[test chaussure de trail] Altra Lone Peak 3

Attention débarquement de test zéro drop sur le blog… C’est Altra qui s’y colle comme toujours,  avec cette Lone Peak 3. J’ai aussi testé le modèle « oversize » Olympus 2.5, mais il fera l’objet d’un billet séparé.

C’est ma 4ième paire de LP. Je ne vais pas revenir sur tous les détails et vous invite plutôt à lire les autres articles, mais cette chaussure de trail a quand même beaucoup évolué. Dans le bon sens.

Lone Peak 3
A l’aise dans mes Lone Peak !

Fiche technique officielle de l’Altra LonePeak

  • Plate-forme : plate-forme Zero Drop™, toe box FootShape™
  • Épaisseur de la semelle : 25 mm
  • Semelle intermédiaire : mélange EVA/A-Bound™
  • Semelle extérieure : Matériau adhérent TrailClaw™
  • Semelle intérieure : assise avec contour 5 mm
  • Partie haute : maille aérée légère Quick-Dry, coutures minimales
  • Autres caractéristiques : StoneGuard™ en protection des rochers, système de foulée naturelle NRS™ », Gaiter Trap™ scratch d’attache pour guêtres

En gros tout cela veut dire que votre talon sera au même niveau que votre avant pied (zéro drop), et que vos orteils seront à leur aise (footshape). C’est même franchement large en fait. Heureusement le laçage est efficace et facile à doser. Mais le 0 drop pourra au début vous chauffer un peu les mollets, même si on s’habitue (on se renforce!) vite.

Avec une épaisseur de 25mm, on est bien loin de la plus fine des Hoka. Mais c’était très bien pour les 55Km / 3000m de la GapEncimes. J’ai également couru 2 ultra trails avec la Lone Peak 2 (MaxiRace et UT4M). C’était parfait pour les sentiers lisses d’Annecy. Un peu juste pour Grenoble (mais c’était plus long. 18h vs. 14 et caillouteux à la fin)

Altra Lone Peak @ GapEncimes

LonePeak sur les trails

Par rapport aux précédentes versions, le mesh a pas mal changé. Il est plus résistant. Cela se voit un peu sur la balance (276g en 42), mais rien d’anormal pour une chaussure de trail et c’est tant mieux pour la durabilité.

En plus de la course, je les ai emmenées pendant ma prépa ecotrail sur une bonne séance de seuil en forêt, un « footing » de 30 bornes et une sortie sous la pluie de 24km,  histoire de faire le tour de la question.

La semelle interne a gagné du dynamisme et un nouveau cramponnage, mais ce n’est pas important, car le glisse, c’est dans la tête. Si vous cherchez une chaussure pour le gras, la boue, allez voir chez inov8. La Lone Peak est une running clairement polyvalente, qui sera à l’aise en forêt parisienne mais aussi sur un « vrai » trail de montagne.

Altra a quand même bien réussi sont coup en conservant le confort des Lone Peak 2.5 tout en ajoutant un poil de peps. Je persiste donc à la conseiller pour les trails « moyens – longs », y compris techniques.

N’ayez pas peur du drop à zéro. On s’y fait vite, surtout en trail où les appuis changent régulièrement à cause du terrain, où l’on marche. Si vous avez couru avec les précédentes versions, vous ne prenez aucun risques ! J’ai chaussé les miennes après un footing de rodage avant la course sans rencontrer de problème.

L’Altra Lone Peak 3 est disponible chez irun. (lien affilié – je touche une commission si vous achetez en passant par ce test)

Elles sont rodées là !

4 réponses sur “[test chaussure de trail] Altra Lone Peak 3”

    1. Hello Fabien et merci pour ton commentaire !
      j’ai couru la STL avec la version 1.5 donc je dirai oui. Surtout que la v3 protège plus et ce n’est pas plus mal. Et si on n’est pas habitué au drop 0, on a le temps d’ici décembre de faire une transition en douceur (ou de changer d’avis. Un test de chaussure reste toujours très subjectif…)

  1. Bonjour,
    Après les 2.5 je termine ma deuxième paire de Lone Peak 3.0
    J’en suis très content et j’en commande une troisième paire. Cependant, malgré un faible kilométrage hebdomadaire en ce moment, environ 35 à 40 km par semaine, au bout de 200 km, l’avant de la chaussure des deux paires était déjà bien décollé. Il ne résiste guère aux cailloux et rochers un peu abrasifs de Provence.
    Pour terminer, 130 euros c’est toujours trop cher pour une paire de chaussures. Le zéro drop et le minimalisme en matière d’équipement s’accompagne étrangement de prix toujours plus élevés.

Laisser un commentaire