hoka-tracer

[ TEST ] Hoka Tracer

Débarquée en grandes pompes (oups…), la Hoka Tracer est la 3ème chaussure de la marque que j’ai la chance de pouvoir tester.

Il y a eu du très bon (j’ai adoré courir la SaintéLyon en Rapa-nui, du moins bon (la trop raide Mafate Speed) et du pas mal du tout avec la Speed Goat. Aujourd’hui c’est une chaussure de route qui passe à la moulinette. (si vous êtes perdu dans la gamme Hoka, allez donc voir cet article chez RunOnline)

Comme très souvent elle m’a été fournie par la marque en « échange » de cet article. Si vous débarquez de la lune, vous découvrez donc peut-être qu’un blog est un équilibre (instable et pas toujours évident à trouver) entre contenus personnels, test produits « sponsorisés ou pas », compte-rendus de course, mais aussi vie pro et perso. Parfois il faut même trainer un peu sur Strava après l’entrainement !

Du coup, pas d’article depuis 2 mois! Mais c’est reparti. J’ai quand même pas mal de brouillons à finir, des chaussures à user et un trail (la Gap’Encimes) à préparer et donc pleins de trucs à vous raconter :)

La Tracer a fait le buzz en compagnie de ses fausses jumelles Clayton et Speed Instinct en début d’année, principalement à cause de leur design « normal » mais beau !

 

 

Alors, oui elle est canon  (même en rose pour le filles) mais surtout, de loin, elle ne semble pas dotée de l’imposante et très amortie semelle oversize qui a fait la réputation de la marque.

Intriguant non ?

Faut-il y voir un lien de cause à effet avec le rachat de Hoka par un groupe plus généraliste ayant des ambitions de faire plus de volume de vente avec des modèle plus consensuels ?

Possible !

Continuer la lecture de [ TEST ] Hoka Tracer 

Collage_GsrtVersailles2016

Go Sport Running Tour du Chateau de Versailles 2016

Avec déjà 3 participations en 5 éditions, le Go Sport Running Tour du Château de Versailles doit trouver un nom plus simple est en passe de devenir ma classique de début d’été. C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai répondu à l’invitation de la très joyeuse et accueillante Team TomTom, pour retrouver les copains de la Runnosphère dans le parc du Château de Versailles à l’occasion du #GSRTVersailles2016 ;)

Le temps n’ayant pas été vraiment estival, les magnifiques chemins tracés par Le Nôtre doivent un peu être protégés des 15 000 coureurs annoncés sur l’événement (il y a le 15k mais aussi la course des princesses et des courses « enfant »). La distance est donc légèrement réduite et certains passages rendus bien gras et glissants.

Après un bref échauffement en compagnie de Christophe, Salvio et Philippe, un arrêt au stand express (attention à bien choisir ses feuilles!) je prends place dans le sas « moins de 1h » en phase avec l’objectif annoncé. J’ai en effet un peu repris le travail de vitesse depuis l’arrêt forcé de la prépa MDP et j’ai bon espoir de faire mieux que l’année dernière.

Mon ami italien est à cours d’entrainement et annonce tranquillement qu’il partira avec moi mais ne tiendra pas pour surement finir en 1h10. Je ne le crois pas vraiment. Il a sans doute oublié son 36’38 » sur 10k en début d’année et sa belle réserve de vitesse…

Pour moi les conditions sont bien différentes. En 2015 je sortais de la Maxi Race (3 semaines avant), avec surtout du travail de dénivelé, du volume pas très rapide,  même si le seuil est toujours important chez moi. En 2016 je suis moins serein, peut-être un peu fragilisé par la grosse prépa et je trouve que j’ai du mal à enchainer les séances de qualité. Je paye aussi peut-être les 3 ultras (+ le marathon de paris… en 2015).

Continuer la lecture de Go Sport Running Tour du Chateau de Versailles 2016 

Des running en solde, de l’affiliation et autre sponsorisation

Difficile de passer à coté depuis quelques jours. Avec pas loin d’une dizaine de mail les annonçant dans ma boite de réception ou mon dossier spam, les running en soldes sont là…

C’est le moment pour jeter un oeil à la semelle de ses chaussures pour vérifier l’usure, ou craquer pour un nouveau modèle. (au hasard,  ma chouchou du moment, la Hoka Tracer)



Peut-être que vous l’aviez remarqué, mais pour les tests que je rédige, je donne des liens vers des sites marchant. irun est actuellement le seul, Mais cela changera peut-être. Si j’ai le temps de m’en occuper…

Donc si vous passez à la caisse en ayant cliqué sur un de ces liens, je toucherai une commission. Entre 9 et 11% de votre panier.

Ce qui est pas mal pour une rémunération de vendeur. Mais vue la quantité, si tout va bien cela remboursera les frais « techniques » du blog (hébergement, nom de domaine)…

Pour ce qui est de payer le temps passé à rédiger, entretenir, communiquer, c’est cadeau. Je ne suis pas prêt de pouvoir m’arrêter de bosser pour passer mon temps à courir :)

Mais si vous voulez soutenir votre mangeur de cailloux préféré n’oubliez par de cliquer !

Strava

Strava roster

Entre 2 tests de chaussures et avant de compte-rendu du Go Sport Running Tour du Château de Versailles (au secours le nom… #GSRTVersailles c’est (un peu) plus digeste avec la Team TomTom, je partage une petite découverte venue du Strav Labs : le Roster (le tableau de service).

Le Lab, c’est un peu le off de Strava, un mélange de repère pour les curieux, et de démonstrateur du savoir faire technologique et de la maitrise du big data. Vous y trouverez également un blog, mais sans récit de course.

Il ne faut en effet à mon avis pas trop se voiler la roue face. La majorité des utilisateurs du service ne paye pas et il faut quand même financer les serveurs, les développeurs des applis mobile, du site. En plus il n’y a pas de pub !

Alors comme Strava collecte un nombre inimaginable de données grâce aux synchronisation de nos montres gps – cardio, aux applications, et les utilise, les revend (?)

Un exemple marrant est la suggestion de correction de tracé en fonction des parcours des autres utilisateurs (données déjà collectée par Strava et visible dans la carte de chaleur : la heatmap

Le Roster, c’est un rendu graphique de vos différentes partenaires de course. Le mien est derrière ce lien  et j’adore l’arborescence que l’on peut déployer et qui fait remonter tellement de belles balades et de bons souvenirs ! (ne pas confondre avec le rooster…)

strava-roster

On voit ainsi que j’ai passé plus de temps avec Mag qu’avec ma femme, sauf pour les « other activities », mais que par contre on ne se voit pas souvent (12 activités)

En activant le bouton « Reload with athletes you’re not following » je découvre aussi des partenaires d’entrainement avec qui je partage la piste du stade de France quand je cours sur ma pause déjeuner.

 

strava-roster-bis

En affichant uniquement mes « amis », je vois bien la prépa Marathon avec la Team SFR, mais aussi les copains de la Runnosphère.

Mais au final, mon « score » n’est que de 23% en 2016, soit 77% de mon temps passé à courir seul car il n’y a pas grand monde dans Saint Cucufa à 6h la matin. Je suis donc un Lone Wolf. C’est pas bon pour mes stats et mon référencement mais ça ma va bien :)

Je vous laisse avec la vidéo officielle. Je ne partage pas vraiment le « prove it » mais c’est un joli film à l’américaine…

 

Je fais du sport pour moi. Mais j’aime beaucoup Strava pour son coté café du commerce, c’est le petit bar où l’on refait la course, où l’on chambre. Même si ça manque de binouze, Strava reste un sacré outil de partage !

Et puis #ifitsNotOnStravaItDidNotHappened :)

Alors,  quel est vote score roster ?

runandbike_2016_affiche

Run and Bike de Vaucresson 2016

J’ai marqué une petite pause après le rendez-vous manqué du Marathon de Paris. Déjà pour laisser le temps à ce fichu tendon de se remettre en place, mais aussi pour évacuer la fatigue générale accumulée pendant la prépa. Me changer les esprits aussi ;)

La date était cochée dans le calendrier depuis quand même pas mal de temps. Bien motivé par les copains Ben et Cyril qui avaient déjà couru / roulé à Vaucresson et la perspective d’une sympathique matinée de sport, à deux pas de la maison.

Les règles de ce run and bike sont simples : une boucle de 5km à parcourir 2 fois, par équipe de 2, mais avec 1 seul vélo. Il n’y a pas de contraintes de changement (j’en connais même qui ont fait beaucoup de vélo sur les 2 boucles ;) ) mais le départ et l’arrivée se font en courant.

