Étirer son mollet (après une sortie de running minimaliste) ?

Depuis le début de mon passage aux chaussures « sans amorti », ma foulée change pour ne plus poser le talon en premier (et envoyer le choc dans les coussinets d’air, de gel des chaussures classiques).

Il faut donc trouver l’amorti ailleurs, dans le chaîne musculaire de la jambe, depuis la voûte plantaire aux muscles et articulation du genou, de la anche, en passant par les mollets. Les pieds attaquent donc le sol par l’avant, un peu comme si on courait sur la pointe des pieds (en exagérant fortement quand même)

Et en Merrell Trail Glove ou Vibram Five Fingers, cet amorti passe donc par les mollets dans lesquels ont poussé des nouveaux muscles ! Sauf que dans mon cas, ils ne se situent pas en haut du mollet (ici ce sont les jumeaux), mais juste en dessous…

Surtout je n’arrivais pas à les étirer correctement. La position classique, en appui sur un mur ne donnait rien du tout. Pas plus que celle avec le pied posé sur une petite marche.A ce niveau, une petite leçon d’anatomie s’impose :

dans le mollet, on voit et parle surtout des jumeaux. Mais le mollet est un ensemble plus complexe appelé Triceps sural, lui même composé de plusieurs faisceaux dont les jumeaux et notre fameux soléaire !

Un petit commentaire de Lexel et une recherche google plus tard, voilà la petite vidéo explicative qui va bien pour étirer le soléaire :

Il est assez simple à réaliser, et contrairement à la position classique, c’est le poids du corps qui vient naturellement étirer le mollet.
Des explications sont données sur le site. Lisez-les bien pour placer correctement votre talon, le buste ou la jambe arrière afin de bien « sentir » l’étirement…
Cela fonctionne très bien pour moi.

9 pensées sur “Étirer son mollet (après une sortie de running minimaliste) ?

  • 6 juin 2011 à 14 h 15 min
    Permalink

    Gros feignant que je suis, j’ai laissé tomber le stretching dès le début de ma reconversion, après avoir lu un seul article qui mettait en cause l’efficacité du stretching par rapport à la foulée « barefoot ». Comme quoi, il ne me fallait pas grande chose pour servir de prétexte ;-)

    Résultat des courses – 9 mois plus tard, et toujours sans séance de stretching avant/après mes sorties barefooting/minimaliste, mes jambes ne sont jamais tendues – normale vue le pas court et rapide requis par ce type de pratique. Je ne dis pas que tu devrais faire pareil, mais peut-être est-ce moins nécessaire?

    Répondre
  • 6 juin 2011 à 14 h 19 min
    Permalink

    sauf que moi j’ai vraiment les mollets « bloqués »… même en marchant le lendemain. Il me fallait bien un solution !

    Et sinon j’ai pas l’impression que ma foulée se soit raccourcie (même si c’est pas évident à mesurer), surtout par rapport à la tienne qui m’avait marqué lors de la sortie runnosphère à Versailles :)

    Répondre
  • 6 juin 2011 à 18 h 28 min
    Permalink

    Pareil que christian (courirPiedsnus)… aucun étirements ni avant ni après. Je marche 2 mn et zou je parts dans mon footing !!!

    Répondre
  • 7 juin 2011 à 11 h 11 min
    Permalink

    Salut,

    je te conseil le protocole de Stanich http://www.nantes-mpr.com/cheville/… (sans le glaçage…)

    Je le pratique après chaque entraînement (chaussures classiques), très efficace pour les mollets et le tendon d’Achille! Avec les VFF, je vais encore soigner davantage ces étirements.

    C’est d’ailleurs a peu près ces étirements que préconise Daniel Dubois il me semble?

    PS : pour mesurer la foulée, un accéléromètre est top! Lg foulée = distance / cadence

    Avoir une cadence assez élevée est important pour avoir de bons appuis avec ou sans chaussures minimalistes d’ailleurs…

    Répondre
  • 7 juin 2011 à 22 h 31 min
    Permalink

    ben oui mais en fait la position en appuie contre un mur n’étirait pas grand chose pour moi, contrairement à celle de la vidéo ;)

    Répondre
  • 7 juin 2011 à 23 h 22 min
    Permalink

    Dis-donc Julien t’as vraiment trouvé le sujet à faire parler les bavards ;-) Clairement, le stretching est une affaire hautement personnelle, chacun doit faire ce qu’il faut pour être à l’aise pendant la sortie… Je suis pas souple du tout (enfin, l’esprit, ça va, mais pas les jambes) donc le stretching ne m’apportait pas grande chose avant, à ma période « amortie » . Si les muscles sont tendus (mollets par exemple) le stretching me paraît une très bonne idée. Christian

    Répondre
  • 9 juin 2011 à 12 h 34 min
    Permalink

    Julien, une petite question, tu les as acheté où tes Merrell ? Sur internet ou dans un magasin ? Si oui, lequel ?

    Répondre
  • 9 juin 2011 à 12 h 40 min
    Permalink

    Je les ai prises au vieux campeur à paris.
    C’est plus pratique pour choisir la taille …

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :