Trail de Senlis 2019

Trail de Senlis 2019

4 décembre 2019 0 Par julien

Le premier week-end de décembre n’est pas que celui de la SaintéLyon ou de l’hivernale des Templiers. Pour me motiver et reprendre du rythme sur cette fin d’année, je m’étais concocté une valse à 3 temps :

  • les 5km des foulées de Nanterre
  • le Semi marathon de Boulogne (oups… le CR n’est pas encore publié… mais il viendra avec le test des chaussures utilisées pour l’occasion : les New Balance FuelCell Rebel)
  • le trail de Senlis

Cette course nature de 29 kilomètres devait à l’origine se courir avec quelques copains, mais ce ne sera finalement qu’avec Marc. Les autres se sont blessés ou dégonflés :/

Devant Marc, au moins pour le départ…

C’est donc à moins d’une heure de la maison qu’un joli terrain de jeu nous attends. La course (il y a aussi un 14km) est très bien organisée et balisée. Les bénévoles réchauffent la froide et humide ambiance par leur accueil sourires.

Il fait à peine 3° et de fines averses s’invitent de temps en temps, mais les conditions sont excellentes pour courir. La forêt d’Ermenonville absorbe bien l’humidité et on est loin du bourbier du Maxicross. C’est beaucoup plus roulant, et moins collant !

Top départ à Senlis

Nous nous mêlons donc aux 410 participants (963 sur le 14k qui part 30′ plus tard) après un bref échauffement. Les pieds sur la ligne de départ, le speaker nous lance. Trop vite :)

Le premier kilomètre bippe au bout de 4’05, le suivant 4’26. et pour avoir tenté de courir 21km sur du bitume tout lisse 15 jours plus tôt, je sais bien que ce n’est pas raisonnable. Tout comme je me sais bien incapable à ce moment de la saison de tenir aussi longtemps mon allure marathon 4’30)

Mais il faut bien s’amuser !
Je laisse tranquillement les pulsations monter vers la zone cible. Je sais que je peux tenir environ 3h à 160 – 165bpm et gèrerais donc ma course comme ça ; sans dépasser 168 (mon sv2) sauf coup de cul ou finish endiablé…

Une fois lancé, j’essaye de trouver le bon rythme et les sensations. Mais je ne suis vraiment pas dans le coup, avec l’impression de me trainer où que le parcours n’est fait que de faux plats montant (433m de dénivelé).
Un bénévole m’annonce 33ème vers le 5ème kilomètres, mais je dois encore ralentir pour pouvoir arriver dans de bonnes conditions (et pas au carton!)

Jusqu’au 15ème je suis parfois à la limite de finir en footing, de m’arrêter pour faire des photos. C’est très frustrant et pas facile de se « traîner » à moins de 12 à 160 bpm…
Et puis non… alors je relance ce qu’il reste (soit pas grand chose….) avec le cœur au bord des lèvres et les coups de couteaux dans des ischios pas du tout préparés à courir aussi longtemps, à tirer dans les montées et avec des semelles de plomb…

On m’annonce 51ème un peu après la mi-course. Les panneaux disposés tous les 5km me servent d’objectifs intermédiaires, mais mon préféré reste celui-ci. Surtout qu’il disait la vérité !

Trail de Senlis – dernière montée

Je perds pas mal de places dans le finish, où les seules personnes que je double sont sur le 14km, pour franchir la ligne au bout de 2h28 à la 49ème position. C’était pas facile cette affaire !

Marc a mis le turbo et fini 7ème avec 20′ d’avance (sic!). Tous les résultats du trail de Senlis sont sur TopChrono

La forêt d’Ermenonville est jolie, mais ça manque de couleurs en cette saison. Dommage que la course ne se déroule pas 2 moins plus tôt… car les fougères ont perdu leurs belles couleurs (essayez donc le trail des cerfs pour le même genre d’ambiance avec plus de chaleur).

Et même s’il y a aussi quelques (trop) longues lignes droites, j’ai globalement bien aimé ce trail de Senlis, avec une mention spéciale pour le ravitaillement à l’arrivée :)

Matériel pour ce trail de Senlis

Tout est dans le racepack déjà publié sur instagram :)

J’ai couru avec les New Balance Summit KOM et c’était pas très satisfaisant ce jour-là. L’accroche est au top, le talon un peu rigide pour ma foulée mais j’ai trouvé qu’elles manquaient de dynamisme ce matin là.
Mais c’est très subjectif et liés à ma forme car en début de semaine j’envoyais des tours de lac de Saint Cucufa à bonne allure sans m’en plaindre. Le test complet est à retrouver ici.
En haut, un tee-shirt thermique en mérinos de chez Brubeck. (aussi génial qu’indispensable pour courir par 3°) et un classique de chez Douzaleur.
Au poignet la Suunto Spartan Ultra avec ceinture cardio parce que pour moi, la mesure de la FC au poignet ne fonctionne que dans mon canapé…
Il n’avait pas de ravito (mais une bonne bière à l’arrivée) alors j’avais dans le dos mon fidèle et petit Camelbak ultra pro avec 2x500mL (une poudre aptonia pas bien bonne d’un côté, 60g de sirop d’agave avec une pincée de sel de l’autre. Miam!)

Medal Monday ?

C’est un genre de tradition sur les réseaux : afficher le lundi matin sa médaille gagnée en course pendant le week-end. J’en joue, mais je ne cours du tout pour ça. Et même si j’en conserve certaines à portée de vue, celle du trail de Senlis, aussi jolie qu’elle soit, ira rapidement au recyclage…
Mais cela ne m’empêche pas de la trouver plutôt sympa, et de penser qu’elle reste très importante pour beaucoup de coureuses et coureurs moins assidus que moi et qui dimanche dernier ont fait l’effort d’aller courir 14 ou 29km dans le froid et la boue. J’espère qu’elle les encouragera à pratiquer régulièrement, à se préparer, progresser.

La belle médaille du Trail de Senlis