet…

Un point positif quand même : personne ne m’aura pris un tour, ni Greg ni Florent que j’ai surveillé d’un oeil dans mon dernier 400 ;)

Me voilà donc avec une nouvelle base de travail qui devrait vite progresser. Je m’y attelle dès la semaine prochaine avec des 30/30, des 400 avant de reprendre les fractionnés longs ensuite.

Mais le plus important reste quand même la rencontre avec les copains, les « vieux » comme les nouveaux ; Sébastien de « Courir à Nantes » et organisateur de la 2ième Saturday Night Frontale avait fait le déplacement.

Après les échanges par blog, FB et mails, ce genre de rencontre est plus que sympathique, et fait aussi bien avancer le groupe de « copains qui courent » ;)

Catégories
Livre Tests

Running, du jogging au marathon par Michel Delore

En pleine préparation pour le SaintéLyon, j’avais décidé de mettre toutes les chances de mon coté en lisant, grâce au partenariat entre la Runnosphère et les Éditions Amphora, le livre du multiple vainqueur de cette épreuve Michel Delore : Running, du jogging au marathon.

Comme toujours avec cet éditeur, la qualité est bonne et la mise en page agréable. On a affaire à une petite bible du running visant à passer en revue (parfois bien rapidement) tous les composants de la course à pied : entrainement, diététique, course sur route, cross, trail et ultra. C’est en fait une mise à jour du précédent best seller (courir, du jogging au marathon) qui outre son nom beaucoup plus « tendance » apporte des nouveautés sur les cardio, gps, le trail. Vous pouvez vous faire une idée de son contenu avec le sommaire mis à disposition par l’éditeur via un lien sur le site www.ed-amphora.fr

Je ne vais pas tourner autour de la piste du pot longtemps, je n’ai pas vraiment apprécié ce livre. Je me suis même forcé pour le lire avant de rédiger cet article.

 

Pourtant je partais avec un bon a priori en connaissant l’auteur et ses bons conseils par le biais de son blog : http://delore.over-blog.com/

On retrouve sur ces 2 supports le même ton hyper directif, les avis tranchés et dans le livre un rythme de lecture assez saccadé induit par les très nombreux chapitres / paragraphes dédiés à des points particuliers.

 

C’est surement une très bonne recette pour vous progresser et atteindre un haut niveau, mais je n’ai pas du tout accroché à cette « méthode ».