SaintExpress 2017 – compte-rendu

Après une semaine parisienne sous sur la neige, un Maxicross blanc, je trouve enfin un peu de temps pour laisser une trace « non gps » de ma 3ième SaintExpress. Il faut dire que j’ai une jolie photo à partager, et toujours envie de garder ce journal de bord qu’est le blog.

photo saintexpress 2017 - Halle Tony Garnier
Saintexpress 2017 – Halle Tony Garnier

SaintExpress v3

A Sainte Catherine, c’est un club des 4 (presque) fantastiques qui s’est formé devant la halle Tony Garnier. Je suis accompagné de Jérémy, Philippe et Mag pour une course qui commence dès Lyon… pour essayer de trouver un autocar.
L’organisation ayant vraisemblablement décidé de ne pas gérer les embarquements, ni de briefer les chauffeurs, c’est la pagaille. Au point de mettre tout le monde en retard et de devoir nous préparer dans le bus. Je boucle mon Camelbak, mange une banane et rempli mes flasques avec ma bouteille d’eau dans l’allée du bus…

L’heure tourne, et le trajet jusqu’à la consigne devra faire office d’échauffement… Mais heureusement cette petite désorganisation va quand-même retarder un peu le départ et nous permettre de trottiner un peu.

Snowtrail ?

L’ambiance, enfin la météo,  est assez froide mais sèche. Il y a un peu de neige pour faire joli et pimenter l’affaire mais les conditions sont plutôt bonnes pour courir.

Dès le départ, Philippe emboite la foulée de Jérémy, futur prétendant au podium :) pendant que j’emmène Mag sur un rythmé plus prudent. Il y a beaucoup moins de neige qu’en 2010, mais cela reste bien beau. Après de longues hésitations chronométriques, je décide de tenter une pause pour un cliché raté du long serpentin de frontales. Dommage. J’ai quand même un souvenir qui reflète assez bien l’ambiance de la course.

(la photo centrale est de Vincent, qui prend de belles photos quand il ne court pas !)

C’est au fil d’une descente que je perd Mag et poursuit une course solitaire sur laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir pendant 3h, malgré un petit excès de gratin dauphinois de maman le midi…

Et la suite plus raide, je n’arrive plus à maintenir le niveau d’effort après le 35ième kilomètre. Mon mollet gauche est hors service et ma foulée dégradée. Et dire que l’année dernière je n’avais eu aucun souci en chaussures beaucoup plus fines et légères. L’amorti ne ferait donc pas tout ? :)

En tout cas,  je sais que je ne bouclerai pas cette Saintexpress en 4h.
Le prépa a été plus légère et sans sortie longue. Les 2 dernières semaines très chargée de boulot et le sommeil négligé.

Le chrono affiche 4h14 et me place à la 71ème place. Quatorze minutes de perdues, trois places plus loin. Mais l’essentiel est ailleurs et j’arrive à Lyon bien content quand même !

Matériel pour ce trail

Mon choix d’équipement pour ce trail est assez rôdé et dicté par le parcours : je pars pour 4 heures d’effort. ce sera donc tout le temps actif ( = avec le corps qui chauffe) mais avec des conditions variables. L’hiver sur la Saintélyon, il fait en général un peu froid au départ, avec du vent glacial sur les crêtes avant de retrouver un peu de chaleur (et souvent de l’humidité en arrivant sur Lyon)

Cela se concrétise de cette façon :

  • Chaussures : modèle de trail peu cramponnée, polyvalentes : Newbalance Hierro
  • Corsaire 3/4 et chaussettes assorties :)
  • Teeshirt manche courte + Manche longue un peu plus épais
  • Gants chauds et étanches (un vieux modèle d’hiver du rayon vélo de décathlon) et bonnnet « Saintélyon 2014« 
  • Sac de trail Camelbak ultra pro : toujours au top. il faudrait que je fasse un article avec un test… Il me permet de porter 2 flasques (2x500mL), 2 ou  3 gels et barres, la couverture de survie et une petite doudoune sans manche (uniqlo) emballée dans un ziplock en cas de coup dur
  • Coupe vent fin et ultra léger kalenji enfilé par dessus le tout
  • Papilotte Révillon

 

Ma Saintexpress en chiffres

  • 45km – 4h14  = 5’38’/km
  • D+/D-  1650/1000m
  • 42′ passées à marcher. Pas d’arrêt aux ravitos
  • à retrouver sur Strava et Movescount

Et aussi en vidéo avec relive.cc

Une pensée sur “SaintExpress 2017 – compte-rendu”

Laisser un commentaire