Test Chaussure Trail : Hoka Speed Goat

Lorsque Hoka a annoncé la Speed Goat l’été dernier, elle est vite devenue la star des chausures de trail sur les réseaux sociaux du running, avec un teasing bien mené et l’ambitieuse mission de remplacer la chaussure de trail la plus polyvalente (à mon sens) de la gamme Hoka, la RapaNui. Mais pour moi qui sortait tout juste de l’enchaînement ecotrail – maxirace – ut4m j’avais un peu mis les chaussures à crampons de coté quelques temps, avant de retourner dans les sentiers ;)

J'aime les feuilles ! #automne #feuilles #runningshoes #hoka #speedgoat #fall4hoka #trailrunning

A photo posted by Mangeur de Cailloux (@mangeurdecailloux) on

Comme toujours chez Hoka, l’esthétique et les coloris sont soignés (bon j’avoue il faut aimer les platform-shoes !) mais agressifs. J’aime bien. Et c’est aussi la « revanche » de la marque après la Mafate Speed qui ne m’avait pas complètement convenu.

J’ai quand même refait un footing avec mes rapaNui Trail (et avec les mafate pour reprendre des repères). Les changements sont importants : l’amorti est plus souple, l’accroche meilleure, le dynamisme bien présent.

Sans oublier le confort. Avec 33 et 28mm sous les pieds (5mm de drop donc) c’est déjà une bonne base, bien complétée par une empeigne accueillante autours de la cheville et plus (trop?) de largeur à l’avant pied. On prend plaisir à chausser cette Speed Goat…

Exit le mesh rigide des Rapa (on respire mieux des orteils!), le système quick-lace (dommage c’est pratique ; d’autant plus que les lacets de la Speed Goat ont bien besoin d’un double noeud)

La vraie promesse de ces nouvelles chaussures de trail, là où le fabricant français américain était attendu, c’est l’accroche. Et le travail avec Vibram a été efficace. La semelle souple épouse les aspérités du terrain, les crampons font vraiment bien le job dans le gras et on tient bien le pavé la terre !

Hoka-SpeedGoat-crampons

J’ai juste été un peu embêté sur le Sparnatrail avec le trou sous le talon (pour alléger et assouplir la chaussure) qui se remplissait de boue, sans se vider, comme si l’accroche était trop bonne et que la chaussure ne débourrait pas assez. Mais rien de catastrophique quand même.

Sur le terrain donc, les crampons de 4mm se font sentir sur les sols durs et crient un peu de douleurs. Chacun son terrain de jeux !

Il faudra rester sur des vrais trails ! Le faible drop des Speed Goat permet de bien dérouler sa foulée. Mais il faut quand même leur rentrer dedans. Elles sont dynamiques. Plus que mes autres Hoka c’est évident. Un peu comme une bête de course, mais avec de la puissance qu’il faudra maitriser ;)

Sur les allures pépères, j’ai trouvé un peu d’instabilité si on en pose pas fermement le pied, et je n’ai finalement pas trouvé cette Goat très tolérante. La faute à peut-être un peu trop de mollesse ? Il faudra avoir le pied fort pour les tenir.

Mais une fois lancé et appliqué, on profite ! (mince encore un test de Hoka qui va finir en « je t’aime, moi non plus » !) Pour ces raisons je ne la conseillerais peut-être pas forcément pour le trail (très) long, où la fatigue arrivant, les appuis se font moins précis, moins fermes et vont induire des instabilités qui solliciteront les genoux, les hanches (il y a la Mafate pour ça chez le même fabricant). Alors prudence et progressivité comme toujours en course à pied.

 

En guide de conclusion de ce test des SpeedGoat, la compétition est pour moi toujours un excellent révélateur pour le matériel (et pour le bonhomme!) car on ne pardonne pas !

Dans les coteaux champenois, j’ai pu les chauffer avec des beaux kilomètres roulants et plats autours de 14km/h, les refroidir dans la boue, et valider l’accroche, avant d’envoyer ce qu’il me restait dans les pattes en passant les descentes à 16km/h (un kilo en 3’47!) , sans avoir à me soucier de l’endroit où je posais mes pieds grâce à l’amorti oversize !

Time to fly over Sparnatrail
Time to fly over Sparnatrail en Speed Goat

Vous pouvez retrouver le prix  cette Speed Goat et l’ensemble la Gamme Hoka chez i-run.fr ainsi que chez Spartoo

Son prix : 140€ (hors soldes ;) )

Et pour comparer :

 





7 pensées sur “Test Chaussure Trail : Hoka Speed Goat

  • Ping : Test Hoka Mafate Speed

  • 20 avril 2016 à 16 h 06 min
    Permalink

    Je ne sais vraiment plus quoi en penser. Mon gros pb c’est qu’elles me génèrent des frictions à la base du gros orteil, en plus du chaussant indécis…

    Répondre
    • 20 avril 2016 à 16 h 16 min
      Permalink

      je n’ai pas eu ce genre de souci, d’ampoules. Je ne suis peut-être pas allé assez loin. (ma plus longue sortie était lors des 32km du Sparnatrail – pas ultra mais surement assez représentatif de ce que la majorité court)

      Pour le chaussant il est clairement plus souple que celui des Rapa ou des Mafate Speed. Peut-être pour gagner en « confort d’accueil ».

      Répondre
  • Ping : [ TEST ] Hoka Tracer - Mangeur de Cailloux

  • 4 novembre 2016 à 18 h 32 min
    Permalink

    Bonsoir, Même problème que Vincent malheureusement avec ces SpeedGoat….des ampoules et encore des ampoules…le chaussant est trop fin pour les pieds forts…dommage car elles envoient et ont une accroche incroyable. Je suis au mieux avec les Altra Olympus en semelle Vibram! le compromis parfait!

    Répondre
    • 7 novembre 2016 à 22 h 27 min
      Permalink

      pas facile de trouver « son » compromis :)
      Merci pour ce retour. Plus ça va plus je me dis que je dois avoir les pieds fins !

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :