SNF#04 – Saint Cucufa Off, avant la SaintéLyon

flyer-SNF#04

A 15 jours de la SaintéLyon, dernier gros objectif de la saison, je vous propose comme les années précédentes de venir partager un balade dans les bois à la tombée de la nuit pour la 4ème édition de la Saturday Night Frontale.

Ce sera l’occasion pour certains de faire une dernière bonne révision avant la course, et pour d’autres de profiter de l’occasion de passer du virtuel au réel.

Un évènement FB créé pour l’occasion rassemble déjà une trentaine de personne. Le programme se veut volontairement assez simple. Il ne s’agit pas d’une course. Il n’y aura pas de balisage (mais un ravito) pas de tracé gpx, pas de chrono. Bref, c’est un off !

Le rendez vous est fixé à 18h ce samedi 22 novembre à la sortie de la gare RER de Rueil-Malmaison, au niveau de la rue des 2 gares (cliquez sur l’image pour afficher le plan dans Google Maps)

snf04-planLe parcours longera la Seine pendant quelques kilomètres en guise d’échauffement, avant de partir s’enfoncer dans le bois dans Saint Cucufa. La boucle fera environ 26km et 500m de dénivelé, avec une pause vers le 15ème pour refaire le plein, et un retour prévu aux alentours de 21h au point de départ.

Cette soirée est ouverte à toutes et à tous. Il vous suffit d’apporter votre bonne humeur, vos basket et votre équipement pour pouvoir passer ces 3 heures en autonomie (frontale, décapsuleur).

Le rythme sera bien sur très tranquille. Certains seront peut-être dans un footing facile, d’autres plus proches du seuil, mais personne ne sera abandonné dans les bois !

Pas question donc de faire la course, mais plutôt de discuter, échanger, partager les expériences. (mais si certains sont joueurs, j’indiquerai quand même les segments strava …)

La sortie sera conclue par un petit pôt. Pour en profiter dans les meilleures conditions, n’hésitez pas à emporter quelques affaires de rechanges (tee-shirt sec, veste chaude) qui pourront  rester dans le vestiaire (coffre de ma voiture le temps de la sortie…)

Il ne vous reste qu’à vous « inscrire » via facebook (l’événement est public ; pas besoin d’être mon amis mais profitez en quand même pour aimer Mangeur de Cailloux !) Cela me permet surtout de m’organiser ;)

A samedi !

snf04-ambiance

ekiden-2014-concept

Ekiden de Paris 2014, la Runnosphère prends le relais !

Vite fait, avant le semi de ce week-end, mon retour sur ma dernière course : L’Ekiden de Paris. Une course bien singulière puisqu’il s’agissant de courir un marathon, mais en relais. Pour cette première, j’ai rejoint l’équipe de relais à 6 que Philippe avait constituée pour la Runnosphère, en compagnie de Salvio, Guillaume, Florent et Greg.

Si vous ne deviez retenir que une, deux non, trois choses :

  • Le chrono de l’équipe : 2h36’16 pour la victoire au challenge média (faute de participants…) mais quand même 35ème au scratch.
  • La date de l’année prochaine, pour venir faire cette course avec vos copains qui courent !
  • Moi aussi je sais voler !ekiden-2014-photorunning

 

Lire la suite

Salomon CityTrail

Peu avant l’été, alors que tout le monde s’affutait pour la saison estivale de trail, Salomon a commencé à surfer sur la bonne tendance du moment et surfer sur le concept des City Trail.

L’idée est simple « insuffler l’énergie de la montagne à votre course en décor urbain » ( !!!)

Derrière cette bien jolie phrase, il y a du matos (vêtement, chaussures), mais surtout une application mobile, des parcours pour vous faire visiter les villes autrement, et des « Community run » encadrés par un coach.

Coté matos, j’ai « testé » un short,  un joli tee-shirt  dont je retiens surtout la petite poche zippée à l’arrière, une bonne veste et des pompes !

Lire la suite

Myocrossmax, des chaises et des côtes

myocrossmaxAlors que je sors d’un petit cycle de myocrossmax, et que l’on me pose des questions sur strava ou FB, autant laisser une trace pérenne (vive les blog ! )

J’en avais parlé pendant ma prépa pour le trail ardéchois l’année dernière, et vous trouverez d’autres explications sur ce type de séance,  chez RunOnline, mais pour faire simple, il s’agit d’un entrainement par intervalle, où la traditionnelle récup « trottinée » est remplacée par un maintien de la position de la chaise ;)