Et comme c’est en binôme, c’est aussi une bonne occasion pour partager le dossard avec ma moitié !

Le temps de laisser les filles à la baby-sitter, le trajet vers le départ se fait en courant/roulant. On en profite pour réviser nos transitions. Avec chacun sa méthode. Monter et descendre d’un vélo en marche n’est pas si intuitif pour tout le monde mais on est bien parti pour rigoler.

 

Continuer la lecture de Run and Bike de Vaucresson 2016 

saucony triumph iso 2 everun

[test] Saucony Triumph iso 2 : Everun

Ceux qui me suivent sur Strava et mes autres réseaux sociaux n’auront pas vraiment de surprise avec ce nouveau test : j’ai vraiment aimé courir avec ces Saucony Triumph iso 2 dans tous les types de séance que j’ai pratiqué avec elles.

Surtout qu’avant cette nouvelle version, j’ai été plutôt élogieux avec la v1. Et c’était mérité !

C’était ma pantoufle d’ultra, ma charentaise de sortie longue, mon chausson de footing de récup, celle qui m’a emmené avec beaucoup de plaisir au 1er étage de la tour Eiffel lors de l’écotrail 2015 ;)

 

Dans la (trop peu connue) gamme du fabricant américain, la Sausony Triumph est en haut, niveau confort, technologie et amorti (et prix!). Et elle n’est finalement pas très loin d’une Hoka, avec 30mm sous le talon et 22 devant.

Le drop reste donc à 8mm. Saucony a depuis longtemps pris le chemin du drop faible à modéré et c’est franchement une bonne chose !

Continuer la lecture de [test] Saucony Triumph iso 2 : Everun 

Gateau sport à la patate douce

Gateau Sport Patate !

J’étais parti pour faire un long post sur instagram, et puis finalement je préfère laisser la recette ici. C’est plus facile à retrouver, et si certains se laissent tenter et veulent partager leur expérience c’est toujours plus pratique sur le blog ;)

C’est la 2 ou 3ème fois que je fais un « gâteau patate » et comme c’est facile et sympa je vous en fais profiter. Et puis on est quand même un peu dans l’univers du sport car s’il convient bien aux gourmands pour le goûter, il va aussi très bien se déguiser en gatosport ou gâteau énergétique pour un petit déjeuner avant une course, un ultra ou une longue balade en vélo.

Il n’est pas très sucré (enfin disons qu’il n’y a pas beaucoup de sucres rapides ou plutôt que c’est un gateau sport maison sans gluten à IG bas). Sans gluten donc pour ceux que ça inquiète (ce n’est pas mon cas. Vous pouvez tester avec de la farine de blé si vous voulez. Je vous conseille quand même de la choisir « complète » mais pourquoi pas d’épeautre, grand ou petit)

La texture est toute légère, sûrement grâce aux oeufs montés en neige. Les bonnes odeurs qui se dégagent à la cuisson parfument la maison de manière un peu plus agréable que la poudre magique « goût chocolat » que vous trouvez dans les sachets.

Je vous rassure, j’en ai mangé des comme ça – c’est tellement pratique – (impossible d’oublier celui qu’on avait préparé avec Mag, à l’intérieur d’une bouteille d’eau minérale coupée en deux, et cuit dans le micro-ondes du « Formule 1 » avant le trail des passerelles !)

Mais aujourd’hui je préfère passer un peu de temps en cuisine, quitte à charger un peu plus la valise, et prend autant de plaisir à cuisiner qu’à manger, surtout en maitrisant un peu plus les produits que l’on utiliser et que l’on mange.

Et si jamais vous consommez la crème sport déj, elle peut aussi très facilement se transformer en gâteau de l’effort. La recette est disponible ici

Les ingrédients
  • 600g de patate douce
  • farine de sarrasin (50g)
  • 4 oeufs
  • 1 cuillère à soupe de miel
  • 1 cuillère à café d’épices
  • 1 bonne cuillère à soupe d’huile d’olives
  • 1 cuillère à café de bicarbonate

