Altra 2.0 en test : Lone Peak

Altra, la marque au drop nul mais pas minimaliste revient pour une nouvelle saison avec 2 évolutions de ses modèles de trail : la Lone Peak et la Superior.

Depuis le lancement de la marque en France, j’ai pu tester la Lone Peak 1.5 et l’Instinct, toujours attiré par les « fondamentaux » de la marque : le zéro drop et la « foot shaped toe box ».

altra-foot-spaceEn français, cela donne un talon à la même hauteur que l’avant, et une forme de chaussure définie selon les contours du pied : large devant, plus rapproché derrière. Une petite photo (même si l’officielle est peut-être un peu exagérée…) vaut mieux qu’un long discours :

Franchement, il faut vraiment mettre son pied dedans pour ressentir cet espace. Mais aussi le talon bien ajusté, qui permet de garder une bonne précision dans ses placements. C’est surprenant. Et loin d’être désagréable ;)

Mais pour moi les Altra ce n’est pas que ça. C’est aussi une grande flexibilité (qui favorise la proprioception), un amorti réduit (on n’est pas dans le minimalisme mais on profite d’une très bonne remontée d’info du sol), une accroche assez moyenne dans le gras (même si c’est bien connu, la glisse, c’est dans la tête…)

Pour revenir à mes nouveautés, un petit mot sur la numérotation : le changement du 2ème chiffre indique une mise à jour de la « cosmétique » ; le premier de la structure globale. Avec ces versions 2.0 les changements sont donc importants.

Pour faire simple, par rapport à sa prédécesseur, la Lone Peak 2.0 a pris de l’embonpoint : des nouveaux crampons plus agressifs, du poids, et aussi plus d’amorti. Mais elle a perdu en dynamisme ce qu’elle a gagné en confort et protection… (la semelle passe ainsi de 23 à 26mm d’épaisseur)

J’ai couru un peu plus de 200 kilomètres avec. Principalement dans les sentiers forestiers de Saint Cucufa, mais aussi dans les cailloux du sud de la France. Et bientôt 85 de plus autours du lac d’Annecy à l’occasion de la Maxi Race. Des terrains variés donc, pour apprécier toutes les qualités et défauts de cette chaussure de trail.

Continuer la lecture de « Altra 2.0 en test : Lone Peak »

Deux mois avec la Suunto Ambit3 Run

C’est parti pour un test grandeur nature de l’Ambit 3…

Ambit3run

Si vous avez des questions sur son utilisation, sur comment réaliser vos « séances types », Movescount, l’application mobile, ou le capteur  de fréquence cardiaque bluetooth Movesense, je vous propose de les poser en commentaire ici.

Je ferais de mon mieux pour y répondre dans un billet plus complet, ou directement ici en cas d’urgence et / ou d’achat compulsif ;)

D’ici là, vous retrouverez les caractéristiques officielles en suivant ce lien. Pour ma part, après 2 ans passés avec une Ambit2 au poignet,  je retiendrai principalement :

  • La fiabilité des données (gps, altitude), la simplicité, lisibilité de l’écran.
  • Movescount, pour ceux qui aime les chiffres, la compatibilité strava pour ceux qui aiment papoter
  • Le suivi d’itinéraire, pour découvrir de nouveaux sentiers, ne pas se perdre dans une nouvelle ville en courant, en vélo
  • Et puis il y a les nouveautés des Ambit3 : le suivi d’activité, la connectivité avec un smartphone (lire aussi le  blog sur la beta de Movescount pour Android) et les « suunto movie »


A vos claviers !

 

Liens Utiles :

 

On a testé avec les filles : The Mud Day kids by Fruit Shoot

Alors je vous arrête tout de suite, je n’ai pas participé au Mud Day. Surtout parce que je n’en n’avais pas du tout envie en fait… Mais je ne lancerai pas de débat sur le fait que cet évènement soit de la course à pied, du sport, ou ce que vous voulez d’autre.

J’ai juste constaté sur place que tous les participants que avaient le sourire (bon ok peut-être pas à la sortie de tous les obstacles…), faisaient un effort physique, et avaient l’air de passer un bon moment ;)

Cette année, c’était la première édition de la version « enfants » du Mud Day : The Mud Day Kids by Fruit Shoot et Lou et Emma étaient invitées par l’organisation.

Le principe reste le même que pour les grands : une course à obstacles à parcourir le plus vite possible, sans classement (au grand désespoir de Lou qui a quand même bien compté les autres enfants pour connaitre sa place…)

Pour leur âge (8 et 10 ans), elles devaient faire 3 fois un tour de 500m environ, comportant 7 obstacles (adaptés aux enfants bien sur) :

muday-parcours

 

Pour faire simple, elles ont adoré. Nous avions prévu de passer un peu de temps sur le village kids, afin de pouvoir pic-niquer au soleil et récupérer tranquillement la paquetage : dossard #1, tee-shirt, bandanna, tatouage et maquillage !

 

The Mud Day Kids !

Une photo publiée par Mangeur de Cailloux (@mangeurdecailloux) le


Continuer la lecture de « On a testé avec les filles : The Mud Day kids by Fruit Shoot »