C’est le coach du Team Asics Trail, Eric Lacroix qui en est l’inspirateur et a présenté le sujet dans la revue Trail Endurance et sur le site du team. (extrait du plan à télécharger)

plan-myocrossmax-1plan-myocrossmax-2 plan-myocrossmax-3  plan-myocrossmax-4

Pour cette «saison », j’ai  fait pour le moment 1 séance hebdo pendant 3 semaines avec de la progressivité :

  • 3x6x (30″chaise / 20″ côte)
  • 2x8x (35-40″chaise / 30″ côte)
  • 2x6x (40-45″ chaise / 45″ côte)

 

A chaque fois la récup se fait tranquillement, à la descente. Sur l’Ambit j’utilise le compteur d’intervalles (ex : 20’’ pour la côte / 1’10 pour descente + chaise). C’est simple et permet d’éviter de se poser des questions. De toutes façons on n’est pas à la seconde près.

Il faut bien sur commencer par les 30’’ de chaise.  En plus, après un bon échauffement, cela laisse le temps, posé contre son arbre, d’activer le compteur d’intervalles…

Mais le point important pour moi est surtout sur l’effort. Pour ce cycle, j’ai choisi de travailler uniquement en côte, et sur une plus raide que la dernière fois : 2 ou 3 mètres relativement plats, puis 10 / 15%.

 Pour avoir une bonne progressivité dans l’effort, il faut faire la première côte « très vite » (à la limite du sprint) et repérer le point haut atteint. Un arbre, une grosse pierre…

A vous ensuite de toujours remonter au même niveau. Je vous avoue que ça picote un peu sur les 2 ou 3 dernières, mais c’est un bon challenge, un moyen de motivation.

Coté « physiologie », enchaînement « chaise / côte » permet d’augmenter le nombre de fibres musculaires recrutées. C’est un exercice que je mets volontiers dans la catégorie « endurance de force », mais avec un travail de foulée intéressant…

En effet, coté « technique de course », pensez à rester bien gainé, à ne pas trop raccourcir la foulée (au contraire même…) et à bien sentir le travail de (l’avant) pied.

 

Allez-y progressivement (durée de la côte, de la chaise (surtout si vous n’en faites jamais en ppg…) et nombre de répétitions. Soyez attentifs à ce que dit votre corps même si ce n’est, selon moi, pas une séance traumatisante.

Elle est quand-même  assez intense pour les quadris. Le cardio est peu important et ne montera pas trop. Elle sera aussi intéressante en pré fatigue, la veille d’une sortie longue ;)

Les résultats sont comme toujours difficiles à isoler, mais à la suite de ce petit cycle, je me suis trouvé (un peu) plus à l’aise pour trottiner en monter…

Alors vous de jouer !

myocrossmax-segment-strava

grand8cellois-2014-003

Grand 8 Cellois 2014

Rien de tel qu’une bonne rando VTT à domicile et avec les copains pour conclure deux grosses semaines de reprise.

Et oui… la reprise ! Car après un été presque tranquille, à suivre le  plan « rosé – saucisses » de Mag, les choses sérieuses reviennent  en ce mois de septembre, avec en ligne de mire la SaintéLyon (forcément!) mais aussi normalement un semi (de Boulogne) pour enfin passer sous l’heure et demie, et en profiter pour travailler ma vitesse histoire de pas me faire doubler par Greg et Philippe sur les quais de Saône début décembre ;)

Mais pour en arriver là, après une petite coupure de 2 semaines suite à l’UT4M, je me suis lancé dans un bloc « spécial vo2″ pendant lequel j’ai retrouvé avec plaisir les séances de piste.

Sur la piste, j’ai fait dans l’ordre : 2x10x(200/100), 20x(15″/15″), 10x(200/300), 2x15x(100/100) et 12x(300/400). Le tout agrémenté de footings pépères, de séances de HT (cool et endurance de force) et d’un peu de vtt pour faire du volume. (8h et 11h hebdo tous sports confondus).

Dimanche matin, pour ma deuxième participation au Grand 8 Cellois, tous les éléments d’une journée réussie étaient réunis :

  • une bonne organisation. Simple et pas chère (6€ ; je pense que j’ai mangé pour plus cher au ravito!)
  • un bon bain de boue pendant 72km (avec les trajets aller et retour, dont une grosse partie en crabe à cause d’un peu arrière encore en version « été » (Hutchinson Cobra)
  • 1 Ben allongé au milieu d’un chemin…
  • au moins une plaquette de chocolat engloutie au ravito
  • 2 cuisses brûlées dans une côte pour avoir voulu jouer avec SebRom
  • un jambon beurre à l’arrivée
  • une douche au jet sur ma terrasse
  • une superbe souris d’agneau cuisinée avec amour
  • 1h30 de sieste avec Lisa :)

 


 

 

Bien dans mes chaussettes avec Thuasne

Voilà un billet de circonstance, pour vous parler d’un accessoire que j’utilise beaucoup pour essayer de récupérer après une grosse séance : les chaussettes de compression.