La recette d’origine est en ligne ici. J’ai simplement réduit la dose de patate douce (le sachet Picard fait 600g…) mais il est tout à fait possible de compléter avec une pomme de terre. il sera peut-être plus consistant suivant la variété de pomme de terre choisie. C’est un formidable aliment pour le sport d’endurance de part son IG bas et le fait qu’elle soit basique (contre l’acidité du corps donc)

patate-douce-picard

Un petit mot également sur le sucre. Cette fois c’est du miel. Et le miel parfume… surtout celui de châtaignier qui est en plus un des plus riche en fructose et donc avec un IG bas – index glycémique – pas à 100 68 comme votre bon vieux sucre blanc en poudre )

Mais vous pouvez sucrer autrement. L’important pour un gâteau de l’effort c’est d’utiliser un sucre pas trop rapide : rapadura / sucre complet pour son goût caramélisé et ses sels minéraux, sirop d’agave ou encore sucre de fleur de coco pour faire comme Babaorun ;)

J’ai aussi mis un peu de bicarbonate pour essayer d’aérer ce gâteau sport (sans me souvenir si la précédente version était compacte ou pas!) Je n’ai par contre pas mis de paprika. Ce sera peut-être pour la prochaine fois. A voir aussi en fonction des l’âge des gourmands…

Alors à vos fourneaux !

✔ Faites cuire les patates douces pour en faire une purée (un sachet picard directement dans la cocotte minute… trop simple).

✔ Ajouter à la purée 2 oeufs entiers et 2 jaunes, l’huile, le miel.

✔ Dans un saladier, mélanger la farine, le bicarbonate, une pincée de sel et les épices. Aujourd’hui c’était un « mélange pour pain d’épices » donc plutôt un arôme de cannelle, mais la dose est assez légère.

✔ Mélanger ensuite les « poudres » avec la purée, puis incorporer doucement les 2 blancs d’oeufs montés en neige (vous savez, ceux du début dont vous avez mis les jaunes dans la pâte? )

✔ Remplir des petites moules à muffins ou cannelés. C’est toujours plus pratique pour emporter, partager…
Glisser 1 ou 2 carreaux de chocolat (ca c’est pas dans la recette d’origine. Ça fait du sucre en plus mais c’est trop bon… :)

✔ Enfourner à chaud (200°)

✔ 30′ de cuisson on suffit pour moi. A surveiller en fonction de la taille du moule, de votre four et en plantant un couteau dont la lame doit ressortir sèche. Il faudra sûrement plus de temps avec un seul moule de forme standard.
Laisser refroidir avant de démouler car c’est très fragile à chaud

✔ Régalez-vous ! Allez courir, rouler, nager ou juste prendre un thé pour l’accompagner !

Ceci est un gâteau sport :) Patate douce – sarazin – 4 oeufs – paprika – canelle

A photo posted by Mangeur de Cailloux (@mangeurdecailloux) on

 

 

inov8 Terraclaw 220

inov8 Terraclaw 220

Pour ne pas changer mes habitudes, j’ai encore pris mon temps pour sortir ce test des inov8 TerraClaw 220 :)

Il faut dire que je les ai obtenues de la marque anglaise début novembre en lancement de ma phase « mangeur de bitume » après un début d’année orienté trail et j’étais bien content de courir à plat sur des surfaces stables, et moins pressé de manger des cailloux…

La prépa marathon est également passée par là et cette chaussure de trail n’est pas vraiment la plus adaptée pour borner. Mais elle a d’autres belles qualités que j’apprécie encore  après une bonne centaine de kilomètres avec ces petites ballerines.

Pour ceux qui ne connaissent pas inov8, c’est une petite marque innovante (ah ah!) qui propose des chaussures d’inspiration minimaliste avec un souvent un drop modéré, une bonne souplesse (j’écris souvent car il y a dans la gamme des modèle presque classiques) et de l’accroche. Car qui mieux que les anglais peut s’y connaitre en terrain boueux ?

Pour cette Terraclaw 220, on est dans le light (le nombre qui accompagne le nom de la chaussure indique le poids chez inov8 – il y a aussi une Terraclaw 250 qui est plus amortie) :

  • 220g donc (en pointure 42)
  • 4mm de drop – 20 et 16mm de hauteur semelle dont les crampons

Du coté de la semelle, ça colle comme des chaussons d’escalade (gomme Dual C bi-densité) mais c’est beaucoup plus flexible avec des rainures placées pour favoriser l’adaptation au terrain (et ça marche!).

Continuer la lecture de inov8 Terraclaw 220