De circonstance car premièrement cela vous fera patienter en attendant le CR de l’UT4M… et ce jeudi 28 aout, la Runnosphère reçoit Thuasne à l’occasion de la 49ème Pasta Running Party.

Cela doit faire un peu plus de 2 ans que j’enfile donc régulièrement mes « bas de contention » et plus particulièrement depuis 4 mois les chaussettes de récupération « Up » de la marque stéphanoise.

Elle fabrique notamment des bandes élastiques de contention, des ceintures médicales, des orthèses (chevillères et genouillères médicales), des bas et collants médicaux de compression, mais également des orthèses et sous-vêtements dédiés aux sportifs et à la reprise d’activité (ouf !)

Lire la suite

le non récit du trail des Mélèzes

C’était prévu. Vous l’avez même lu ici ou là. Mais pour des « raisons de santé », ma participation à la grande traversée des mélèzes du Mercantour s’est limitée à la dégustation du plateau repas d’arrivée en écoutant les copains refaire la course et le monde du trail…

A les entendre, c’est un des plus beau trail qu’ils aient couru. Du single, du dénivelé des paysages à couper le souffle, le lac d’Allos.

Grande-Traversée-des-Mélèzes12

Pour finir de vous convaincre, je vous renvoie chez Seb le Globe Runners qui a mouillé le maillot pour prendre lui même les photos de la course, dossard autours du cou !

De mon coté, pas vraiment de déception. j’étais quand même sur place pour la semaine, avec à la clé des vacances en famille au top et deux footing très sympathiques sur le GRP « tour du haut Verdon nord » au départ de la Foux d’Allos…

J’ai déjà pas mal publié sur FB, mais rien ne vaut un vrai site qui reste accessible dans le temps…

Lire la suite

kapterenXT4-03

Test : Kalenji Kapteren XT4

kapterenXT4-01Début 2014, lorsque j’ai reçu les dernières chaussures de trail de chez Kalenji à l’occasion d’une demie-journée d’échanges et de test avec l’équipe de la marque, j’étais au tout début de ma préparation pour le marathon de Nantes et courir dans les sentiers n’était pas vraiment ma priorité…

Je m’étais donc contenté de parcourir la fiche technique et de 2 ou 3 footings dans Saint Cucufa en attendant des jours meilleurs ;)

Sur le papier

L’accent a été mis sur l’accroche (crampons de 5mm de haut et très larges), le maintient et l’amorti (concept K-ring sous le talon, en forme de donut spécifique à la marque), sans oublier le dynamisme avec « In’Up » devant. Le drop est de 10mm. Ma version est le modèle « pronation ». Il faut bien comprendre qu’elle ne corrigera jamais rien mais bénéficie d’une zone de renfort sous la semelle (que je n’ai pas senti) destinée à contrer l’affaissement du pied sur l’intérieur qui arriver avec le temps d’effort : la pronation de fatigue.

On a donc (selon mes critères subjectifs…) affaire à une assez grosse chaussure (440g pour mon 47. C’est assez lourd (un peu moins de 350g pour la même pointure de mes Altra ou Peregrine) Mais il y a plus de protection sous cette Kapteren XT4). Tout ça nous donne donc en théorie une chaussure stable, rassurante et accessible pour se lancer dans le trail. Et plus si affinité !

A la prise en main pied, tout va bien. Il y a pas mal de volume pour l’avant pied. Le talon est bien maintenu et les lacets ne glissent pas (même mouillés) et se rangent dans une petite poche. Premier bon point ! Les mousses (languette, talon) sont assez épaisses ; c’est confortable.

On peut serrer l’avant pour ne pas que le pied ne glisse en descente, ni être compressé, et laisser plus de marge en haut pour ne pas bloquer les mouvements de la cheville.

La chaussure est par contre assez rigide (par rapport à mes habitudes) en flexion et le lien entre l’avant et l’arrière difficile à trouver. Le déroulé n’est pas simple pendant les premiers kilomètres. Mais, habitude ou rodage, j’ai trouvé que mes sensations s’étaient nettement améliorées à l’approche des 150km (elles en ont maintenant un peu plus de 200), comme si elles s’étaient « cassées ».

 

En forêt

Ici pas de minimalisme, peu de retour de sensation du terrain. Elle n’est pas faite pour ça. Mes footings « up & down » (interdiction en rentrer à la maison tant que la montre n’indique pas 500m de D+) ne risquent pas de trouver les limites de cette XT4.

Lire la suite